Culture & Loisirs
Ciné | 26.09.2012 - 18 h 20 | 5 COMMENTAIRES
Ciné: Les étranges «mouvements du bassin» de HPG
Publié par
Le nouveau film du célèbre hardeur est foutraque, pas dénué d'une certaine poésie mais avec de grosses montées d'ennui.

Perplexe. C’est l’état dans lequel nous étions à la sortie de l’une des projections de presse des Mouvements du bassin, le nouveau film de HPG, qui sort en salles ce mercredi. Un peu amusé, légèrement ému, mais pas vraiment emporté. Comme si le célèbre hardeur, qui s’éloigne ici de l’autofiction (quoique…), chouchou de la Cinémathèque française et de la presse branchée, s’aventurait dans plusieurs chemins sans trouver son film au bout, nous laissant irrémédiablement sur le bord de la route.

Hervé (HPG himself) est un loser. Il est viré du zoo où il travaille parce qu’il déprime les animaux (c’est dire), il est viré du cours de self-defense où il est inscrit parce qu’il en fait des tonnes (voir la séquence très drôle avec le pas commode Jérôme Le Banner) et il se fait maltraiter par son nouveau collègue de travail (impérial Éric Cantona), veilleur de nuit dans une usine comme lui – leurs rapports dominé-dominant ne dénoteraient pas dans un X gay. En parallèle, on suit les aventures de Marion (Rachida Brakni) qui veut à tout prix un enfant et dont le souhait va être réalisé grâce à une infirmière (Joana Preiss), braqueuse de banque de sperme, qui tombe raide dingue amoureuse d’elle. Le destin des deux personnages principaux vont finir par s’entrechoquer…

SUR LE FIL DU RIDICULE
Le film est foutraque, pas dénué d’une certaine poésie mais avec de grosses montées d’ennui, constamment sur le fil du ridicule. À l’image de HPG qui était venu présenter son film avant la projection de presse (fait rarissime): discours improvisé, maladroit, à deux doigts du bide. Mais c’est ce qui rend le bonhomme attachant: il ose, il fait et réfléchit après. Et puis Les mouvements du bassin aborde des thèmes peu exploités au cinéma, comme le traitement post-exposition au VIH. Et donne un rôle à une femme trans’, l’impressionnante Marie d’Estrées (photo).

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Les mouvements du bassin, bande annonce

Photo DR

Print This Post
Avatar de Yannick Barbe
Publié par
Directeur de la rédaction de TÊTU
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (5)
  • Par Spendius 26 sept 2012 - 18 H 53
    Avatar de Spendius

    Son film précédent « On ne devrait pas exister » (j’aime bien les titres de ces films) m’avait déjà laissé perplexe. Il a au moins le mérite de l’originalité.

     
  • Par nileju 26 sept 2012 - 20 H 36
    Avatar de

    Les extraits que j’en ai vu m’ont donné envie d’aller le voir, ça m’a l’air assez loufoque, déjanté et décalé pour me plaire.

     
  • Par tof81 26 sept 2012 - 21 H 31
    Avatar de tof81

    Ben moi je n’ai absolument pas accroché à la bande annonce.

    Tant pis …

     
  • Par luc 27 sept 2012 - 11 H 12
    Avatar de luc

    Mauvaise presse et je fais confiance à Télérama

     
  • Par Chris 28 sept 2012 - 1 H 46

    Pourquoi HPG a eu besoin de faire ce film ?
    Pour nous montrer qu’il est intelligent ?
    Il en doutait ?
    Qu’il se rassure, il l’est mais c’est pas suffisant ou un prétexte pour nous pondre, non pas des oeufs mais des « films » qui peuvent donner la nausée… (coupez la séquence langue de pute est dans la boîte)
    Plus sérieusement, je trouve cet homme plutôt fascinant, oui, fascinant comme une sorte de chimère à la tête d’Albert Dupontel, au corps de François Sagat et à la queue de euuuh dragon sans doute… Un docteur m’abuse, qui pour notre plus grand bien tente grâce à sa folie parfois envoutante de nous transmettre ses rêves, ses fantasmes, ses (dés)illusions avec un succès tout aussi décalé, voire criminel… mais on aime ça !!!

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.