Poursuivis pour homosexualité au Cameroun, Franky et Jonas ont été condamnés à 5 ans de prison en novembre 2011. Leur affaire a toutefois été portée en appel cet été. L’audience ne cesse de faire l’objet de reports injustifiés par la justice camerounaise. Difficile de les condamner car la communauté internationale suit cette affaire de près – l’ambassadeur du Royaume-Uni avait même assisté à leur procès – mais la pression de l’opinion publique, volontiers homophobe, reste très forte.

Les deux Camerounais sont défendus par la célèbre Alice Nkom, présidente d’Adefho, ainsi que par Saskia Ditisheim, avocate au barreau de Genève et présidente d’Avocats sans frontières en Suisse. Elle avait raconté à Yagg comment s’était passée la première partie du procès, qui a eu lieu en septembre dernier. «Le public applaudissait lorsque le procureur prenait la parole et moi, on me huait», se souvient-elle dans La Tribune de Genève. Il faudra attendre le 21 décembre pour que la justice se prononce enfin… Si le verdict n’est pas une nouvelle fois reporté. En attendant, Franky et Jonas sont toujours retenus en détention. À lire sur La Tribune de Genève.

Photo DR