Depuis 1992, l’Église catholique organise à chaque rentrée parlementaire une messe pour les députés et les sénateurs. Selon BFM TV, une trentaine de parlementaires, quasiment tous de droite, se sont retrouvés le 30 octobre à la Basilique Sainte Clotilde pour un office célébré par André Vingt-Trois, archevêque de Paris. Parmi eux, l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, l’ancienne ministre Rachida Dati ou le sénateur Pierre Charon, tous UMP.

Selon LCI, André Vingt-Trois a profité de son homélie pour s’en prendre directement au mariage pour tous et à l’homoparentalité:

« Ce n’est pas nous qui entreprenons de substituer au mariage un autre modèle qui empêchera les enfants d’identifier dans leur famille la dualité sexuelle d’un père et d’une mère, constitutive de l’humanité. (…) Ce n’est pas nous qui donnons prise à la revendication illégitime d’un ‘droit à l’enfant' ». (…) « Ce n’est pas nous qui faisons la promotion d’une réforme de civilisation, sans permettre à ceux qui en subiront les conséquences de pouvoir y réfléchir et de donner leur avis »

L’archevêque en a ensuite appelé à la conscience des parlementaires:

« Dans la vie d’un pays, il est des sujets qui engagent la vie personnelle des citoyens et qui ne dépendent pas simplement d’une majorité électorale, même si elle est importante ». « Je ne pense pas que l’organisation des mœurs conjugales et de la transmission de la filiation fassent partie des éléments d’une alternance politique. Elle engage trop profondément l’avenir de la société pour n’être qu’une conséquence automatique d’une élection ». « Face à ces grands enjeux, c’est à la conscience personnelle du responsable politique d’exercer ses choix avec liberté et courage. La liberté doit résister au conformisme de la pensée ‘prête-à-porter’ qui évite de trop s’interroger. »

Voir ci-dessous le reportage de BFM TV: