Égalité des droits, Homoparentalité, Mariage | 15.10.2012 - 18 h 41 | 15 COMMENTAIRES
Pour la Fédération protestante de France, «le mariage n’est pas la fête de l’amour»
Publié par
C'est avec force précautions que la Fédération protestante de France (FPF) s'est officiellement prononcée contre l'ouverture du mariage aux couples gays et lesbiens. Tout en laissant ses Église souveraines.

federation protestante de franceC’est avec force précautions que la Fédération protestante de France (FPF) s’est officiellement prononcée contre l’ouverture du mariage aux couples gays et lesbiens. Tout en laissant ses Église souveraines. Donc sans réellement prendre de décision qui engage qui que ce soit.

L’ÉTAT A LE DROIT DE LÉGIFÉRER, LA FPF DE DONNER SON AVIS
Dans sa déclaration du 13 octobre, la FPF commence ainsi par rappeler que pour les Églises protestantes, le mariage n’est pas un sacrement, et que donc l’État est donc légitime à légiférer sur le sujet. «Bien que tout concoure à faire du mariage de personnes du même sexe le sujet de toutes les confrontations, la Fédération protestante de France, constatant que ce n’est pas le cœur de la foi chrétienne n’entend pas entrer en campagne, assure-t-elle. Cela ne lui interdit pas de donner un avis.»

Elle regrette ensuite «l’ostracisme et parfois la persécution dont [les homosexuel-l-s] ont été et sont encore l’objet». Mieux, elle «comprend leur désir de reconnaissance et soutient leur demande de sécurité juridique accrue». Mais pas au point de leur ouvrir le mariage. Après avoir constaté que Jésus dans les Évangiles n’aborde pas [le] sujet [de l’homosexualité], elle affirme que «son silence ne signifie évidemment pas approbation»: «Il indique en tout cas que les questions liées à la sexualité étaient pour lui manifestement moins centrales que celle de l’argent et du pouvoir, par exemple». Nouvelle précaution, donc: «Il ne s’agit donc pas de faire de l’homosexualité et du mariage des personnes de même sexe le centre du débat théologique».

Néanmoins, estime-t-elle, «il faut dire clairement que les distinctions opérées entre homosexualité et hétérosexualité, ne sont pas fondamentalement le reflet d’un moralisme désuet, mais relèvent d’une exigence profonde du corps social. Celui-ci demande à être structuré, symboliquement et réellement, par la présentation et l’acceptation d’une différence originelle et fondamentale qui traverse jusqu’au plus intime des corps et des manières d’être. Considérer toutes les formes de sexualité comme indifférentes, reviendrait en fait à empêcher toute rencontre véritable et tout métissage réels, parce que tout serait déjà imaginairement mélangé et nivelé».

«ÉPOUSABLES ET NON ÉPOUSABLES»
«Le mariage n’est pas la fête de l’amour, la mise en scène de sentiments, mais une organisation sociale qui contribue à structurer les relations en symbolisant la différence entre générations, entre les sexes, entre épousables et non épousables», poursuit la déclaration.

«Il ne s’agit pas de morale mais de symbole, dit aussi la FPF. C’est pourquoi tout en encourageant ses membres à l’accueil respectueux des personnes homosexuelles, sans contester aux pouvoirs publics leur responsabilité législative, la Fédération protestante de France estime que l’actuel projet de « mariage pour tous » apporte de la confusion dans la symbolique sociale et ne favorise pas la structuration de la famille. Il n’est pas question ici de morale mais d’anthropologie et de symboles.»

Le texte se termine par un nota bene, qui rappelle que «la Fédération protestante de France n’est pas une instance doctrinale, chaque Église membre mène pour son propre compte et selon ses propres modalités une réflexion théologique sur ces questions».

UN DISCOURS QUI AURAIT PU ÊTRE TENU… EN 1973
Cela tombe bien, des bénédictions de couples de même sexe par des Églises protestantes ont déjà lieu, par exemple à La Maison Verte, paroisse parisienne animée par le pasteur Stéphane Lavignotte (voir notre interview en 2010 et lire Pour le mariage homosexuel, au nom de la justice et de l’Évangile sur La Vie.fr).

«Le discours tenu aujourd’hui par le conseil de la FPF aurait pu être tenu, épîtres de Paul à l’appui, en 1973, quand le mari a perdu son statut de chef de famille, commente le pasteur Richard Bennahmias sur le site …se réclamant du christianisme social. Au regard des critères invoqués aujourd’hui par le conseil de la FPF, cette modification introduisait “une grave confusion” dans la “différence symbolique” des rôles paternels et maternels au sein de la famille et portait atteinte à un héritage “anthropologique” millénaire. Mais il serait inexact de prétendre que cette modification du code civil a modifié nos repères alors qu’elle a simplement pris en compte une évolution profonde de ceux-ci.»

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis

Print This Post
Avatar de Judith Silberfeld
Publié par
Cofondatrice et rédactrice en chef de Yagg.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (15)
  • Par Pelle Svanslös 15 oct 2012 - 19 H 55

    Quel tissu d’âneries! heureusement que chaque Eglise sera libre de faire ce qu’elle veut.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Lotar 15 oct 2012 - 20 H 27

    Je suis bien ennuyé! J’avais clamé sur les toits que les Protestants étaient les seuls qui ne s’étaient pas prononcés contre le mariage pour tout le monde. J’espère qu’il y aura au moins une église réformée pour faire entendre un discours chrétien intelligent.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Fabtoulouse 15 oct 2012 - 21 H 04

    @Lotar

    Je suis exactement dans la même situation que toi…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Phil86 15 oct 2012 - 21 H 45

    «Le mariage n’est pas la fête de l’amour, la mise en scène de sentiments, mais une organisation sociale qui contribue à structurer les relations en symbolisant la différence entre générations, entre les sexes, entre épousables et non épousables», poursuit la déclaration

    ben dis donc, c’est pas très joyeux, un mariage protestant… j’adore quand les religieux sont précisément ceux qui font tout pour dégouter du mariage ! pas étonnant que le nombre de mariages religieux soit en chute libre, ils font tout pour….

    Signaler ce commentaire

     
  • Par larapascroft 16 oct 2012 - 8 H 28
    Avatar de larapascroft

    « Cela reviendrait à empêcher tout rencontre véritable, et tout métissage réel, parce que tout serait déjà imaginairement mélangé et nivelé » ?????

    Signaler ce commentaire

     
  • Par sossourires 16 oct 2012 - 8 H 53
    Avatar de sossourires

    Ce que j’aime bien avec ce projet de loi, c’est que l’on découvre la définition du mariage de chaque religion.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Fablyon 16 oct 2012 - 11 H 59
    Avatar de Fablyon

    J’adore ! Y’avais donc des gens pour croire qu’une église pouvait être progressistes … C’est beau la candeur :) désolé, mais j’suis fatigué d’exister dans ce monde bourré de croyants…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par michelle-paris 16 oct 2012 - 17 H 18
    Avatar de michelle-paris

    Ils avaient manifesté contre le PACS au coté des autres religions, là je les trouve plutot modérés, en gros ils s’en lavent les mains ;)

    Par contre ces références à l’anthropologie commencent à me les briser menues, vivement qu’un anthropologue de renom leur réponde, de préférence dans un grand média (et pourquoi pas dans Yagg ?), il doit bien y avoir qqes chercheurs sur le sujet !

    Signaler ce commentaire

     
  • Par tof81 16 oct 2012 - 18 H 53
    Avatar de tof81

    « Il ne s’agit pas de morale mais de symbole »

    Qu’est ce qui ne faut pas chercher pour justifier la discrimination.

    Le symbole, ils peuvent se le garder.

    Moi, symboliquement, je ne les écoute plus …

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Red 16 oct 2012 - 21 H 26
    Avatar de Red

    Blablabla anthropologie blablabla, mais on respecte les homos blablabla…
    Enfin je préfère quand même ce discours à celui de l’Eglise catholique.
    Un jour faudra quand même qu’ils nous sortent leurs études anthropologiques…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Richard Bennahmias 17 oct 2012 - 1 H 11

    Bon, comme d’hab, quand on est gay et pasteur, on a l’habitude d’en prendre plein la gueule des deux cotés. Je dois dire que là, ils ont fait fort, le collègues.
    Je rappelle quand même que la plupart des Églises Protestantes d’Europe du Nord n’ont fait aucun problème avec le mariage pour tous. Et que l’Église Protestante d’Italie non plus (mais ça c’est parce qu’ils sont tout près du Vatican, et qu’ils n’aiment pas, mais pas du tout)
    Ces histoires de symbolique et d’anthropologie, c’est un vieil argumentaire concocté dans les années 1980 par une sous-secte de chrétiens lacaniens, dont il faut reconnaîte qu’elle avait fait preuve alors d’admirables capacités d’anticipation.

    Comment ils sont « les protestants », à la base, dans l’Ariège ou la Montagne du Tarn, par exemple ? C’est assez simple : « Richard, quand tu viendras faire le culte dimanche matin, tu peux venir dormir avec ton ami chez nous samedi soir »

    Signaler ce commentaire

     
  • Par etienne 17 oct 2012 - 8 H 58

    Les religions et les religieux; toujours les religions et les religieux; quels boulets, quels malheurs..

    Signaler ce commentaire

     
  • Par REY Michel 17 oct 2012 - 12 H 58

    Réaction au texte de Stéphane Lavignote (clic à partir de l’article de Yagg)
    J’adore l’argumentaire : avec le temps sont apparus des  » jeux différents » dans  » l’ordre symbolique » . On se dit : donc il est pour la reconnaissance de ces nouveaux « jeux », il est pour le mariage pour tou-te-s. Eh non ! Il est pour des formes différentes de reconnaissance correspondant aux « jeux différents », donc un truc qui ne s’appellerait pas « mariage »
    Seulement voilà : Des formes d’union différentes ne signifient pas seulement des « formes de jeu » différentes, mais des « formes de jeu » inégales.
    C’est bien pourquoi, in fine, cette analyse rejoint la déclaration des la Fédération Protestante de France et hélas, sous une forme plus policée et peut être plus « langue de bois », celle de l’église catholique.
    Quant à la liberté laissée aux communautés, ce n’est pas une grande preuve d’ouverture. La fédération n’a guère le choix. Dans le protestantisme, chaque communauté est libre et ne s’en laisse jamais compter.
    S’agissant du libéralisme des églises protestantes du Nord, c’est à voir. En fait, n’étant pas séparées de l’état et le mariage célébré par un pasteur ayant également valeur civile, la loi les a obligées à célébrer des mariages entre personnes de même sexe. Elles y sont contraintes sous peine de perdre leur statut officiel.
    Enfin sur l’ouverture d’esprit des protestants du Gard ou du Tarn, c’est beau, mais c’est le fait de personnes , non d’une…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Richard Bennahmias 17 oct 2012 - 21 H 24

    Certes, c’est le fait des personnes … sauf que je constate que finalement, à force, depuis mon coming out il y a 10 ans, ça fait pas mal de personnes.
    De toute façon, on est bien obligé de constater qu’en ce qui concerne la procréation, les situations sont différentes, sinon les « jeux » (sic ! moi ces histoires de « jeu », ça me fait penser immédiatement à Hockenghem).
    Si je suis homo, c’est bien parce que je sais faire la différence entre un homme et une femme et a fortiori la différence entre un couple d’hommes, un couple de femmes, et un couple hétéro. Le souci manifesté de ne pas « entretenir la confusion » est ridicule.
    De toute façon, quand je prépare la célébration d’une bénédiction de mariage, c’est toujours des questions de personne. Chaque couple est un cas particulier porteur d’un projet singulier et engagé dans une aventure originale. L’appartenance des partenaires à un genre ou l’autre n’a pas d’autre importance que celle que le couple veut bien lui donner. Le cadre général, de toute façon, c’est la mairie qui le fournit.
    Pareil, pas pareil, selon la composition des couples ? Je pense que c’est l’usage qui permettra de le dire. Je parierais pour « preque pareil ». Un des intérêts de la concession de Stéphane au pathos pseudo-lacanien encore en vigueur, c’est d’ouvrir la possibilité d’un usage. Après, on verra bien.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Laïla 18 oct 2012 - 16 H 16

    Je suis d’accord avec pas mal de commentaires… Grosse déception et éloignement personnel confirmé !
    Il faut malgré tout se souvenir que la FPF est composée de l’Eglise Réformée mais aussi de fédérations évangélistes, bien moins avancées sur le sujet… Les discussions ont dû être rudes (j’ai déjà assisté à des réunions de la FPF).

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.