array(28) { ["SERVER_SOFTWARE"]=> string(6) "Apache" ["REQUEST_URI"]=> string(93) "/2012/10/24/auriane-a-lorigine-du-baiser-de-marseille-on-na-pas-fait-expres-de-faire-le-buzz/" ["REDIRECT_STATUS"]=> string(3) "200" ["HTTP_HOST"]=> string(8) "yagg.com" ["HTTP_X_REAL_IP"]=> string(13) "66.249.64.223" ["HTTP_X_FORWARDED_FOR"]=> string(13) "66.249.64.223" ["HTTP_CONNECTION"]=> string(5) "close" ["HTTP_ACCEPT"]=> string(63) "text/html,application/xhtml+xml,application/xml;q=0.9,*/*;q=0.8" ["HTTP_FROM"]=> string(26) "googlebot(at)googlebot.com" ["HTTP_USER_AGENT"]=> string(72) "Mozilla/5.0 (compatible; Googlebot/2.1; +http://www.google.com/bot.html)" ["PATH"]=> string(28) "/usr/local/bin:/usr/bin:/bin" ["SERVER_SIGNATURE"]=> string(0) "" ["SERVER_NAME"]=> string(8) "yagg.com" ["SERVER_ADDR"]=> string(9) "127.0.0.1" ["SERVER_PORT"]=> string(2) "80" ["REMOTE_ADDR"]=> string(13) "66.249.64.223" ["DOCUMENT_ROOT"]=> string(32) "/home/yagg/public_html/yagg.com/" ["SERVER_ADMIN"]=> string(18) "[no address given]" ["SCRIPT_FILENAME"]=> string(41) "/home/yagg/public_html/yagg.com/index.php" ["REMOTE_PORT"]=> string(5) "35116" ["REDIRECT_URL"]=> string(93) "/2012/10/24/auriane-a-lorigine-du-baiser-de-marseille-on-na-pas-fait-expres-de-faire-le-buzz/" ["GATEWAY_INTERFACE"]=> string(7) "CGI/1.1" ["SERVER_PROTOCOL"]=> string(8) "HTTP/1.0" ["REQUEST_METHOD"]=> string(3) "GET" ["QUERY_STRING"]=> string(0) "" ["SCRIPT_NAME"]=> string(10) "/index.php" ["PHP_SELF"]=> string(10) "/index.php" ["REQUEST_TIME"]=> string(10) "1464137493" }
Égalité des droits, Société | 24.10.2012 - 18 h 44 | 0 COMMENTAIRES
  • Auriane Susini
  • baiser de marseille
  • Julia Pistolesi

Auriane, à l’origine du baiser de Marseille: «On n’a pas fait exprès de faire le buzz!»

Publié par
Immortalisées par un photographe de l’AFP, Auriane et Julia sont devenues en quelques heures des figures de la lutte pour l’égalité des droits.

Auriane Susini, 19 ans (à droite sur la photo), n’a rien d’une fervente militante des droits des personnes LGBT. Pourtant, depuis hier, son amie Julia Pistolesi (à gauche sur la photo) et elle-même sont au premier plan du combat pour l'égalité des droits face aux attaques des traditionnalistes de l’Alliance Vita. Les détracteurs/trices de l’égalité s’étaient donné rendez-vous à midi, place Félix Baret à Marseille. Julia, Auriane et leur groupe d’amies passaient par là sans savoir pourquoi tous ces gens étaient rassemblés. «On a vu leur slogan et on a entendu des propos homophobes», se souvient Auriane. Du coup, elles qui sont favorables au mariage pour tous sont restées sur la place et se sont embrassées, donnant lieu à un cliché déjà culte.

«VOUS ÊTES DÉGUEULASSES!»
C’est Auriane qui a pensé la première à un baiser, là, devant tou-te-s ces manifestant-e-s rassemblé-e-s pour dire leur refus du mariage et de l’adoption par des couples de même sexe. Sans trop réfléchir, elle a pris Julia par le bras et elles ont «atterri au milieu de la foule», décrit Auriane. Et elles se sont embrassées. «Dix, quinze secondes, estime la jeune fille. Ça nous faisait rire, parce qu’on entendait: “Vous n’êtes pas belles!”, ou: “Vous êtes dégueulasses!”. En fait, ça prouvait que leur vraie motivation, c’est qu’ils n’aiment pas les homos.»

À ce moment-là, son objectif était de provoquer. «Je ne suis pas du tout homosexuelle. Je suis hétéro. On voulait juste leur montrer que ce n’était pas sorcier, deux filles qui s’embrassent.» Une fois le baiser échangé, elles ont quitté le cœur de la place pour retrouver leurs amies et entamer des discussion avec les manifestant-e-s. Auriane a beau être favorable à l’égalité des droits, elle comprend que certain-e-s se posent des questions sur l’adoption. «Mais le fait qu’ils soient choqués par ce baiser, c’est bien qu’ils détestent ça et qu’ils n’étaient pas là dans “l’intérêt de l’enfant”.»

Comme on peut l'entendre dans la vidéo ci-dessous, filmée par des amies de Julia et Aurianne, les organisateurs/trices de la manifestation s'efforcent malgré tout de rester politiquement correct-e-s et répètent qu'ils sont «contre l'homophobie». Après ce qu'elles viennent de vivre, les jeunes filles ont du mal à se retenir à de rire…

Si vous n'arrivez pas à voir la vidéo, cliquez sur A lesbian kiss to fight a homophobic protest in France

Ni Julia, ni Auriane ne se doutaient à ce moment-là qu’elles feraient les gros titres quelques heures plus tard. «On ne savait pas du tout qu’on était prises en photo. On voulait faire un truc vite fait.» Même réaction chez Gérard Julien, le photographe de l’AFP qui a pris le cliché. Sur le blog de l’agence de presse, il raconte: «J’avoue qu’au départ, je n’avais pas du tout réalisé la portée de cette image. J’avais trouvé la scène assez marrante, mais je me disais que ça allait être une simple photo insolite qui allait illustrer un aspect anecdotique des manifs de ce jour-là».

L’engouement est venu des réseaux sociaux qui se sont emparés de la photo pour en faire un symbole. Auriane n’était au courant de rien jusqu’à ce que son amie Julia l’appelle hier et lui annonce que leur baiser s’affichait dans tous les médias. «On était partout en si peu de temps, s’étonne Auriane. On ne s’y attendait pas du tout. On n’a pas fait exprès de faire le buzz!»

Autour d’elle, les réactions affluent. Sa mère et le reste de sa famille la félicitent. «J’ai des amis gays et ils étaient très contents. Pareil pour ma tante qui a un enfant avec sa copine. Le fait que deux filles ou deux garçons s’embrassent, c’est banal!» Mais même en 2012, ça surprend encore.

Photo DR

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln

Print This Post
Profile photo of Julien Massillon
Publié par
Journaliste de Yagg. Retrouvez-moi sur Twitter.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.