Culture & Loisirs
Télé | 10.10.2012 - 12 h 40 | 9 COMMENTAIRES
Bruno Nahon, créateur d’«Ainsi soient-ils»: «L’homosexualité est un fait majeur dans l’Église»
Publié par
Pour Bruno Nahon, créateur et producteur de la nouvelle série d'Arte, il est crucial de lever le tabou sur les relations entre hommes au sein de l'institution ecclésiastique.

Avec Ainsi soient-ils, Arte veut bousculer les codes de la fiction française. En plus d’affiches présentes dans le métro, la chaîne a également misé sur un tumblr très drôle à base de gifs animés. La série n’est pourtant pas axée sur la comédie. Ainsi soient-ils plonge dans le quotidien de cinq candidats à la prêtrise qui entrent au séminaire des Capucins, à Paris. Entre leurs idéaux et les enjeux de pouvoirs qui secouent l’Église, le cocktail est tout simplement explosif. Au cours des huit épisodes de la première saison, plusieurs thèmes sont abordés: l’avortement, la misère, le déclin de l’Église, l’ambition dévorante de certains, mais aussi des histoires de cœur. La bande-annonce laisse notamment deviner une romance entre deux des protagonistes masculins de la série, Guillaume (Clément Manuel) et Emmanuel (David Baïot).

Si vous ne voyez pas la vidéo, cliquez sur Bande-annonce Arte – Ainsi soient-ils

Pour en savoir plus, Yagg a posé quelques questions à Bruno Nahon, créateur et producteur de la série.

Après le téléfilm Silences d’État et le documentaire L’Enfer de Matignon où vous vous intéressiez aux coulisses du pouvoir politique, vous pénétrez derrière les murs d’un séminaire dans Ainsi soient-ils. Qu’est-ce qui vous a amené à pousser la porte de l’Église? Là où j’ai grandi, en banlieue, les jours fériés, on pouvait regarder la télévision. Et on tombait sur des émissions religieuses, notamment des messes ou des rassemblements. J’étais frappé par l’ampleur de la production. Je n’ai vu ça dans aucun film. C’est tellement ample, tellement vaste, avec une mise en scène implacable! Ces hommes habillés de la même façon depuis des siècles et qui parlent dans une langue mystérieuse… Le pape qui fait des gestes de théâtre assez forts, comme embrasser le sol en arrivant dans un pays… On éprouve de la fascination pour eux, mais ce sont des hommes, avec une psychologie, un caractère, une volonté, un désir, et c’est ce qu’on a voulu montrer dans Ainsi soient-ils.

En regardant la série, on a parfois l’impression que vous ne portez pas l’Église dans votre cœur… Pas du tout. Il y a deux, voire trois églises dans Ainsi soient-ils. D’abord, celle d’en bas, avec des jeunes gens qui veulent donner un sens à leur vie. Il y a celle du milieu, celle de la Conférence des évêques de France et du père Fromenger. Et il y a celle du haut, au Vatican. Mais il n’y a pas de vision négative. Le père Fromenger par exemple incarne des valeurs progressives. Il sait que les hommes ne sont pas des anges et il est ancré dans la réalité. Il a conscience que l’église est en chute libre, alors il fait le choix pragmatique d’un système financier pour faire durer son église, pas pour s’enrichir. C’est un personnage positif qui doit affronter une hiérarchie qui se préoccupe plus de l’intérêt particulier que de l’intérêt général. Je n’ai jamais eu l’envie d’être négatif envers l’Église. Et dans Ainsi soient-ils, il y a justement une volonté de réhabiliter le religieux. Pas la religion.

L’Église catholique se montre plutôt rigide sur la question de l’homosexualité. Vous avez pourtant choisi de mettre en scène des personnages gays. Pour la provoquer? L’homosexualité est une réalité de l’Église. C’est quelque chose de l’ordre de l’amour qu’on a voulu montrer. Tous les gens qu’on a consultés pour la série étaient d’accord là-dessus: l’homosexualité est un fait majeur, mais terriblement secret et caché. Notre boulot, c’est de surprendre le spectateur et de changer son regard sur le monde. On ne voulait pas raconter l’histoire de séminaristes sous le coup d’impulsions sexuelles mais sous la douce pression de l’amour. Brokeback Mountain l’avait déjà fait, mais dans l’Église, ça accroche plus. Quel dommage que tout ça ne bouge pas! La question de l’amour est pourtant centrale. Au nom de quoi on empêche l’amour de vivre?

La romance entre Guillaume et Emmanuel est visible dès la bande-annonce. C’était quelque chose d’important pour vous? On s’est longtemps demandé si on devait la montrer dans la bande-annonce. Parce qu’entre eux, c’est fait de petits moments. On a voulu faire une série chorale avec beaucoup de personnages et on ne souhaitait pas tout concentrer sur eux. Leur intrigue est aussi importante que le reste. On est au-delà des questions de diversité, on désirait les considérer juste comme des personnages de fiction comme les autres. C’est une intrigue normale, c’est la vie! Ces personnages ne le vivent pas dans la douleur, mais ce qui est difficile, c’est la façon dont, en face, on accueille, ou pas, cet amour. C’est de l’ordre du mélo. Par rapport à d’autres gens, le simple fait qu’ils vivent leur amour pose problème et c’est ce qui rend leur histoire plus belle et plus précieuse.

 Ainsi soient-ils, à partir du jeudi 11 octobre à 20h50 sur Arte.

Suivez Julien Massillon sur Twitter: julienmsln

Print This Post
Avatar de Julien Massillon
Publié par
Journaliste de Yagg. Retrouvez-moi sur Twitter.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (9)
  • Par Spendius 10 oct 2012 - 12 H 44
    Avatar de Spendius

    Le tumblr est vraiment drôle :D

     
  • Par Red 10 oct 2012 - 14 H 34
    Avatar de Red

    J’adore j’adore j’adore, j’ai trop hâte !

     
  • Par Klav' 10 oct 2012 - 15 H 39

    Excellent Tumblr en effet :P

     
  • Par etienne 10 oct 2012 - 17 H 08

    Re bonsoir. Non c’est pas vrai; des homosexuels sous les soutanes? Vous allez faire jaser dans les salons et les chaumières. On en a excommunié pour moins que cela. La p’tite mère Bouttin va vous faire traduire chez son inquisiteur. J’aurais pas osé à vot’ place.. La période n’est pas à la plaisanterie. Vous n’avez pas idée; et s’il leur prend la lubie de vouloir se marier entre eux aussi, les petits séminaristes? Et adopter des p’tiots, et avoir recours à des mères porteuses.. Là, le père Hollande, risque de rendre son portefeuille..

     
  • Par Milkyway 11 oct 2012 - 0 H 24
    Avatar de Milkyway

     » L’homosexualité est une réalité de l’Église » ah ! le scoop du millénaire ! :) Et qu’en est-il du voeu de célibat? N’est-il pas contre-nature? Les homos nient-ils une partie importante de l’humain en eux? Non ! C’est l’église qui le fait et taxe le comportement des autres de contre-nature !
    Excellent, le tumblr ! :)

     
  • Par vaugoubert76 11 oct 2012 - 10 H 32
    Avatar de vaugoubert76

    Je me rappelle une visite de monastère où, avec mon copain, nous avions pu observer le regard… intéressé des moines qui suivaient le petit novice, on était partagés entre le sourire et l’effroi (les moines n’étant pas particulièrement appétissants).

    Moins drôle, j’ai découvert qu’un de mes copains de plage d’enfance, qui appartenait à une famille de petite noblesse provinciale et était probablement pédé, avait décidé de se faire trappiste à 19 ans. Du coup, grande fête familiale pour célébrer son retrait du monde, alors que s’il avait fait un coming out en bonne et due forme, ça se serait passé différemment. Il a dû passer les années suivantes à repousser/céder aux mêmes vieux moines libidineux. Le pauvre…

     
  • Par Phil86 12 oct 2012 - 6 H 17

    Episode 1 : correct.
    Episode 2 : faible, c’était un peu « Plus belle la vie chez les curés » pas très convaincant cette histoire de décapitation de la statue de Sainte-Claire, ils auraient pu trouver autre chose de plus puissant…
    En attente des épisodes suivants… ;-)

     
  • Par Phil86 12 oct 2012 - 6 H 18

    @vaugoubert : la chair est faible !

     
  • Par DR 29 oct 2012 - 14 H 11

    Ce n’est pas l’homosexualité en soit qui me choque, ce qui me choque le plus ce sont les attitudes des gens et même des chrétien de base

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.