Société | 23.10.2012 - 13 h 14 | 45 COMMENTAIRES
Quel impact aurait l’ouverture du don du sang aux homosexuels sur le risque de transmission du VIH?
Publié par
L'Institut de veille sanitaire conclut à une augmentation du risque théorique si l'on ouvrait le don aux homosexuels ayant eu un partenaire dans les 12 derniers mois.

Les gays et tous les hommes qui ont des relations sexuelles avec les hommes (HSH) sont exclus à vie du don de sang.
Depuis que François Hollande s’est engagé à ouvrir le don du sang aux homosexuels masculins (les femmes homosexuelles ne sont pas exclues de façon permanente), promesse réitérée en juin dernier par Marisol Touraine, les discussions, les débats et les analyses se sont multipliés sur la question.

QUEL EST LE RISQUE ACTUEL?
Pour la première fois, une équipe de l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) s’est penchée sur le risque résiduel théorique de transmission du VIH et la part qui peut être attribuée aux HSH (dans le numéro 39-40 du BEH paru le 23 octobre 2012). De 2008 à 2010, 28 séroconversions sont survenues chez des donneurs réguliers, ce qui représente un risque théorique de 1 sur 2 900 000 dons. Quatorze séroconversions (50%) concernaient des HSH. Si tous les HSH s’étaient abstenus de donner leur sang, ce risque aurait été de 1 sur 5 700 000 dons, soit la moitié du risque actuel. Pourquoi les HSH, pourtant exclus, donnent-ils leur sang? Les auteurs voient plusieurs explications à ce phénomène: la mesure d’exclusion étant vécue comme discriminatoire, certains HSH se sentiraient autorisés à la détourner. D’autres facteurs peuvent entrer en ligne de compte comme celui de se faire tester pour le VIH dans un cadre neutre par exemple.

QUEL RISQUE EN CAS D’OUVERTURE DU DON AUX HOMOS?
Mais que se passerait-il si la mesure d’exclusion était levée et si on autorisait en France les homosexuels ayant eu un seul partenaire sexuel dans les 12 derniers mois à donner leur sang? Selon l’analyse de l’INVS, cette mesure pourrait augmenter le risque résiduel de transmission du VIH, mais selon les scénarios, le risque pourrait soit être proche de la situation actuelle ou multiplié par quatre dans le scénario le plus pessimiste.

QUELLE MESURE PRENDRE?
Les auteurs suggèrent que la mesure la plus acceptable serait d’autoriser les HSH abstinents sur les 12 derniers mois, comme vient de le mettre en place le Royaume-Uni. Cette mesure permet en effet de couvrir largement la fenêtre silencieuse du VIH pour les hommes ayant eu des relations sexuelles à risque ou pour ceux dont le ou les partenaire(s) a (ont) pris ou pu prendre des risques.

Le nouveau président de l’Établissement Français du Sang, François Toujas, nommé le 15 octobre dernier, avait déclaré à l’Assemblée nationale le 13 septembre: «être exclu à vie du don du sang en fonction de son orientation sexuelle, ça ne me paraît pas tenable à terme». Le Collectif des 25 000 Donneurs, basé à Toulouse, a d’ailleurs salué cette nomination dans un communiqué et espère y voir le signe d’un changement.

Photo: Animation de Big Dipper et Qouet sur le don du sang.

 

 

Print This Post
 
LES réactions (45)
  • Par Mykerinos 23 oct 2012 - 13 H 40

    On est bien d’accord que chaque don de sang est contrôlé avant d’être redistribué?
    Donc que l’on soit HSH ou autre il y aura une vérification quand au statut sérologique du sang donnée.

    donc comment est il possible que si le don est ouvert au HSH il y aura une augmentation des risque de transmission si tout le monde fait bien sont taff en vérifiant le sang donné.

    Est ce que je me trompe? si c’est le cas je veut bien qu’on m’explique.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Phil86 23 oct 2012 - 14 H 34

    Faudra-t-il être un moine pour donner son sang quand on est HSH ou homo ? C’est ridicule et tout aussi contreproductif que la mesure actuelle : je crains que cette fenêtre de 12 mois n’encourage elle aussi à dissimuler les rapports homos des candidats au don et donc qu’au bout du compte elle ne serve à rien. Un homo en couple stable depuis 10 ans et fidèle ne pourra toujours pas donner son sang ! C’est ABSURDE. Actuellement l’EFS collecte déjà le sang de HSH, preuve s’il en est que la mesure d’exclusion est inefficace.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Fablyon 23 oct 2012 - 14 H 51
    Avatar de Fablyon

    Tout cela est lié à une question de fric en fait. Le sang n’est pas réellement testé comme il le devrait, de plus il est chauffé, donc je ne vois pas trop le problème.

    Mais bon voilà, je ne donnerai plus, tant pis, c’est con parce qu’on manque de sang, mais le miens est donc « impur par principe ».

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Phil86 23 oct 2012 - 14 H 54

    L’EFS est sans doute l’agence publique la plus hypocrite. Il faut boycotter les dons. Qu’ils se débrouillent !

    Signaler ce commentaire

     
  • Par SALOMON 23 oct 2012 - 14 H 59

    La population noire est également très infectée par le HIV.
    Si on interdisait aux noirs de donner leur sang, cela serait immédiatement perçu comme du racisme, et sans doute à juste titre.
    Quand il s’agit de discriminer les gay, cela ne semble pas poser de problèmes.
    Un hétérosexuel séropositif aura beaucoup moins de difficultés à donner son sang qu’un gay sain. Cela m’inquiète un peu…

    Signaler ce commentaire

     
    • Par Christophe Martet 23 oct 2012 - 15 H 29
      Avatar de Christophe Martet

      Ce qui est principalement en cause aujourd’hui est l’exclusion à vie de personnes en raison uniquement de leur orientation sexuelle. C’est cela qui n’est pour beaucoup plus tolérable. C’est pourquoi des changements vont intervenir. Cependant, faire prendre plus de risque aux receveurs n’est pas éthiquement acceptable. Il faut donc arriver à trouver la mesure appropriée afin que le don de sang reste toujours aussi sûr, mais que les règles ne soient pas perçues comme discriminatoires.

      Signaler ce commentaire

       
  • Par Phil86 23 oct 2012 - 15 H 38

    Mais un homo en couple stable depuis des mois, voire des années, et fidèle, où est le risque ??? Je ne vois pas !!! J’ai des potes qui pourraient donner leur sang mais qui en seront toujours empêchés :(

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Caro 23 oct 2012 - 15 H 46
    Avatar de Caro

    Le boycott des dons n’est, à mon avis, pas la meilleure manière de nous faire entendre, nous, militant-e-s à l’ouverture du don du sang aux HSH, incitons plutôt les gens qui peuvent donner leur sang à le faire. Les malades passent avant tout même en étant complètement scandalisé-e-s par cette interdiction absurde.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Phil86 23 oct 2012 - 16 H 22

    Oui, bien-sûr, Caro, mais bon, au bout d’un moment, c’est lassant… Même si je n’étais pas séropo, je pense que je n’irais de toute façon pas donner mon sang.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par nileju 23 oct 2012 - 16 H 30
    Avatar de

    @mykerinos oui le sang est testé sauf que d’après ce que j’ai pu comprendre en discutant avec quelqu’un de l’EFS le sang est testé très rapidement après avoir été donné alors que par exemple il y a une période d’incubation de 3 semaines pour un virus comme le sida par exemple ( @caro @trtd vous me dites si je me trompe).

    Sinon, si j’ai bien compris seuls les HSH qui n’ont pas eu d’activité sexuel depuis 12 mois pourraient donner leur sang ? Ceux qui sont en couple depuis plus 6; 12 mois vois plus seraient toujours exclu ? Sous quel motif ? c’est encore de la discrimination, la fidélité chez les gays existe, elle est même courante, donc je ne vois pas pourquoi on interdirait à ceux-la de donner…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Phil86 23 oct 2012 - 16 H 35

    Oui, si cette idée est adoptée, les gays en couple stable et fidèle, même depuis 25 ans, ne pourront pas donner leur sang : ils seront de fait interdits à vie. Sauf à avoir un rapport sexuel tous les 12 mois et un jour ^^

    Retour à la case départ !

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Christophe Martet 23 oct 2012 - 16 H 41
    Avatar de Christophe Martet

    @nileju L’Institut de veille sanitaire a fait des estimations de l’impact d’une ouverture du don du sang aux homosexuels qui n’auraient eu qu’un seul partenaire dans les 12 derniers mois. Et l’étude conclut que le risque de transmission du VIH serait augmenté. C’est pourquoi dans leur conclusion, ils considèrent comme plus acceptable de proposer d’ouvrir le don aux homos abstinents depuis 12 mois. Mais ce n’est pas l’INVS qui fait les lois.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par vaugoubert 23 oct 2012 - 17 H 23

    Si les calculs de l’INVS sont justes, ouvrir le don du sang aux non abstinents ferait prendre des risques aux receveurs. Par contre, 1 an… Pourquoi pas 3 à 6 mois ? Normalement, le virus se détecte au bout d’un mois…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Christophe Martet 23 oct 2012 - 17 H 25
    Avatar de Christophe Martet

    @vaugoubert Parce que leur étude montre que le risque augmente si on ouvre le don aux personnes qui ont eu une relation sexuelle dans l’année.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par edenkey 23 oct 2012 - 17 H 32

    Si le sang est chauffé, les autres composants du sang ne le sont pas forcément… car le chauffage les détruirait.

    Que prefère t–on ? ménager les susceptibilités des donneurs…. ou garantir ceux qui reçoivent de tout risque?

    Posez vous la question…. si vous deviez recevoir du sang, et que vous aviez le choix… vous opteriez pour l’échantillon qui présente le moins de risque, mais « stigmatisant et discriminant »… ou bien l’échantillon « politiquement correct » et tolérant, mais qui laisse une chance de se choper une hépatite ou un VIH?
    En tout honnêtéte?

    Rappelons par ailleurs que ce n’est pas l’homosexualité qui est ici en cause, mais le comportement sexuel… Les lesbiennes (qui jusqu’à preuve du contraire font partie de la famille HOMO) peuvent sans aucun problème donner leur sang.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par edenkey 23 oct 2012 - 17 H 34

    Salomon:
    pour ton info, les population d’Afrique subsaharienne sont également exclue des dons…. de même que les personnes qui se sont rendues dans les pays touchés par le VIH, le VHC, le VHA durant une période donnée…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Evilys 23 oct 2012 - 17 H 40
    Avatar de Evilys

    Je serais plutôt d’accord pour 3 mois… Voire 6 mois. Mais un an tout de même, ça fait beaucoup. De plus, le sang est toujours étudié avant et heureusement…
    Mais ouvrir le don au HSH abstinent depuis 1 an, c’est toujours mieux que pas du tout…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Caro 23 oct 2012 - 17 H 42
    Avatar de Caro

    Ce qu’on ne nous dit pas/aucune étude n’a été rendue publique, c’est qu’en Italie et en Espagne le don du sang aux HSH est ouvert mais nous ne savons pas si la contamination du VIH a augmenté, diminué, s’est stabilisée.
    L’abstinence sexuelle de 12 mois est une pure aberration !

    Signaler ce commentaire

     
  • Par So So Blog SEO 23 oct 2012 - 17 H 50

    Il faut commencer quelque part. Ok pour les 12 mois et on baissera cette durée petit à petit dans les années qui viennent, quand ils se rendront compte que cela ne change rien au final. Soyons conciliants et évitons d’autres balivernes et débats qui toucheraient encore bien le fond. Il y en a assez avec le mariage…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par vaugoubert 23 oct 2012 - 17 H 54

    @Christophe : si tous les lots sont testés, je ne comprends pas du tout. Normalement, au bout de 3 mois, le virus est forcément détectable.
    Fixer un seuil d’un an, est-ce censé décourager les gens qui ont couché il y a moins de 3 mois, alors qu’un seuil de 3 mois ne découragerait personne ?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Elywen 23 oct 2012 - 18 H 07
    Avatar de

    Alors deja si j’ai bonne mémoire quand j’ai donné mon sang je n’avais eu que des rapports avec des garcons (étant une fille) et il fallait que je n’ai pris aucun risque pendant 3mois. Il suffit d’un tout petit truc pour se faire « éliminer » (piercing, rapport protégé avec un inconnu aussi je crois etc) Ensuite il refuse également si tu as été en voyage parfois jusqu’a un an apres (genre tu peux avoir attraper le palu mais le déclarer que des années apres…) En plus de ca en effet les dons sont controlé mais les faux négatifs ca existe… Donc on peut avoir le VIH depuis 15ans et avoir un test négatif… C’est pour ca que meme s’ils reteste derriere il y a quand meme des gens qui sont condaminés de cette facon…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par nileju 23 oct 2012 - 18 H 23
    Avatar de

    @endenkey : « Rappelons par ailleurs que ce n’est pas l’homosexualité qui est ici en cause, mais le comportement sexuel… Les lesbiennes (qui jusqu’à preuve du contraire font partie de la famille HOMO) peuvent sans aucun problème donner leur sang. »
    Donc selon toi, les gays contrairement aux lesbiennes, ont un comportement sexuel immorale, ils baisent à tout va sans capote avec le 1er venu ? Bravo les clichés…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Klav' 23 oct 2012 - 19 H 45

    « Est ce que je me trompe? si c’est le cas je veut bien qu’on m’explique. »

    => Tu ne te trompes pas, mais il te manque une part de l’équation : les tests ne sont pas infaillibles.
    Vu qu’on parle de poches de sang par million, si dans le lot t’en as 1000 qui sont contaminées et que le test est sensibles à 99,9%, ça veut dire que t’auras une poche de sang contaminée qui passera quand même et sera transfusée à un patient, le contaminant à son tour (la transfusion d’une poche de sang contaminée a bien plus de risques de te contaminer qu’un rapport sexuel anal passif sans protection, alors que c’est le schéma présentant le plus de risques de transmission après…)

    Indépendamment de ça, le véritable risque ce sont les poches qui sont pas détectées parce que le virus n’est pas dans ton organisme depuis assez longtemps pour que ton corps ait produit les anticorps anti-VIH. Or ce sont eux qui sont détectés par les tests et pas les virus eux-même, du coup tu peux avoir la blinde de virus dans ton sang et être très contaminant sans que ça se voie aux tests, d’où le délai habituel de 4 mois pour pratiquement tous les risques liés au VIH

    Signaler ce commentaire

     
  • Par meme-jojo 23 oct 2012 - 20 H 25

    mylerinos, en effet, tu te trompes : La présence du VIH n’est pas détectable immédiatement après l’infection. On recherche soit les protéines virales, soit les anticorps anti-vih dans le sérum. La synthèse d’une quantité d’Ac suffisante pour être détectée par les automates prend quelques semaines, ça s’appelle la « fenêtre sérologique ». En début d’infection, les virions ne sont pas présents en assez grand nombre pour être détectés. La « non-infection » ne peut être déclarée trois mois après l’exposition au virus.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par meme-jojo 23 oct 2012 - 20 H 30

    @nileju : rien à voir avec le fait que le sang soit testé rapidement ou pas après le don, les anticorps détectés par les techniques de dépistage ne vont pas s’auto-générer dans le tube de sang testé…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Red 23 oct 2012 - 21 H 09
    Avatar de Red

    12 mois, c’est trop ! 4, comme pour tous le monde, ça couvre aussi largement la fenêtre silencieuse !

    Signaler ce commentaire

     
  • Par cat 23 oct 2012 - 21 H 18
    Avatar de cat

    ce ne sont pas que les hommes homosexuels qui sont exclus du don du sang, il y a aussi les hommes bi-sexuels, et les hommes qui ont eu au moins une relation sexuelle avec un autre homme. Je tiens beaucoup au terme HsH

    Signaler ce commentaire

     
  • Par nileju 23 oct 2012 - 22 H 42
    Avatar de

    @meme-jojo, je n’ai pas parlé d’anticorps mais de période d’incubation des virus…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par gwen 23 oct 2012 - 23 H 14
    Avatar de gwen

    @christophe le collectif des 25000 donneurs n’est pas basé à Toulouse puisqu’il s’agit d’un collectif d’associations qui militent pour l’ouverture du don du sang pour les HSH. Le collectif Tous Receveurs Tous Donneurs fait partie des membres fondateurs « des 25000″. Idem pour « Pourquoi Sang Privé » (Paris), « homodonneurs »(Toulouse essentiellement), « AEC Toulouse », « Act-Up Sud-Ouest ». De nouvelles asso sont en train de rejoindre ce collectif. L’idée est de rassembler les forces et de s’unir notamment en prévision des futures échanges avec l’EFS, l’INVS et les autres parties prenantes. Nous avons aussi des partenaires comme SOS Homophobie et la Ligue des Droits de l »Homme.
    Merci pour la qualité de l’article !! :)

    Signaler ce commentaire

     
  • Par François 23 oct 2012 - 23 H 26

    Je comprends le calcul fait, mais une partie de la logique m’échappe : les hétéros, on leur fait confiance quand ils assurent ne pas avoir pris de risque ; pourquoi ne ferait-on pas confiance aux homos dans le même cas, par exemple en couple stable et monogame, ayant effectué un test vih ? je ne vois pas la justification logique à cette différence, à moins d’estimer que les homos mentent plus que les hétéros.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par oniisan 24 oct 2012 - 0 H 28
    Avatar de oniisan

    On ne vainc pas une discrimination en en instituant une autre.

    12 mois d’abstinence et pourquoi ce ne serait que les homo qui devraient être abstinents histoire d’avoir le droit de donner?? Que je sache il n’y a pas cette période de 12 mois d’abstinence pour les personnes qui déclarent « autres » qu’homo », donc, encore une fois…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par lgbt-proceedings 24 oct 2012 - 6 H 07
    Avatar de lgbt-proceedings

    Petites précisions :

    L’article est bien écrit dans son ensemble.
    Et on ne peux que saluer le travail de recherche effectué par Yagg sur le sujet.
    Toutefois, j’aurais modifié les phrases suivantes :

    * Le titre :
    « Quel impact aurait l’ouverture du don du sang aux GAYS ET BISEXUELS MASCULINS sur le risque de transmission du VIH ? » (au lieu de « homosexuels »).

    * Ajout de « en France » à la phrase :
     » Les gays et tous les hommes qui ont des relations sexuelles avec les hommes (HSH) sont exclus à vie du don de sang EN FRANCE. »
    En effet, la mesure discriminatoire n’existe pas dans plusieurs pays et les gens (quelque soit leur orientation sexuelle ou leur identité de genre) voyagent beaucoup plus souvent qu’il y a quelques années, il me paraît donc nécessaire de préciser « en France ».

    * Le sous-titre :
    « QUEL RISQUE EN CAS D’OUVERTURE DU DON AUX HSH ? »
    (au lieu de « HOMOS »).

    * La phrase :
    « Mais que se passerait-il si la mesure d’exclusion était levée et si on autorisait en France les HSH » (au lieu de « les homosexuels »).

    * Ajout d’un sous-titre :
    En dessous du sous-titre « QUELLE MESURE PRENDRE? », j’aurais ajouté le sous-titre : « UN NOUVEAU PRÉSIDENT DE L’EFS », afin que le lecteur ne risque pas de penser que Les 25 000 Donneurs soutiendraient éventuellement une mesure d’exclusion extrêmement longue et scientifiquement absurde de un an.

    Cet article n’en reste pas moins un article intéressant à lire, et nous apporte…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par lgbt-proceedings 24 oct 2012 - 6 H 09
    Avatar de lgbt-proceedings

    (suite) – Cet article n’en reste pas moins un article intéressant à lire, et nous apporte des informations précises sur le sujet, notamment en ce qui concerne les nouvelles données de l’INVS.

    Merci à Christophe Martet pour toutes ces infos.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Christophe Martet 24 oct 2012 - 8 H 57

    @gwen merci pour la précision. J’ai été abusé par le communiqué de presse qui indique une adresse à Toulouse pour le collectif.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par vaugoubert 24 oct 2012 - 10 H 35

    On estime à 18% le nombre de gays infectés par le VIH à Paris ( http://www.vih.org/20120716/prevagay-forte-incidence-vih-confirmee-parmi-gays-frequentant-etablissements-convivialite-h ). Un gay parisien a donc infiniment plus de chances de tomber sur un partenaire séropo et, en cas d’incident ou de négligence, d’être infecté qu’un hétéro.

    Je crois que ce chiffre de 18% a été critiqué (il me parait un peu délirant), mais bon, sur cette base, on peut comprendre les précautions prises dans le cadre du don de sang.

    Reste la question de l’année d’abstinence, qui me parait étrange car très différente des délais normaux pour que le VIH soit détectable lors d’un test.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Christophe Martet 24 oct 2012 - 11 H 08
    Avatar de Christophe Martet

    Sur les blogs de Yagg, retrouvez aussi toute l’actualité du groupe Tous Receveurs Tous Donneurs: http://tousreceveurstousdonneurs.yagg.com

    Signaler ce commentaire

     
  • Par cat 25 oct 2012 - 13 H 15
    Avatar de cat

    dans l’étude de l’InVs il y a une estimation du risque de transmission par les HsH non multi-partenaires dans les 12 derniers mois (le même partenaire).Dans cette étude (page 444) le nombre de don anonyme des HsH est lui même une estimation.
    S’il est important de lire avec attention la probabilisation faite par l’InVs il faut tout de même bien garder en mémoire que la base de ces calculs est faite sur une ESTIMATION et non sur des données.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Klav' 25 oct 2012 - 13 H 45

    Vi, parce que bon logiquement les homos ont pas un système immunitaire plus lent que les hétéros, passé 4 mois soit t’es détectable soit tu l’es pas mais le fait d’attendre trois fois plus longtemps changera rien à ça.

    L’idée j’imagine que c’est de vraiment séparer ceux qui sont abstinents depuis longtemps de ceux qui considèrent que entre 2 mois et 4 mois ça change pas tant que ça, mais c’est le même problème pour les hétéros (avec moins de conséquences m’enfin bon), mais sans vrais chiffres derrière ça vaut pas grand chose

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Elywen 25 oct 2012 - 13 H 51
    Avatar de

    Les chiffres changent quelque chose parce que non les homo n’ont pas de systeme immunitaire lent mais! Les VIH se transmettent plus facilement entre deux hommes qu’entre une femme et un homme… elle est la la différence

    Signaler ce commentaire

     
  • Par hadrien 25 oct 2012 - 17 H 36

    Une idée comme ça.

    Si on faisait forcément plusieurs dons de sang à quelques mois d’écart, la dernière étant testée négative comme la précédente, on serait sûr à 100% de pouvoir utiliser la précédente.

    Certes il faudrait fidéliser les donneurs, mais plus aucune restriction de la population des donneurs n’aurait de sens, ce qui augmenterait largement le nombre de donneurs potentiels.

    Cette possibilité pourrait au moins concerner les donneurs pour lesquels il y a un doute minime (les homos fidèles par exemple).

    Vous allez me dire que c’est farfelu, mais j’apprécierais que quelqu’un qui connaît bien le sujet réfléchisse 30 secondes à mon idée quand même.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Bruno_G 25 oct 2012 - 19 H 59
    Avatar de Bruno_G

    @Elywen: c’est faux. Le risque de contamination est plus élevé lors d’un rapport anal réceptif que lors d’un rapport vaginal réceptif, et que lors d’un rapport anal insertif que lors d’un rapport vaginal insertif. Le risque est dans tous ces cas plus élevé que lors d’un rapport bucco-génital, mais c’est tout. Le fait d’être un homme ou une femme n’a rien à voir dans l’histoire.

    L’argument de l’InVS, c’est la prévalence de l’infection à VIH chez les HSH par rapport aux autres groupes de population, c’est à dire le pourcentage de mecs infectés, mesuré à un moment donné. C’est là-dessus qu’ils se basent pour faire leurs calculs de probabilité.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par cat 25 oct 2012 - 20 H 48
    Avatar de cat

    je vous invite à lire l’étude elle est téléchargeable sur le lien dans l’article d’@christophe

    ce qu’il faut savoir d’abord c’est qu’il ne s’agit pas d’une étude statistique à partir de données vérifiables mais d’une probabilisation à partir des données de l’EFS. Par exemple :
    – sur les 39 cas de 2008, l’InVS ne peut pas dire du tout le mode de contamination de 8 poches (soit 21 % des cas – remarque l’InVS ne précise pas s’il s’agit d’homme ou de femme ce qui semble étonnant -> les femmes n’étant pas des HsH potentiels ;) )
    – ensuite je cite l’InVS « La proportion d’HsH parmi les donneurs VIH positifs a ensuite été calculée selon les règles de Rubin » (page 439) Il s’agit donc à nouveau d’une théorie et non de données avérées
    – de même l’InVS est obligée d’admettre que le nombre de donneurs HsH est une estimation.

    Autrement dit le chiffre affiché par l’InVS comme étant le risque résiduel des HsH est le rapport entre le nb de cas connus (estimation) et le nombre de donneurs total d’HsH (estimation)

    De plus il est fait une hiérarchisation dans les causes probables de contamination : un HsH toxico par exemple aura comme cause probable la relation homosexuelle et non la toxicomanie.

    Tout cela pour dire que ce bulletin est très intéressant mais qu’il n’est pas question de données statistiques mais de probabilisation. Et je vous rappelle qu’on a une chance sur 1,8 million de gagner au loto (probe) mais comme je ne joue pas (comportement)…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par cat 25 oct 2012 - 20 H 50
    Avatar de cat

    (comportement) je ne risque pas de gagner.

    Ce sont les comportements qui sont à risque pas l’orientation sexuelle.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par mag 26 oct 2012 - 0 H 42

    Svp cher tous arreter de penser que le sang est chauffé lors de son traitement après le don .Il est filtré pour eliminer les prions (responsable de la maladie de creusefeld jacobs) puis le sang est déleucocyté (elimination de globules blancs ) puis il est centrifugé pour séparer le plasma et les globules rouges qui seront par la suite traiter séparement .Les globules rouges vont etre nourris par une solution stérile pendant un lapse de temps qui permettra de nourrir les globules avant utilisation pour un patient .Le plasma est traité de son coté pour fabriquer d’autres médicaments comme des facteurs de coagulations necessaires à certaines pathologies hématologiques . Voila un petit rectificatif …Pour info le sang chauffé c’est du passé cela date des années du scandale du sang contaminé et l’EFS n’ a pas besoin d’un scandale supplémentaire c’est une explication à la rétissence de l’ouverture aux dons aux HSH .

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.