Culture & Loisirs
Marches des Fiertés 2014
Télé | 27.10.2012 - 15 h 23 | 0 COMMENTAIRES
Ce soir à la télé: «Go global», le dernier volet de «Fashion!»
Publié par
Ce soir, sur Arte, Olivier Nicklaus poursuit son exploration de 30 ans de mode avec les années «industrie du luxe» et «directeurs artistiques sous pression».

La semaine dernière, nous vous disions le plus grand bien de Fashion!, la série documentaire d’Olivier Nicklaus sur 30 ans de mode, des années 80 à nos jours. Avec l’ultime volet, Go global, diffusé ce soir à 22h35, sur Arte, vous allez encore vous régaler.

Si vous ne comprenez rien à l’industrie du luxe, sa croissance insolente à 2 chiffres et sa valse de créateurs que les maisons s’échangent à prix d’or comme des stars du foot, ce dernier épisode va sans aucun doute vous éclairer.

DIRECTEURS ARTISTIQUES
De manière très juste, pour comprendre le système actuel, le réalisateur se replonge dans les années 80 avec l’arrivée de Karl Lagerfeld chez Chanel qui reprend une «maison morte», en bouscule les codes et pose les jalons du «créateur médiatique». Les images d’archives de Lagerfeld, sans tout l’attirail qui a fait sa marque de fabrique, mais déjà langue de vipère, valent le détour. Avec lui, et avec tous ses «enfants» qui débouleront par la suite (les John Galliano, Marc Jacobs, Tom Ford et autres Alexander McQueen), la figure du directeur artistique, qui prend en charge non seulement le stylisme mais aussi l’image globale de la marque (avec moult accessoires et produits dérivés devenus de véritables «pompes à fric») prend définitivement le dessus.

GRANDS PATRONS DU LUXE
C’est aussi l’émergence des grands patrons du luxe (Bernard Arnault, François Pinault…) qui se livrent un guerre sans merci et construisent des empires mondialisés, avec des shows et des boutiques («un Disneyland pour les riches», dixit Marc Jacobs) toujours plus gigantesques. Ils mettent aussi une pression énorme sur les épaules des créateurs en demandant toujours plus de collections. D’où la tonalité un peu sombre de la fin du documentaire: la chute de John Galliano, le suicide d’Alexander McQueen, la fin de la maison Lacroix, avec ce témoignage très émouvant de Christian Lacroix qui avoue n’avoir jamais réussi sa mue en générateur de cash. Le système épuise les hommes, certes, mais d’après Karl Lagerfeld, qui se protège derrière son personnage, mi Andy Warhol, mi-Dark Vador, il a encore de beaux jours devant lui. «Nous sommes des apprentis sorciers», assène le maître.

Le doc se termine par une succession d’images des créateurs (sur fond de l’impeccable La Forêt, de Lescop), comme si Olivier Nicklaus voulait avant tout rendre hommage au formidable talent de ces hommes et de ces femmes qui continuent à nous faire rêver. Bien vu.


Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Fashion! – Go global – Extrait

Print This Post
Avatar de Yannick Barbe
Publié par
Directeur de la rédaction de TÊTU
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.