Comme toujours, pas mal d’interviews dans le numéro 59 de La Dixième Muse. Entre Beth Ditto et Océanerosemarie dans sa cuisine, Jasika Nicole, alias Astrid Farnsworth dans la série Fringe (la diffusion de la 4e saison vient de s’achever sur TF1).

L’interview porte essentiellement sur la série, les symboles, le personnage que joue l’actrice, mais comme La Dixième Muse est «le mag’ des filles qui aiment les filles», un détour par la vie privée de Jasika Nicole, qui est ouvertement lesbienne, s’imposait. Morceaux choisis, en avant-première:

Les choses ont-elles sensiblement changé dans votre existence depuis le lancement de la série? Bien sûr! Je vis depuis maintenant plus de quatre ans à Vancouver, puisque c’est là que se tourne la série. C’est pour moi un énorme changement de vivre au Canada, alors que je suis originaire de New York, c’est d’ailleurs dans cette ville que j’ai rencontré Claire, et quand la série sera terminée, nous emménagerons à Los Angeles. (…)

En ce qui concerne votre métier, avez-vous longuement réfléchi avant de révéler publiquement votre homosexualité? Heureusement, j’étais une femme ouvertement lesbienne et queer bien avant de contracter des projets télévisuels, je suis donc restée une femme ouvertement lesbienne et queer une fois ces projets signés. Alors sincèrement rien dans ma vie n’a vraiment changé depuis mon investissement dans Fringe. (…)

Que penseriez-vous de jouer un rôle lesbien à la télévision? On ne me l’a jamais proposé, mais j’aimerais beaucoup. En fait, même si je ne veux pas que l’on me cantonne à ma sexualité, j’aimerais beaucoup jouer ce type de rôle parce que les lesbiennes noires manquent encore de visibilité à la télévision.

Retrouvez l’interview en intégralité dans La Dixième Muse. Également au sommaire: un dossier sur la drague au bureau, les interviews de Beth Ditto, Océanerosemarie (avec une chronique cuisine), Clarisse Mérigeot, Paula Dumont et Sébastien Lifshitz, un portrait d’Anything Maria, les chroniques d’Happyk

En kiosques et dans la boutique de Yagg.

Pour feuilleter le magazine, c’est ici.

Photo Warner Bros. Television