Culture & Loisirs
Marches des Fiertés 2014
Opinions & Débats, Sport | 04.10.2012 - 16 h 35 | 5 COMMENTAIRES
«Lettre ouverte aux opposants aux Gay Games»: la FSGL répond à Robert Ménard
Publié par
La FSGL réagit à la tribune de Robert Ménard dans laquelle le journaliste, connu pour ses positions anti-LGBT, qualifie les Gay Games de «dérive communautaire».

fsglYagg publie une lettre ouverte à Robert Ménard, signée de la Fédération sportive gaie et lesbienne (FSGL), suite à la tribune de ce dernier intitulée Des JO pour les homos dans laquelle le journaliste, connu pour ses positions anti-LGBT, qualifie les Gay Games de «dérive communautaire».

Lettre ouverte aux opposants aux Gay Games

«Il n’y a de communautaire que l’illusion d’être ensemble.» Confucius

Aux détracteurs des Gay Games, à Robert Ménard «empêcheur de penser en rond» se réclamant de Voltaire, qui déversent calomnies et préjugés sur un événement sportif et culturel organisé par des ambassadeurs de la lutte contre les discriminations:

En effet, depuis une semaine et l’annonce du soutien du Conseil de Paris à l’organisation à Paris de la Xe édition des Gay Games, tout est dit sur cet événement et surtout n’importe quoi.

Les Gays Games sont une manifestation sportive et culturelle qui a lieu tous les 4 ans, proposant de concourir dans l’une des 35 disciplines sportives organisées, d’assister à l’un ou l’autre des nombreux spectacles proposés, de se retrouver entre participants venus du monde entier pour un événement unique ouvert à tous.

Créés en 1982 par la Fédération du même nom, les Gay Games ont pour mission première de mettre fin aux clichés relatifs au sport et à l’homosexualité et d’encourager ainsi le sport pour tous, sans distinction liée au genre, à la religion, à la nationalité, aux origines ethniques, aux convictions politiques, aux capacités physiques, athlétiques ou artistiques, à l’âge ou l’état de santé. C’est effectivement le plus grand événement sportif amateur au monde derrière les Jeux Olympiques modernes et il offre la possibilité, à tout un chacun de participer, quels que soient l’activité choisie et le niveau de pratique: artistique, sportive, culturelle. Les Gay Games luttent contre les discriminations en organisant un événement ayant valeur d’exemple: ouvert à tous. Ce qui est loin d’être le cas dans le monde sportif traditionnel. Il ne s’agit donc nullement, comme nous avons pu le lire ici ou là, d’une manifestation organisée «par et pour les athlètes, artistes, musiciens LGBT».

Pour rassurer Monsieur Ménard, les organisateurs des Gay Games ne demandent, pas plus que ceux des JO, l’orientation sexuelle de leurs participants. La philosophie de l’événement est telle qu’une Caster Semenya, suspectée d’être un homme par l’IAAF du fait de sa voix grave et sa musculature «hors norme», n’y subirait aucunement l’humiliation vécue à Berlin.

Qu’à la différence des Jeux Olympiques «professionnels», un athlète homosexuel pourrait y figurer en vivant au grand jour son statut, sans peur d’être radié de sa fédération ni de perdre ses sponsors.

La pratique d’un sport n’est pas une question de genre. La natation synchronisée est un sport pour les hommes comme le foot et le rugby peuvent être une activité sportive pour les femmes. C’est de penser la normalité en fonction de stéréotypes qui l’est. La danse, pas plus que la boxe ou le karting n’a de genre. Un sport n’est pas masculin ou féminin. Un sport est une activité physique pratiquée par un individu, quel-le qu’il-elle soit, la pratique sportive ne doit pas être pensée en fonction des stéréotypes. La danse peut ainsi y être pratiquée par des couples de même sexe, ce que le CIO peine encore à reconnaître malgré l’aval de plusieurs fédérations nationales.

Rassemblant près de 15000 participants, les Gay Games sont porteurs de valeurs basées sur l’intégration, la participation et le dépassement de soi.

Trop souvent, les personnes LGBT (lesbiennes, gaies, bi et trans’) sont taxées de communautarisme, signifiant qu’elles cherchent à se différencier volontairement et à se dissocier du reste de la société. C’est oublier que dans nombre de sociétés ces personnes sont stigmatisées, mises en marge, discriminées. Elles sont alors victimes et n’ont souvent pour seul échappatoire que l’existence d’une communauté qui va les comprendre, les protéger, leur apporter soutien et perspectives. Trop de gens oublient que ce repli sur un groupe d’individus est souvent un gage de sécurité. Aujourd’hui, et depuis 20 ans, les Gay Games s’exposent au monde, vont à la rencontre de milieux parfois hostiles (il suffit pour cela de lire les commentaires de certains articles autour de Paris 2018), convaincus que c’est ainsi qu’on fera changer le monde et les mentalités et que le vivre ensemble est un combat militant de tous les jours qui concerne tout le monde; quelles que soient l’orientation sexuelle et l’identité de genre.

Votre site Boulevard Voltaire aurait pour but de «lutter contre l’ignorance, l’intolérance, le fanatisme et la sottise». Un endroit où «la liberté serait chez elle». Ce n’est pas la liberté Monsieur Ménard. C’est justement l’intolérance.

La tolérance, ce ne peut être votre facilité crasse à vous vautrer dans des clichés glauques et homophobes. La tolérance ce ne sont pas des blagues vulgaires, misogynes et stigmatisantes. La tolérance, c’est la réflexion et l’ouverture. Autant de valeurs qui vous sont étrangères.

Nous n’avons donc qu’un seul conseil Monsieur Ménard: comme Candide, vous devriez cultiver votre jardin.

Chez nous, Voltaire et la tolérance seront bien traités.

Christelle Foucault, Présidente de la FSGL

Print This Post
 
LES réactions (5)
  • Par Phil86 04 oct 2012 - 16 H 45

    Excellent texte. Les communautaristes, ce sont les homophobes qui veulent confiner les homos dans un statut permanent de sous-citoyens inférieurs en droit.

     
  • Par etienne 04 oct 2012 - 17 H 48

    Le misérable petit monsieur, a mis sa plume au service d’un cheval de TROIE d’un ancien porte-flingue du KGB. La reconversion ne manquerait pas de saveur, si les tenants des pouvoirs dans la région du Caucase, pouvaient apporter la preuve, la plus ténue soit-elle, d’un début de virginité humaniste. Il a trouvé l’employeur qu’il mérite.

     
  • Par tof81 04 oct 2012 - 19 H 21
    Avatar de tof81

    Bravo Christelle Foucault et la FSGL

    Je suis entièrement d’accord avec toi phil86 +1

     
  • Par etienne 05 oct 2012 - 6 H 59

    Bonjour; si besoin était encore, montrons leur, les preuves ultra vivantes à l’appui, que nous, les LGBT, nous ne sommes rien que des femmes et des hommes tels que LA NATURE a voulus; leurs lazzis et leurs quolibets n’aurons d’autre résultats que de nous rendre plus forts, voire meilleurs que ce que nous sommes. Chez moi, l’adversité est un aiguillon, un stimulant; l’affection de ma famille, de toute ma famille, de mes Amis, la tendresse du mec qui m’aime, me sont un capital inestimable. Leurs insultes, les qualifient, ou plutôt les disqualifient; comme je l’ai dèjà dit, les cloaques, n’ont pas d’autre destinée que de charrier des immondices. Tant pis pour eux; nonobstant, je n’oublie pas qu’ils sont éminemment dangereux, voire néfastes à la marche harmonieuse du monde. La preuve, ils nous la démontrent..

     
  • Par ferdibarda 05 oct 2012 - 13 H 18
    Avatar de ferdibarda

    L’article de Ménard était caricatural et bourrés d’inexactitudes et cette lettre y réplique d’une très belle manière !

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.