Opinions & Débats | 11.10.2012 - 11 h 12 | 29 COMMENTAIRES
«Oui, nous voulons tout tout de suite. Parce que c’est le bon moment», par Judith Silberfeld
Publié par
Alors qu'il avait toutes les cartes en main pour mettre en place une véritable égalité des droits, le gouvernement tergiverse. Il s'agit non seulement d'un reniement sur les engagements de campagne, mais aussi d'une erreur politique.

Bien sûr que nous aurions aimé y croire. Très vite, pourtant, il est apparu, de plus en plus clairement, qu’il fallait s’attendre à être déçu-e-s. La formulation de l’engagement 31, déjà, laissait la place à trop d’interprétations: adoption plénière? Adoption simple? Pour tous les couples ou juste pour les couples mariés? Avec la possibilité d’adopter l’enfant du partenaire? Autant de questions, et bien d’autres encore, auxquelles s’ajoute l’erreur de limiter l’homoparentalité à l’adoption. Mais passons.

Puis vint la nomination du gouvernement, où, de l’aveu même de Najat Vallaud-Belkacem, qui s’est retrouvée titulaire d’un ministère des Droits des femmes, il manquait un portefeuille sur l’égalité des droits (d’où la mission contre l’homophobie et la transphobie qui lui a été confiée par Jean-Marc Ayrault). Un gouvernement dont la ministre déléguée à la Famille a semblé, dès ses premières interviews, vouloir marquer son territoire, en insistant – et on ne le lui reprochera pas – sur le fait qu’elle était la ministre de toutes les familles, homoparentales incluses.

On a dès lors eu le sentiment d’assister à une bataille d’égos: qui marquerait l’Histoire en ouvrant le mariage, plus de 10 ans après les Pays-Bas, aux couples gays et lesbiens? Qui succéderait à Robert Badinter dans nos cœurs? Aujourd’hui, il semble que la réponse soit: personne.

Certes, nous allons pouvoir nous marier. Dans certains cas, nous allons même le devoir (on pense aux téméraires qui voudraient tenter d’adopter en couple). Mais c’est tout. Pas de présomption de parentalité, pas de PMA, pas de statut du parent social. Quant à la GPA, on n’y pense même pas.

«BEEN THERE, DONE THAT»
D’aucuns, y compris au sein de la communauté LGBT, nous reprochent d’en demander trop, de vouloir tout tout de suite, de refuser la logique du «chaque chose en son temps». Been there, done that. Dans les années qui ont précédé le vote de la loi instaurant le pacs, nous réclamions le droit au mariage parce que nous étions conscient-e-s que cette «étape» du pacs, non contente de priver nos familles de quelque reconnaissance que ce soit, reportait aussi toutes les autres «étapes» aux calendes grecques.

Sans doute parce qu’il a peur de ne toujours pas pouvoir compter sur ses troupes – en 1998, la loi sur le pacs n’avait pu être votée, faute d’un nombre suffisant de député-e-s socialistes présent-e-s à l’Assemblée –, le gouvernement, qui dispose pourtant officiellement d’une majorité confortable au Sénat comme à l’Assemblée nationale, nous refait le coup du «raisonnable». On a vu, en 1998, le succès qu’avait eu le raisonnable.

On nous objecte aussi que l’égalité des droits ne devrait pas être prioritaire, que nous ne sommes pas juste LGBT et devrions comprendre qu’en ces temps de crise, le gouvernement a d’autres chats à fouetter. En 1982, lorsqu’il a aboli la peine de mort et dépénalisé les relations homosexuelles avec des mineurs de plus de 15 ans, Robert Badinter appartenait également à un gouvernement confronté à la crise. Puisqu’il semble là aussi de plus en plus évident qu’à l’épreuve de la réalité, le gouvernement aura du mal à tenir les belles promesses du candidat Hollande, puisque l’économie mondiale marche sur la tête et que la France n’est pas l’Islande, la période est idéale pour donner des droits à moindres frais, pour engranger des symboles, pour marquer l’Histoire de son empreinte. Les droits fondamentaux (égalité homos/hétéros, droits des trans’, droit de vote des étrangers, égalité hommes/femmes), ça ne nourrit pas, mais ça réchauffe le cœur. Et c’est bon pour le karma de ceux et celles qui les rendent accessibles à tou-te-s. En ce moment, un bon karma, ça ne se refuse pas.

Photo jmayrault / Yagg

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis

Print This Post
Avatar de Judith Silberfeld
Publié par
Cofondatrice et rédactrice en chef de Yagg.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (29)
  • Par cat 11 oct 2012 - 11 H 17
    Avatar de cat

    n’est pas Robert Badinter qui veut :(

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Pelle Svanslös 11 oct 2012 - 11 H 19

    J’applaudis des quatre pattes.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Rock 11 oct 2012 - 11 H 28
    Avatar de Rock

    Se dire que le discours de Badinter n’a pas pris une ride: « L’Assemblée sait quel type de société, toujours marquée par l’arbitraire, l’intolérance, le fanatisme ou le racisme a constamment pratiqué la chasse à l’homosexualité. Cette discrimination et cette répression sont incompatibles avec les principes d’un grand pays de liberté comme le nôtre. Il n’est que temps de prendre conscience de tout ce que la France doit aux homosexuels comme à tous ses autres citoyens dans tant de domaines. La discrimination, la flétrissure qu’implique à leur égard l’existence d’une infraction particulière d’homosexualité les atteints – nous atteint tous – à travers une loi qui exprime l’idéologie, la pesanteur d’une époque odieuse de notre histoire. Le moment est venu, pour l’Assemblée, d’en finir avec ces discriminations comme avec toutes les autres qui subsistent encore dans notre société, car elles sont indignes de la France. »

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Raphaël 11 oct 2012 - 11 H 40
    Avatar de

    Bel article, très juste, qu’on aurait pourtant aimé ne pas avoir à lire :-(

    Signaler ce commentaire

     
  • Par nileju 11 oct 2012 - 12 H 05
    Avatar de

    « qu’il fallait s’attendre à être déçu-e-s. » Non, non, non moi je ne suis pas déçu, « qu’il fallait » donc on a pas le choix ? On doit être déçu ? Et bien non je ne suis pas déçu, je ne suis pas satisfait non plus mais je suis loin d’être déçu, on va quand même avoir le mariage et l’adoption c’est un grand pas en avant et je en vois pas pourquoi je devrait être déçu.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Judith Silberfeld 11 oct 2012 - 12 H 11
    Avatar de Judith Silberfeld

    @nileju Déjà, l’adoption, c’est symbolique, il n’y a pas d’enfants adoptables. Et même si c’était une vraie possibilité, ne pas profiter de l’occasion pour l’ouvrir aux couples pacsés et concubins, c’est aller contre le sens des choses.

    Et surtout l’égalité des droits, ce n’est pas le mariage, c’est l’égalité sur tout, partout, tout le temps. Le gouvernement fait dans la demi-mesure. Certes c’est un premier et grand pas, mais pour avancer, il faut faire plusieurs pas. Après cette loi, nous sommes condamné-e-s au sur place pour qui sait combien de temps.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Phil86 11 oct 2012 - 12 H 12

    Perso, je serai déçu si le vote de ce texte n’ouvre pas dans la foulée à un vote sur un autre texte concernant la filiation sous toutes ses formes et concernant aussi bien les hétéros que les homos.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Phil86 11 oct 2012 - 12 H 15

    @judith : ne peut-on pas imaginer que dans la foulée de ce texte, un texte sur la filiation soit déposé par des parlementaires ? je n’y vois pas d’obstacles, mais je me trompe peut-être.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Judith Silberfeld 11 oct 2012 - 12 H 23
    Avatar de Judith Silberfeld

    @Phil86 Si, si, on peut toujours l’espérer. Mais si vraiment ce qui fonde la peur du gouvernement, c’est que les parlementaires ne votent pas son texte, il est difficile de croire qu’ils voteront plus facilement des amendements, ou un texte issu de leurs rangs (il y a la proposition de loi d’Esther Benbassa, par exemple, qui sans tout couvrir va déjà beaucoup plus loin que ce vers quoi se dirige le projet de loi, et il y en a eu plusieurs autres avant, d’élu-e-s EELV aussi ou PCF, qui pourraient revenir). Mais rien n’est impossible.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Phil86 11 oct 2012 - 12 H 28

    Je n’aurais pas tendance à être aussi pessimiste, et pourtant je ne suis pas optimiste de nature. J’ai l’impression que le fait que le texte ne soit pas complet est dû au fait que la filiation pose des questions plus complexes et qui concernent aussi la filiation pour les hétéros, peut-être le gouvernement veut-il se donner le temps d’une réflexion plus approfondie sur le sujet pour ne pas se rater.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par laptiteblan 11 oct 2012 - 12 H 29

    Ouais, je m’attendais à être déçue, mais là ça dépasse tous mes espoirs ! Quel manque de courage et de volonté, Hollande est vraiment en dessous de tout et c’est bien dommage.
    Et j’ai bien peur qu’on ne soit pas au bout de nos peines…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par vaugoubert76 11 oct 2012 - 12 H 56
    Avatar de vaugoubert76

    L’article mêle un peu trop les revendications. Si les questions liées à la parentalité sont légitimes et appellent une réponse facilitant la vie des couples homos et de leur progéniture, en revanche, la GPA soulève des questions de bioéthique donc probablement un avis du Comité national pour la bioéthique. Et pour le coup, la GPA, pour des homos ou des hétéros, soulève de lourdes questions d’éthique, non ?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Phan Bigotte 11 oct 2012 - 12 H 59

    (…) « En 1982, lorsqu’il a aboli la peine de mort et dépénalisé les relations homosexuelles avec des mineurs de plus de 15 ans, Robert Badinter appartenait également à un gouvernement » (…)
    =====>
    Bravo à Judith Silberfeld d’avoir cité correctement, dans son texte, cette vérité historique :
    en effet c’est exact qu’en 1982, Robert Badinter a dépénalisé les relations homosexuelles avec des mineurs de plus de 15 ans : c’était « la dépénalisation des relations homosexuelles avec les mineurs de plus de 15 ans »
    Et que d’autres appellent cela : « la dépénalisation de l’homosexualité en France » (alors qu’en France, l’homosexualité n’était pas interdite entre adultes/majeurs avant l’élection du président François Mitterrand).
    =====> =====>
    http://www.archiveshomo.info/archives/divers/1981.htm
    :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Judith Silberfeld 11 oct 2012 - 13 H 02
    Avatar de Judith Silberfeld

    @vaugoubert76 J’ai écrit «Quant à la GPA, on n’y pense même pas». Si on ne pense pas, il n’y a pas de réflexion. Pour répondre aux questions qui se posent, il faudrait déjà les soulever.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par expatriées 11 oct 2012 - 13 H 09

    Je vis en Belgique. Je suis française et je suis mariée avec la femme que j’aime depuis 5 ans. Même en Belgique la présomption de parentalité n’existe pas pour un couple de même sexe. Mon épouse a du après notre mariage faire des démarches pour adopter notre fille qu’elle élève depuis sa naissance. En Belgique, le mariage a été légalisé en 2003, l’adoption elle l’a été 2 ans après en 2005.
    Je pense que c’est déja bien que le gouvernement ouvre le mariage et l’adoption, non ?. Concernant la GPA, je suis d’accord avec vaugoubert 76, elle soulève de lourdes questions d’éthique. Même chez nous en Belgique, beaucoup ne sont pas prêts à légaliser la GPA.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Phil86 11 oct 2012 - 13 H 20

    La GPA est déjà rejetée pour les hétéros, donc elle ne sera pas débattue dans l’immédiat pour les homos !

    Je suis très partagé sur tout ça : moi aussi j’ai envie d’une égalité pleine et entière tout de suite mais je me dis aussi qu’il vaut peut-être mieux traiter chaque question indépendamment les unes des autres.

    Je ne sais plus trop quoi en penser.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Spendius 11 oct 2012 - 13 H 24
    Avatar de Spendius

    Je suis partagé, d’un côté je me dis que toute avancée est bonne à prendre, quitte à faire plusieurs étapes comme en Belgique, mais d’un autre côté si la gauche ne le fait pas maintenant alors qu’elle a la majorité absolue partout ça risque d’être plus difficile plus tard… Quand à la GPA, vu le conservatisme qui règne sur tout ce qui touche à la bioéthique, ça n’est pas près d’arriver.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par vaugoubert76 11 oct 2012 - 13 H 32
    Avatar de vaugoubert76

    Pour une fois, je suis d’accord avec Phil.
    La gauche n’a vraisemblablement pas une majorité si assurée que ça pour faire voter ce texte au parlement.
    Le tout, tout de suite pourrait peut-être s’avérer préjudiciable actuellement, et on peut imaginer plusieurs lois (projets ou propositions) sur un quinquennat. Ça vaut mieux que d’avoir un nouveau camouflet comme celui du PACS.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Judith Silberfeld 11 oct 2012 - 13 H 35
    Avatar de Judith Silberfeld

    Sauf qu’ils sont en train de suivre exactement la même démarche que pour le pacs. Adopté en 1999. Nous sommes en 2012. Rendez-vous pour la suite en 2025?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Phil86 11 oct 2012 - 13 H 36

    Judith n’a pas tort, hélas.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par richard123 11 oct 2012 - 13 H 51

    Mariage et adoption, c’est déjà très bien. N’allons pas trop vite et pour les décu(e)s, qu’ils votent à droite ou extrème droite la prochaine fois en 2017, et là, il n’y aura rien du tout. Alors un peu d’indulgence et soyez heureux de ce petit pas qui sera un jour très grand.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Phil86 11 oct 2012 - 13 H 54

    Richard n’a pas tort non plus.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par patrick54 11 oct 2012 - 15 H 24

    Que dire des associations LGBT dont une fédération qui ont clairement appelé à voter François Hollande, ont envoyé de multiples communiqué de soutien au projet de loi. Ces associations ont-elles servi la cause LGBT?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par nileju 11 oct 2012 - 16 H 00
    Avatar de

    @judith Bas si on doit attendre 10 ans on attendra 10 ans pis c’est tout!
    Je préfère avoir une loi au minima que pas le loi du tout. On voit bien déjà que les députes ne sont pas très chaud pour l’adoption, alors je vous laisse imaginé pour la pma.
     » il n’y a pas d’enfants adoptables » oé, bas va dire ça aux gamins qui vivent dans les foyers de la DDASS.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par expatriées 11 oct 2012 - 16 H 37

    @nilejeu. Tout a fait d’accord avec vous. Il est mieux d’avoir le mariage et l’adoption que rien du tout.

    Par contre, oui c’est vrai, il y a très peu d’enfants adoptables. Les enfants de la DDASS, ne sont pas tous adoptables, car pour qu’un enfant soit adoptable il faut que ses parents biologiques l’ai abandonné.

    Les enfants de la DDASS sont la plupart, des enfants non adoptables, mis dans un foyer de l’enfance ou dans une famille d’accueil pour être protégé des problèmes de violences ou autres se trouvant au sein de leur celule familiale.

    Un enfant pour qu’il soit adoptable, il doit être abandonné, ce n’est pas la majorité des enfants de la DDASS.

    Je suis française, et je vis en Belgique depuis 7 ans pour des raisons professionnelles. La Belgique a ouvert le mariage en 2003 et l’adoption en 2005.

    Et depuis la légalisation de l’adoption en 2005, je ne connais aucun couple de même sexe marié qui ont pu adopter à l’internationale un enfant.

    L’adoption en Belgique concerne surtout les adoptions intra-familiales. C’est notre cas, mon épouse après notre mariage a pu adopter notre enfant qu’elle élève depuis la naissance.

    L’adoption à l’internationale pour les couples de même sexe reste exceptionnelle, car la majorité des orphelinats sont tenus par des catholiques.

    Ce n’est pas parce que l’adoption sera légalisée, que les couples mariés pourront adopter à l’internationale. Et ça, c’est la réalité.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par nileju 11 oct 2012 - 16 H 48
    Avatar de

    @expatriées oui ça parait évident, par contre je ne savais pas que certains enfant de la DDASS n’étaient pas adoptables, je croyais que les enfants pas abandonné ou retirés à leurs parents pour maltraitance étaient mis dans des familles d’accueil.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par etienne 11 oct 2012 - 16 H 54

    Bonsoir; selon ce que je lis, de vos réflexions, le mariage et l’adoption seront ouverts à tous: moi, je ne croyais pas que nous aurions ce « minimum ». La période est à toutes les restrictions. Avec le précédent président, il n’était pas question, même de ce minimum. J’en prends acte; mais mon sentiment se retrouve flétri par le manque de courage de celles et ceux que nous avons choisis. La Politique en général, m’a toujours « débecté. Le déroulement de la politique actuelle, dans l’Europe entière, ne me fera pas changer. Suis-je un indécrottable idéaliste?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par expatriées 11 oct 2012 - 17 H 31

    @nileju. Et oui. c’est bien là le problème. Les enfants retirés pour cause de maltraitance ne sont pas adoptables car leurs parents ne les ont pas abandonnés. Ces enfants sont confiés à la DASS, ils vont ensuite, soit en famille d’accueil soit en foyer de l’enfance. Ils sont mis sous la tutelle du juge des enfants. C’est le cas, de la majorité des enfants de la DDASS.

    C’est pour cela qu’en France ou en Belgique d’ailleurs, il y a très peu d’enfants adoptables, l’adoption se fait majoritairement à l’internationale.

    Et là, cela pose problème, car même marié, les couples de même sexe sont confrontés au refus des orphelinats à l’internationale, car tenus majoritairement pas des cathos.

    Comme je l’ai dis dans mon précédent post, je vis en Belgique depuis 7 ans. Je suis mariée depuis 5 ans. Et mon épouse a pu adopter notre enfant après notre mariage.

    En Belgique, l’adoption est légalisée depuis 2005. Et je ne connais à ce jour, aucun couple de même sexe qui ont pu adopter à l’internationale. Les adoptions sont surtout intra-familiale.

    C’est tout le système de l’adoption en France qui faudrait revoir.

    Car il y des enfants qui restent dans des familles d’accueil car ils ne peuvent être remis à leurs parents à cause du risque de maltraitance, certains sont pris en charge par la DASS, jusqu’à leur majorité.

    La question à se poser, est : ces enfants seraient t’ils pas mieux dans une famille aimante en étant adopté, au lieu de rester enfant de la…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par koupit 11 oct 2012 - 20 H 02
    Avatar de koupit

    Pas le moral …

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.