Comme en France, l’ouverture du mariage aux couples de même sexe est un sujet d’actualité brûlante au Royaume-Uni. Selon les informations de l’Independent, le Premier ministre conservateur David Cameron a demandé à ses ministres de faire de l’égalité des droits une priorité. Plusieurs parlementaires de son parti y sont pourtant farouchement opposés.

VOTE EN CONSCIENCE
Le chef du gouvernement avait déjà indiqué qu’il était favorable à cette évolution. En mai dernier, il déclarait: «Le temps du changement est venu». Les prochaines semaines pourraient marquer un tournant puisqu’un projet de loi pourrait être soumis à l’agenda des parlementaires avant la fin de l’année. Conscient qu’il fâche une partie de sa majorité, David Cameron a reconnu aux députés conservateurs la possibilité de voter en conscience sans respecter la discipline du parti. Dans la mesure où travaillistes et libéraux sont largement favorables à cette mesure, la loi pourrait être votée sans que les conservateurs, détracteurs de l’égalité des droits, puissent s’y opposer.

Le Premier ministre semble toutefois vouloir croire qu’il dispose d’une base solide de soutiens au sein de son parti. Il avait indiqué l’an dernier qu’il était favorable au «mariage gay parce [qu’il est] conservateur» et il assure que plusieurs parlementaires du parti lui ont témoigné leur soutien. Dans le même temps, certaines sections locales du parti conservateur disent enregistrer une hausse des départs, de nombreux adhérents préférant quitter le mouvement plutôt que de soutenir cette politique.

D’autres conservateurs font cependant remarquer que l’opposition du parti aux droits des personnes LGBT n’est que la partie émergée de l’iceberg, les conservateurs ayant du mal à conquérir les voix des minorités en général, et notamment les minorités ethniques. En changeant la ligne politique du parti, certains conservateurs espèrent bénéficier des voix des LGBT lors des prochaines élections.

Le gouvernement semble en tout cas fermement décidé à ouvrir le mariage. Le projet de loi a récemment été confié à Maria Miller, ministre de la Culture, après avoir été initialement sous la responsabilité de la ministre de l’Intérieur Theresa May.

Photo Capture

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln