La présentation du projet de loi sur l’ouverture du mariage et l’adoption par des couples de même sexe réjouit en partie les associations LGBT mais elle est aussi l’occasion pour le front des anti-mariage d’exprimer son désaccord sur cette question. Dans un communiqué publié sur le site du Parti chrétien-démocrate, Christine Boutin parle d’un «tsunami sociétal», qui entraîne «un changement radical de civilisation» et «aux conséquences inégalées depuis la Révolution française».

«RÉPONDRE À LA GROSSIÈRETÉ ET À LA DÉMAGOGIE»
Celles et ceux qui partagent son point de vue auront peut-être l’occasion de consulter le tract (document PDF) édité par l’association Homosexualités et socialisme (HES) intitulé: Égalité des couples et des familles: le tour de la question. Il s’agit pour l’organisation proche du PS «de répondre par la pédagogie» à la «grossièreté» et à la «démagogie». «Un progrès n’est jamais aussi solide que quand il est expliqué et compris par tous», ajoute l’association dans un communiqué.

«SYMBOLE FORT MAIS INCOMPLET»
D’autres actions voient le jour: les Jeunes Écologistes entendent organiser des kiss-in contre l’homophobie devant plusieurs mairies de grandes villes le 17 novembre prochain. À l’initiative du groupe LGBT & Friends, les associations Face à face, les Oublié(e)s de la mémoire, l’APGL et Contact Loire se rassembleront devant la Bourse du Travail à Saint-Étienne le même jour à 14 heures 30. Toutes ces associations saluent les avancées mises en œuvre par le gouvernement mais attendent des parlementaires qu’ils complètent ce progrès vers l’égalité des droits. Les Enfants d’Arc en Ciel rappellent notamment que dans l’attente du jugement d’adoption par un juge, les enfants élevés dans une famille homoparentale ne sont pas à égalité avec les autres enfants en termes de sécurité juridique. L’organisation en appelle aujourd’hui «à la raison politique et au courage des parlementaires» et ne veut pas se contenter de ce «symbole fort mais incomplet».

Du côté des politiques, l’association La Diagonale, qui réunit «les sarkozystes de gauche», salue le courage du gouvernement qui s’apprête à «faire franchir à notre pays un pas décisif dans la marche pour l’égalité de droits entre homosexuels et hétérosexuels, et alors même que des gouvernements étrangers de droite comme celui de David Cameron ont évolué favorablement». Quant à Jean-Luc Romero, il voit dans ce 7 novembre «une date historique pour celles et ceux qui militent depuis des décennies».

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln