France
Égalité des droits, Homoparentalité, Mariage, Médias | 19.09.2012 - 16 h 27 | 21 COMMENTAIRES
Ouverture du mariage: François Fillon veut un débat «dépassionné»
Publié par
L'ancien Premier ministre, candidat à la présidence de l'UMP, craint «une fracture supplémentaire dans la société française».

L’imprévisible Jean-Michel Apathie est donc favorable au mariage de couples de même sexe et à l’homoparentalité. Devant un François Fillon au visage peiné, il a fait hier, dans Le Grand Journal, le tour des dérapages homophobes autour du sujet, en remontant aux débats sur le pacs. Christine Boutin, Philippe de Villiers, Brigitte Barèges ou le cardinal Philippe Barbarin sont ainsi montré-e-s du doigt.

«Vous croyez qu’un papa et une maman, c’est dans tous les cas de figure mieux que 2 papas ou 2 mamans? C’est idiot de dire ça. La réalité ne valide pas du tout ça. Alors on peut être pour, on peut être contre, mais il fait choisir ses arguments pour être contre.»

C’est bien là, le problème, des arguments pour être contre, il n’y en a pas.

Appelé à réagir, François Fillon, candidat à la présidence de l’UMP, a concentré sa réponse sur la nécessité d’organiser un débat public, «long» et «dépassionné»: «Les excès de certains discours, notamment à l’occasion des débats du pacs, n’autorisent pas à dire que toute nouvelle modification dans ce domaine est forcément bonne. Ce n’est pas parce qu’il y a des gens qui disent n’importe quoi à un moment donné que leur opinion est systématiquement à rejeter.

«Moi mon souci dans ce débat – mes positions vous les connaissez, je les ai d’ailleurs exprimées déjà ici –, c’est simplement qu’on n’engage pas un débat qui va créer une fracture supplémentaire dans la société française, parce que justement on va entendre des phrases excessives, des insultes, des choses idiotes qui vont blesser les uns ou les autres.

«Et je pense que si le gouvernement veut avancer sur ce débat extrêmement difficile, il faut qu’il organise un vrai débat national long. Il y a des textes d’ailleurs qui existent pour les lois de bioéthiques, on a mis en place un dispositif qui permet d’organiser des débats publics, avec des experts… (…) Moi ça ne me fera pas changer d’avis, mais ça permet aux Français de se déterminer en connaissance de cause. Parce que la question ce n’est pas seulement “est-ce que c’est bien, un mariage entre 2 hommes et 2 femmes?” et les gens disent “oui, c’est bien, parce qu’ils éprouvent des sentiments les uns pour les autres et après tout c’est normal d’institutionnaliser ces sentiments à travers le mariage”. Mais derrière il y a un certain nombre d’autres questions qui doivent être posées et qui ne le sont pas correctement. Il y a la question de l’adoption, la question de la procréation artificielle…

«Ce sont des sujets sur lesquels on doit avoir un débat qui doit être un débat, j’ai envie de dire, un peu dépassionné. Alors je sais que c’est très très difficile, mais en tout cas moi c’est ce que je conseille au gouvernement s’il ne veut pas ajouter une fracture supplémentaire à une société qui en comprend aujourd’hui déjà beaucoup.»

Si vous ne voyez pas la vidéo, cliquez sur Le Grand Journal du 18/09/2012 – Part. 2

Quand il évoque des «choses idiotes qui vont blesser les uns ou les autres», François Fillon sait de quoi il parle, lui qui en février dernier déclarait: «L’institution du mariage a un objectif, celui de la sécurisation des enfants. C’est un objectif qui ne me paraît pas compatible avec les couples homosexuels». Nouvelle couche 2 mois plus tard: «La famille, c’est un homme et une femme, des enfants. (…) Il y a de l’amour partout, tous les comportements sont respectables mais nous avons le devoir de différencier les choses, de protéger la famille».

Des phrases assénées telles quelles, sans argumentation (une fois de plus), qui faisaient écrire à @Xavier Héraud, de Yagg, dans une tribune intitulée «François Fillon, nos familles, elles vous emmerdent»: «Des centaines de milliers de personnes considèrent faire partie d’une famille, mais pour François Fillon elles se trompent: elles ne sont qu’une bande d’individus esseulés et d’orphelins qui tentent de faire passer des vessies pour des lanternes» (revoir aussi le dessin de @Gami, Et pourtant elle tourne…, sur son blog la lumière au fond du placard).

Suivez Judith Silberfeld sur Twitter: judeinparis

Print This Post
Avatar de Judith Silberfeld
Publié par
Cofondatrice et rédactrice en chef de Yagg.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (21)
  • Par GD 19 sept 2012 - 16 H 52

    « C’est bien là, le problème, des arguments pour être contre, il n’y en a pas. »

    Malheureusement, j’ai bien peur que si, il existe des arguments pour être contre. 60 et quelques % de français favorables, ca signifie qu’il en reste plus de 30% défavorables, et qui ont bien certainement des arguments contre. En rejetant aussi systématiquement leurs arguments d’une manière si orgueilleuse, vous aussi, vous participez à cette rupture qui fait justement que ces débats ne peuvent être que violents et passionnés. Ayez au moins l’ouverture d’esprit que vous reprochez aux opposants de ne pas avoir.

    Sans cela, le mariage et l’adoption passeront certes surement, mais cette proportion loin d’être négligeable de ceux qui y sont opposés ne changeront pas d’avis, avec le sentiment de ne pas avoir été écoutés ni même entendus, parceque soit disant, « des arguments pour être contre », il n’y en aurait pas…

     
    • Par Judith Silberfeld 19 sept 2012 - 17 H 11
      Avatar de Judith Silberfeld

      @ GD: Si vous connaissez ces arguments, donnez-les nous. Pour l’instant (et depuis des années), nous n’en avons entendu aucun qui tienne la route.

       
  • Par Phil86 19 sept 2012 - 16 H 59

    Fillon est HOMOPHOBE comme tout le reste de sa clique réactionnaire. Quant au débat il aura lieu, à commencer au parlement, et il a déjà lieu, alors de quoi se plaint-il ?

    La vérité c’est que cette demande de débat n’est qu’une manoeuvre dilatoire pour repousser ou retarder le vote, ce n’est en rien une pierre de plus à la démocratie. La droite est homophobe comme l’Eglise catholique, elles se soutiennent mutuellement, nous savons où sont nos ennemis. Et un débat ne vaut que quand les positions des uns et des autres sont susceptibles d’évoluer, or la droite et l’Eglise sont systématiquement et irrémédiablement contre la reconnaissance des droits des homos et lesbiennes : à quoi bon débattre avec eux, dans ces conditions ?

     
  • Par Phil86 19 sept 2012 - 17 H 01

    Et l’autre vérité, c’est *qu’il n’y a pas d’argument solide* contre l’ouverture du mariage aux couples de même sexe.

     
  • Par marichka 19 sept 2012 - 17 H 14
    Avatar de marichka

    mais la vraie question n’est pas d’être pour ou contre le mariage pour tous mais plutôt que soit enfin respecté un des principes fondateur de notre république laïque , à savoir, que tous les citoyens de ce pays soient égaux en droits et pas seulement en devoirs ! c’est pas plus compliqué que ça et lorsque la loi sera votée, je me dirai que mes 30 ans de militantisme acharné n’auront pas été vains mais qu’il faudra rester extrêmement vigilant et actif pour continuer d’avancer afin que toutes les familles soient légitimes.On lâche rien!!!!

     
  • Par Phil86 19 sept 2012 - 17 H 20

    « le mariage d’un couple de même sexe est contre nature »
    > l’homosexualité n’étant en rien « contre-nature », ce pitoyable argument s’écroule tout seul…

    « le mariage c’est depuis toujours l’union d’un homme et d’une femme »
    > « depuis toujours » est plus qu’excessif, c’est faux ; le mariage civil est ce que la loi décide qu’il est…

    « le mariage c’est pour procréer »
    > première nouvelle ! il faut démarier les innombrables couples mariés restés sans enfants…

    « un couple homo ne peut pas faire d’enfant »
    > un couple homo n’est pas stérile ; la parenté biologique ne résume pas toutes les formes de la parenté…

    « un enfant a droit à un père et une mère »
    > il a droit à des *parents aimants* et qui savent le guider sur le chemin long et difficile de l’existence…

     
  • Par Pelle Svanslös 19 sept 2012 - 17 H 30

    Phil86 a tout dit. Fillon ne brille pas sur ce sujet. Tout ce qu’Apathie dénonce Fillon et ses amis l’on fait. Marre de ces vieux cons!

     
  • Par nileju 19 sept 2012 - 17 H 35
    Avatar de

    Un débat permettrais de retardé l’échéance, voilà c’est tout.
    Par contre je ne vois pas bien quelle fracture pourrait créer l’ouverture du mariage au contraire il en soignerait plutôt une.

    M. Fillon c’est bien gentil de prononcer des phrases « chocs » mais faudrait peut-être les expliquées, si vous en êtes capable…

     
  • Par Phil86 19 sept 2012 - 17 H 55

    Fillon est comme Boutin, il a peur des « tensions sociales » que ce changement va provoquer : on se demande bien lesquelles.

     
  • Par Jauricin 19 sept 2012 - 21 H 37

    @Judith Silberfeld
    Entre ceux qui sont contre « le mariage pour tous et toutes formes de parentalités »,
    ceux qui acceptent le « mariage pour tous » et refusent toutes formes de parentalité,
    ceux qui acceptent/revendiquent le « mariage pour tous », l’adoption et refusent la PMA, la GPA et la coparentalité (c’est mon cas)
    ceux qui revendiquent le droit aux mariage pour tous, et au DROIT à l’enfant.
    etc etc etc… il y aura surement des déçu(e)s.
    On ne peut pas faire toujours la sourde oreille lorsque des gays (ou des lesbiennes) ne revendiquent pas la même chose que vous.
    Le débat n’est pas clair en soi. Il y a le mariage d’un côté et la parentalité de l’autre. Pourquoi vouloir absolument tout régler en même temps? En tant que gay, je ne peux pas revendiquer un quelconque DROIT à l’enfant, surtout en tant qu’homme…(d’ailleurs dans « mots croisés » sur France2 N.Gougain était bien mal à l’aise quand C.Boutin parle de GPA qui ne sera pas accordé pour les hommes, alors que les lesbiennes « pourraient » avoir le droit à la PMA) On le sait que C.Boutin veut démonter à tout prix ce projet de loi.Mais en tant que lgbt, on ne peut pas éviter la question au nom de l’égalité des droits. Je ne vois pas non plus ces familles (qui ont eu recours à la PMA, ou GPA ou à la coparentalité) monter au créneau? pourquoi?

     
  • Par Phil86 19 sept 2012 - 21 H 59

    Jauricin, il n’y a pas plus de « droit à l’enfant » qu’il n’y a de « droit à être élevé par un père et une mère ». En revanche, il y a un désir d’enfant et de parenté, et le mariage conduit naturellement à la question de la filiation.

    Je vois mal comment la PMA pourrait ne pas être ouverte aux couples de lesbiennes une fois le mariage ouvert. Quant à la GPA, si les assos ne s’avancent pas sur la question, c’est qu’elle pose des questions plus ardues, et non encore résolues, que la PMA. Mais mon avis personnel est que la GPA viendra tôt ou tard sur le tapis parlementaire. Tant pour les hétéros que pour les homos d’ailleurs, car il n’est nullement question ici d’établir des droits réservés aux uns et fermés aux autres.

     
  • Par Jauricin 19 sept 2012 - 23 H 35

    @Phil86 Oui, dans la bouche de certain(e)s, on comprend trop vite: une revendication de DROIT à l’enfant.On ne peut pas réduire tout ce débat à un désir d’enfant et de parentalité.On ne s’arrange pas avec la nature, comme on se rend chez le médecin pour soigner un coup de froid, ou comme on s’achète une voiture pour se déplacer. A croire les communiqués lgbt, la plupart des opposants seraient des extrémistes religieux ou des religieux tout court, mais je ne crois pas que ce soit les seul(e)s, je suis homosexuel, athée mais j’ai aussi des principes philosophiques et éthiques. Il faudrait que les militants lgbt arrêtent de se comporter comme si tout leur était du.

     
  • Par Nique Drake 20 sept 2012 - 8 H 49

    Oui, c’est bien connu, on sort de 2000 ans d’égoïsme LGBT et ça ne peut plus durer.
    ADOPTION = Création d’un lien de filiation entre deux individus n’ayant pas nécessairement de lien de sang (Larousse). Passé le grand discours sur l’égoïsme LGBT qu’est-ce qui justifie que les couples homos en soient exclus ?

     
  • Par Phil86 20 sept 2012 - 10 H 40

    Bon Jauricin, vous confirmez qu’iul est impossible de débattre de ce sujet avec quelqu’un de droite. Bon vent à vous…

     
  • Par Phil86 20 sept 2012 - 11 H 48

    Jauricin vous avez surtout clairement intégré l’homophobie de votre milieu. Vous devriez vous relire avant de poster ici.

     
  • Par Jauricin 20 sept 2012 - 12 H 35

    On ne peut pas critiquer le sujet de la parentalité chez les lesbiennes et les gays sans être taxé d’homophobe. Voila comment une minorité de gens bâillonne la parole! Une belle leçon de tolérance en somme…On peut transposer ce sujet également sur l’slam, critiquer l’islam et vous serez taxé d’islamophobie. La boite aux phobes est ouverte!
    Enfin en attendant, on parle moins de crise, de chômage, de compétitivité des entreprises.On étouffe les sujets les plus préoccupants pour l’avenir de notre pays.

     
  • Par Jauricin 20 sept 2012 - 12 H 37

    @nique draque je ne suis pas contre l’adoption…je suis contre la PMA, la GPA et la coparentalité!

     
  • Par vaugoubert 20 sept 2012 - 12 H 51

    @ jauricin : sur la filiation, il y a tout de même la question d’avoir des droits sur l’enfant (adopté, né d’une union précédente, ou effectivement fruit d’une PMA) de son mari/femme. Sur quoi fondez-vous votre refus de la coparentalité ? Un enfant ne développe-t-il pas des liens forts avec le conjoint de son père ? Est-il éthiquement juste de le vouer à l’assistance publique en cas de décès de son père officiel (s’il n’y a pas d’autre parent survivant) ?

    La fermeture de la PMA aux lesbiennes me parait un peu aberrante, d’autant qu’elle est aisément contournable en se rendant à l’étranger. Toutefois, je suis assez d’accord, l’utilisation de ces techniques suscitent là-encore des débats.

    La question de la GPA renvoie aux lois de bioéthique ; personnellement, la marchandisation du corps humain me met très mal à l’aise.

     
  • Par vaugoubert 20 sept 2012 - 12 H 54

    @ jauricin : oups, nous n’avons pas la même définition de la coparentalité, vous pensiez à un enfant entre un gay et une lesbienne, non ?

     
  • Par etienne 20 sept 2012 - 13 H 19

    Cher Monsieur Fillon François,vous et vos comparses avez « gouverné » durant un quinquennat.Vous aviez TOUS les pouvoirs. Que ne l’ayez vous fait! ce débat « dépassionné ».Adressz-vous à vos « ami(e)s » de la « droite »;surtout celles et ceux beaucoup plus à droite que vous.Moi, je n’y vois pas de la passion,je n’y vois que de la haine, du mépris.Je ne suis pas passionné; je suis calme et attentif; confiant aussi.Je n’ai pas voté à gauche que pour « cela », mais beaucoup pour « cela ».

     
  • Par Phil86 21 sept 2012 - 10 H 10

    Monsieur Jauricin je considère qu’effectivement être contre l’homoparentalité comme vous l’êtes (sauf pour l’adoption, mais je vous signale que l’adoption n’est pas le seul moyen « non biologique » de devenir parent, rejoignez votre époque), c’est bien de l’homophobie. Il est possible de débattre sans homophobie de ce sujet mais à la seule condition de faire en sorte que ce débat débouche sur l’égalité des homos avec les hétéros sur le plan de la parentalité. Vouloir maintenir une catégorie de citoyen dans un statut inférieur, comme vous le faites, c’est de la discrimination.

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.