Pour débattre de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, Michel Denisot et son équipe ont convié hier soir le député UMP Franck Riester, favorable à l’égalité des droits, même s’il est très isolé au sein de sa famille politique. Face à lui, Xavier Bongibault, militant UMP et président de l’association Plus gay sans mariage. Le député et l’activiste sont tous deux ouvertement homosexuels mais ne partagent pas du tout le même avis sur le mariage et l’adoption par des couples de même sexe.

Le premier a repris les arguments avancés par David Cameron pour soutenir le mariage pour tous. Le premier ministre britannique a en effet déclaré que c’est justement parce qu’il est conservateur qu’il est favorable à ce que tous les couples puissent s’unir civilement. Xavier Bongibault a pour sa part recouru à l’argument de la «déconstruction de la société», en assurant que le mariage de couples homosexuels portait atteinte à «la cellule première de sociabilisation en France et dans le monde [qu’est] la famille». Malgré les interrogations répétées de Jean-Michel Aphatie, le militant n’est jamais parvenu à expliquer dans quelle mesure le mariage de couples de même sexe saperait ainsi les fondements de la société.

Xavier Bongibault a préféré amener le débat sur la question des enfants, affirmant que le mariage était avant tout une institution censée les protéger. Franck Riester en a alors profité pour lui rappeler qu’avec ce raisonnement, il faudrait aussi interdire aux personnes stériles et aux femmes trop âgées de se marier…

Pour reprendre la main, Michel Denisot s’est autorisé un petit trait d’humour: «On va écouter ce que dit Christine Boutin pour nous détendre», glisse le présentateur. On a alors droit pendant quelques secondes à une déclaration de la présidente du parti chrétien-démocrate: «On ne pourra pas revenir en arrière, déclare-t-elle, on ne pourra pas démarier des gens.» «Ça, c’est vrai, commente Franck Riester. Et c’est d’ailleurs pas toujours ce que certains disent mais c’est vrai.» Le député fait ainsi un clin d’œil ironique à Valérie Pécresse. L’ancienne ministre avait déclaré le matin même sur LCI qu’il suffirait de «transférer les droits sur un statut d’union civile»…

C’est finalement l’ancien Haut commissaire, Martin Hirsch, lui aussi présent sur le plateau mais pour parler de son dernier livre, qui a conclu le débat. Il a repris un des propos de Xavier Bongibault pour démontrer la légitimité du mariage pour tous. «En disant que le mariage c’est une institution pour faire l’ordre dans la société et en fermant la porte du mariage aux couples homosexuels, vous sous-entendez que l’homosexualité c’est du désordre dans la société. Et rien que ça, je trouve ça compliqué à assumer.»

L’évocation du mariage pour tous débute à partir de 10’45 environ. Si vous ne parvenez pas à voir la vidéo, cliquez sur Le Grand Journal.

Quelques minutes plus tard, c’était au tour de Yann Barthès d’aborder le sujet de l’égalité des droits. Présentes dans plusieurs villes des États-Unis pour suivre l’élection présidentielle américaine, les équipes du Petit Journal ont rencontré une fillette de 11 ans à un meeting de Barack Obama dans le Wisconsin. Bardée de badges LGBT-friendly, elle a avec aplomb et sérieux affirmé qu’elle soutenait le président démocrate en raison de son engagement en faveur des personnes LGBT.

L’interview de la fillette a lieu à 8’40 environ. Si vous ne parvenez pas à voir la vidéo, cliquez sur le Petit Journal du 05/11.

Photo Capture

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln