Égalité des droits, Homoparentalité, Mariage | 19.10.2012 - 12 h 19 | 0 COMMENTAIRES
  • engagement 31
  • jean-luc mélenchon
  • marie-george buffet
  • Parti de Gauche
  • pma

Le Parti de Gauche s’interroge sur le possible divorce entre le gouvernement et les LGBT

Publié par
Et si la France s'inspirait de l'Argentine?

logo Parti de GaucheRéuni en Conseil national le week-end dernier, le Parti de Gauche a adopté une Résolution générale d'actualité politique, qui porte, entre autres nombreux sujets, sur la loi visant à ouvrir le mariage et l'adoption aux couples homosexuels et sur le droit au changement d'état-civil des trans'.

«Concernant l'égalité des droits pour le personnes LGBT, le gouvernement annonce pour la fin de l'année une loi sur “le mariage pour tou-te-s” et l'adoption, très restrictive et en retrait des promesses de campagne, estime le Parti de Gauche. Elle maintiendra des inégalités en droits selon l’orientation sexuelle des parents et ne permettra pas de garantir une filiation pour l’ensemble des enfants déjà en situation d’homoparentalité. Le gouvernement refuse d’annoncer le moindre calendrier quant au droit au changement d’état-civil en fonction de son identité de genre à l’instar de la loi modèle adoptée cette année en Argentine.»

DÉJÀ, EN 2007…
Ces positions sont développées dans un communiqué publié sur le site du parti, qui rappelle qu'au-delà de la promesse de campagne de François Hollande, il s'agit d'«une revendication d’égalité des droits portée par le mouvement LGBT et toute la gauche déjà lors des élections de 2007». Après avoir appelé «toutes les formations politiques, philosophiques et sociales, attachées aux principes d’émancipation, d’égalité des droits et de laïcité à condamner toutes [les] dérives réactionnaires et homophobes que provoque la seule évocation du futur projet de loi», le Parti de Gauche regrette la décision du gouvernement de se contenter d'une loi «a minima», qui «fait le choix de privilégier le mariage comme norme de la conjugalité au détriment du pacs (qui continue à n’ouvrir aucun droit à la filiation conjointe) et abandonne l’idée de revoir dans un débat d’ensemble les formes plurielles de la parentalité et de la filiation s’adressant aussi aux familles hétéroparentales (familles monoparentales, familles recomposées, projets de co-parentalités…)».

«Comme le montre la proposition de loi de Marie-George Buffet soutenue par l’ensemble du Front de Gauche pendant la campagne 2012 et redéposée en juillet dernier à l’Assemblée nationale (n°119), poser le débat de façon large et universelle permet de trouver des solutions aux problèmes concrets qui se posent aux familles homoparentales existantes ou d’intention», souligne le communiqué.

Le texte soulève aussi la question de l'«impact financier» qu'aurait l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes (le Parti de Gauche y est favorable), évoquant les amendements qui doivent être déposés: «qui dit que le gouvernement lèvera le gage financier permettant réellement sa discussion lors des débats?»

QUID DES TRANS'?
Le Parti de Gauche s'inquiète également qu'aucun calendrier n'ait été annoncé sur le droit au changement d'état-civil libre et gratuit pour les trans', «grand oublié du débat actuel sur l'égalité des droits». «Pour le Parti de Gauche c’est une question centrale parce qu’elle déconstruit les enjeux de stéréotypes de genre et de domination hommes/femmes. À ce titre, Jean-Luc Mélenchon, en visite auprès de la présidente de l’Argentine Cristina Kirchner a publiquement salué le 12 octobre les différentes lois argentines qui devraient servir de modèles pour la France, parmi lesquelles: “la loi créant un droit égalitaire au mariage pour tous les couples” et celle sur “la liberté du choix du genre pour chaque personne qui le souhaite”».

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis

Print This Post
Profile photo of Judith Silberfeld
Publié par
Cofondatrice et rédactrice en chef de Yagg.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.