Égalité des droits, Société | 27.09.2012 - 17 h 28 | 0 COMMENTAIRES
  • Alliance Vita
  • Bruno Selun
  • christine boutin
  • intergroupe LGBT Parlement europeen
  • Intergroupe pour les droits LGBT au Parlement européen
  • référendum
  • Tugdual Derville

Sondage: deux tiers des Français-e-s souhaiteraient un référendum sur l’ouverture du mariage

Publié par
L’Alliance Vita, une association fondée par Christine Boutin en 1993, a commandé un sondage sur le mariage pour toutes et tous avec une question foncièrement erronée.

Les opposant-e-s à l’ouverture du mariage n’en démordent pas: il leur faut un référendum afin d’obtenir une mobilisation de masse pour le «non».

Invitée sur le plateau de Mots Croisés la semaine dernière, Christine Boutin fut le héraut de cette revendication. Coup de bol pour elle, la présidente du Parti chrétien-démocrate a fondé en 1993 l’Alliance pour les Droits de la vie, devenue depuis Alliance Vita (une organisation évidemment apolitique). Et cette association a commandé un sondage auprès de l’institut Ifop. La réponse de l’échantillon représentatif est implacable: 66% des sondé-e-s sont favorables à un référendum sur l’ouverture du mariage et l’adoption aux couples homosexuels, comme nous l’apprend aujourd'hui Le Figaro. Comment le gouvernement pourrait-il se permettre de passer à côté d’une demande exprimée par deux tiers de la population? (Remarquons au passage qu’il y a quelques semaines, le même institut de sondage indiquait que 65% des Français-e-s sont favorables au mariage pour toutes et tous.)

QUESTION ERRONÉE
Le problème avec les sondages, c’est qu’on peut leur faire dire tout et n’importe quoi. La question soumise aux sondé-e-s par l’Ifop et l’Alliance Vita est par exemple intrinsèquement erronée. La voici: «Le gouvernement a présenté son projet de loi autorisant le mariage homosexuel avec droit d’adopter des enfants. Ce projet va modifier en profondeur le Code civil et le droit de la famille. Selon vous, sur un tel sujet, les Français doivent-ils être appelés à décider par référendum?». Or, le gouvernement n’a encore rien présenté à l’heure où nous écrivons ces lignes. Des milliers de Français-e-s sont impatient-e-s de pouvoir s’unir devant un officier d’état civil, mais ils/elles attendent, alors les responsables d’Alliance Vita sont prié-e-s de faire de même avant de crier au loup.

«PARENT 1» ET «PARENT 2»
Faire œuvre de désinformation est une autre tactique pour gagner du terrain. Dans un communiqué de l’organisation adressé à la presse et repris tel quel par Le Figaro, Tugdual Derville, délégué général d’Alliance Vita fustige «le remplacement, qui nous concerne tous, des mots "père"’ et "mère" par "parent 1"’ et "parent 2"». Que les défenseurs du Code civil se rassurent: «parent 1» et «parent 2» n’existent que dans l’esprit de Tugdual Derville.

Ainsi que l’a expliqué sur Yagg Bruno Selun, secrétaire de l’Intergroupe LGBT du Parlement européen, l’organisation d’un référendum vise à faire échouer cette réforme par la mobilisation massive des opposants au mariage des couples de même sexe. Les tenants de la position conservatrice espèrent probablement rééditer leurs mémorables victoires du temps jadis. On se souvient par exemple des référendums contre le divorce et l’interruption volontaire de grossesse… Ah ben non, en fait, on ne s’en souvient pas.

Photo zigazou76

Suivez Julien Massillon sur Twitter: julienmsln

Print This Post
Photo du profil de Julien Massillon
Publié par
Journaliste de Yagg. Retrouvez-moi sur Twitter.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.