Société | 11.10.2012 - 18 h 24 | 8 COMMENTAIRES
Journée du coming-out: Sortez du placard!
Publié par
En cette journée du coming-out, Yagg lance un appel: ensemble, nous sommes plus fort-e-s.

«Le placard est à proprement parler une stratégie, une institution de répression, de persécution, de contrôle, d’invisibilité et d’injonction au silence; il est pensé pour nous effacer de la société en nous privant de la parole et de l’accès à la vie publique. Nous sommes là, ils n’y peuvent rien; mais quand ils parviennent à caser le plus grand nombre d’entre nous dans le placard, ils ont au moins la garantie que nous ne ferons pas de bruit, que nous serons invisibles et qu’au bout du compte, ce sera comme si l’homosexualité n’existait pas, ou comme si elle était marginale, méprisable, indigne de la plus petite considération.» Écrites à la fin des années 1990 par Ricardo Llamas et Francisco Javier Vidarte (lire Livre: «Homographies», essai salutaire), ces phrases prennent ces jours-ci une dimension toujours plus grande.

ON RESPIRE MIEUX DEHORS

On célèbre aujourd’hui la Journée internationale du coming-out, et alors que le gouvernement vient de confirmer son intention de laisser les LGB (et a fortiori les T, puisque si des demandes aussi simples qu’une égalité des droits ont du mal à passer, on imagine les ravages que feront les discussions, si un jour elles ont lieu, sur la reconnaissance de l’identité de genre) au milieu du gué, sortir du placard apparaît plus nécessaire que jamais. Comme nous l’avons déjà écrit, on ne fait jamais un seul coming-out, on en fait 10, 20, 1000. Certains se passent bien, d’autres non, mais toutes celles et tous ceux qui ont réussi à franchir la porte au moins une fois s’accordent à dire que l’on respire mieux dehors.

«UN ACTE DE LIBÉRATION»

Bien sûr il faut se sentir prêt-e, ne pas être forcé-e (sauf cas exceptionnels). Ne pas non plus se sentir obligé-e de rester enfermé-e pour de mauvaises raisons. Ne pas avoir honte: être gay, lesbienne, bi ou trans’, c’est une réalité, pas une tare. «Une sortie de placard ne doit jamais être timorée, ni une autoflagellation, écrivent aussi Ricardo Llamas et Francisco Javier Vidarte. (…) Il faut sortir du placard à la Van Damme, à la Rambo ou à la Demi Moore, à la Jeanne d’Arc, à la marines (…) La porte, il ne faut pas l’ouvrir, il faut la défoncer à grands coups de pieds, pour les contraindre, de l’autre côté, à faire gaffe aux éclats de bois, et surgir comme une lionne, sa mitraillette à la main, en tenue de camouflage, de la peinture noire sous les yeux – ça fait toujours son petit effet (après tout, nous travestir et nous maquiller, c’est notre truc, non?) (…) Il s’agit d’un acte de libération, une véritable sortie de prison et il n’y a nul besoin de demander l’autorisation.» N’ayez pas peur, ça fait moins mal qu’il y paraît. D’autant que sur Yagg, vous pourrez toujours compter sur le soutien de la communauté.

De nombreux/ses yaggeurs et yaggeuses ont déjà raconté ou fait leur coming-out sur le blog que nous avons créé à cet effet. Lisez leurs témoignages, apportez le vôtre.

Et si vous êtes dans la lumière (élu-e, acteur/trice, chanteur/euse…) et que vous aussi, vous rêvez d’un peu de liberté mais ne savez pas par où commencer, la Yagg Team se fera un plaisir de vous aider à franchir le pas. Nous avons tou-te-s besoin de votre lumière. Et les coming-outs, on adore ça, ça rend heureux/se.

Illustration Keith Haring/Human Rights Campaign

Print This Post
 
LES réactions (8)
  • Par Rock 11 oct 2012 - 18 H 54
    Avatar de Rock

    Ouais, je suis gouine et alors? Tu veux que j’te pète la gueule? ©

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Alex 11 oct 2012 - 21 H 27
    Avatar de Alex

    La citation en début d’article, je ne l’avais jamais lu avant… Mais j’adore, je la note ! <3

    Signaler ce commentaire

     
  • Par larapascroft 11 oct 2012 - 22 H 59
    Avatar de larapascroft

    Je suis entrain de lire les Homographies (qu’on peut commencer par n’importe quel chapitre) et j’ai commencé, en l’ouvrant au hasard, par Le PLACARD : et j’exulte !!! Aucune phrase pèse moins lourd que l’autre, chaque mot est à sa place et l’ensemble sonne d’une parfaite justesse. Nous pouvons tous ressentir ce qui est écrit…
    Alors oui, défoncez la porte déguisé(e)s en panthère car oui c’est à ce moment qu’on prend les commandes de sa vie et oui on a envie de hurler de joie et on éprouve dès lors une jubilation constante, comme la sensation d’une deuxième naissance.
    Faites-le pour vous, pour respirer pleinement et vous approprier votre vie, pour vous restituer ce qui vous revient de droit et que la société vous a pris : « la parole, l’accès à la place publique », l’épanouissement de soi et, souvent, l’estime de soi.
    Mais faites-le pour la communauté et, de fait, pour la société toute entière. Car l’homophobie découverte ou déguisée en l’hétérosexisme, hétérocentrisme ou tout autre nom, celle qui nous oppresse et nous met dans le placard dès l’enfance, se nourrit de nous y savoir. Comme le disait si justement Harvey Milk : « Come out ! ».
    Nous avons tous un devoir de lutte contre l’homophobie en utilisant une arme très simple : vivre normalement. Ne rentrez pas dans la provocation mais rendez-vous visibles. Vivez normalement. Ne censurez jamais plus ni vos gestes, ni vos paroles, ni vos manifestations de joie, de tristesse, de colère afin de rendre…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par larapascroft 11 oct 2012 - 23 H 03
    Avatar de larapascroft

    suite commentaire 22h59 :

    Nous avons tous un devoir de lutte contre l’homophobie en utilisant une arme très simple : vivre normalement. Ne rentrez pas dans la provocation mais rendez-vous visibles. Vivez normalement. Ne censurez jamais plus ni vos gestes, ni vos paroles, ni vos manifestations de joie, de tristesse, de colère afin de rendre votre orientation amoureuse invisible. Si vous avez la chance d’être en couple, présentez l’élu(e) comme tel. En agissant ainsi, non seulement vous vous aimez, vous vous respectez, mais vous permettez également de rendre la minorité moins minoritaire et de montrer à chacun qu’il connaît, dans son entourage un(e) homosexuel(le) qui lui ressemble et avec qui il a des points communs. Plus une minorité apparaît minoritaire, plus il est facile de la discriminer. Plus elle est invisible, plus elle est silencieuse, plus grande est la place laissée aux clichés.
    La lutte contre l’homophobie et contre le Placard qui la représente se fait sur plusieurs fronts. L’un d’entre eux, probablement le plus puissant, c’est nous. Nous et notre manière de nous percevoir, de nous respecter et de nous autoriser à vivre normalement.
    Vous avez le droit de vivre à découvert, même si cela semble difficile d’accès. C’est votre droit le plus stricte alors prenez-le. Goûtez-y.
    C’est un énorme sentiment de liberté, de jubilation et de force qui se trouve derrière la porte du Placard….et qui vous attend.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par dunes 12 oct 2012 - 11 H 28
    Avatar de dunes

    A vrai dire, sortir du placard en défonçant la porte à grands coups de pieds,en tenue de camouflage et peinture noire sur le visage, ça me tente assez. :)

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Rock 12 oct 2012 - 11 H 48
    Avatar de Rock

    Pour toi Public !

    Mon premier C.O, 5 min avant:
    http://25.media.tumblr.com/tumblr_mb67k6YSdt1rhuy1vo1_400.gif

    Aujourd’hui:
    http://25.media.tumblr.com/tumblr_mat5dewBFR1rhuy1vo1_r2_400.gif

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Rémi 12 oct 2012 - 13 H 59

    Une proposition d’accompagnement en Rhône-Alpes faite aux hommes et aux femmes, jeunes ou adultes pour sortir du placard et/ou pour être bien avec soi une fois sorti : http://www.sortiedeplacard.com

    Signaler ce commentaire

     
  • Par fcpgismo 13 oct 2012 - 11 H 35
    Avatar de fcpgismo

    La sortie du placard est un bon moyen pour faire reculer l’ homophobie , je l’ ai vérifié à chaque occasion, lorsque dans un groupe des phrases à tendance homophobe sortaient et que mes interlocuteurs apprenaient ma différence ils étaient décontenancé et plus aucune insulte ne venait troubler les relations de groupe.Fier non pas d’être, mais d’ assumer mon privilège, aimer les Garçons et les filles.

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.