Opinions & Débats
Égalité des droits, Mariage, Opinions & Débats | 18.09.2012 - 11 h 54 | 22 COMMENTAIRES
«Référendum mon amour», par Bruno Selun
Publié par
Pourquoi Christine Boutin et consorts tiennent-ils/elles tant à l'organisation d'un référendum sur l'ouverture du mariage? Parce que le résultat serait une nette défaite du mariage et de l’adoption pour tous, assure Bruno Selun.

«[…] aujourd’hui, la classe politique et la population française sont bien plus partagées sur le sujet qu’elles n’y paraissent. Or, il ne doit plus y avoir de passion sur ces sujets-là. Il faut que la décision sur le mariage homosexuel soit sans appel. D’où mon appel solennel à un référendum.» — Christine Boutin, Journal du dimanche, 14 août 2012

Quelle est cette grande passion pour la démocratie participative dont est saisie Christine Boutin? À en croire l’absence d’analyse dans nos médias, ce référendum serait une proposition nouvelle, originale, presque spontanée. Il n’en est rien: c’est un calcul politique qui a déjà fait ses preuves en 1998 aux États-Unis (et de nombreuses fois depuis), dont Madame Boutin n’est en France que le simple relais.

Explications: il est indéniable que les Français sont aujourd’hui largement favorables au mariage pour tous. Derniers chiffres en date: 63% (sondage BVA, janvier 2012), 65% (IFOP, août 2012), et 53% pour l’homoparentalité (léger recul de 3 points depuis janvier). L’engagement 31 de François Hollande a été mis en avant à de nombreuses reprises, et la victoire socialiste de mai a donné une légitimité démocratique à ces promesses. Un référendum semblerait donc superflu, voire risqué pour les tenants du statu quo.

Mais voilà: je mets ma main à couper que si un référendum devait être organisé, le résultat serait une nette défaite du mariage et de l’adoption pour tous.

UNE TACTIQUE TESTÉE ET APPROUVÉE
En effet, si un scrutin populaire était à l’horizon, la gigantesque machine des lobbies conservateurs se mettrait en marche. Madame Boutin, son Parti Chrétien Démocrate (composante de l’UMP), l’Église catholique et nos amis sectaires de Civitas mobiliseraient tous de gigantesques moyens pour désinformer et polariser. Des moyens publics (interventions dans les médias, campagnes de désinformation en ligne, débats, pétitions), des moyens moins visibles (porte à porte, tracts, campagnes ciblées auprès des seniors et des croyants), et tout cela financé à hauteur de plusieurs millions d’euros…

… et ils gagneraient. Pourquoi? Car ceux qui croient ardemment que le mariage pour tous sera la ruine de notre société — que dis-je, de notre civilisation! — seront très largement mobilisés, beaucoup plus que les partisans de l’égalité.

Cette tactique du référendum est testée et approuvée: aux États-Unis, où des référendums peuvent être imposés aux États à condition de réunir un certain nombre de signatures (ou si les députés le décident), 30 États ont organisé un tel scrutin sur le mariage pour tous depuis 1998. Et combien ont réussi à l’interdire? Tous les 30 (la seule exception fut l’Arizona en 2006: 49% contre le mariage pour tous, 51% pour; une victoire au raz des pâquerettes rapidement annulée deux ans plus tard avec 56% contre et 44% pour).

Idem chez nos voisins de l’Union européenne: la Slovénie s’est vue imposer un tel référendum sur son nouveau Code de la famille au printemps 2012. En dépit d’une importante concession faite aux conservateurs (le mariage fut remplacé par un partenariat civil avec les mêmes droits, dont l’adoption), le référendum du 25 mars fut sans appel: 45% en faveur des droits pour les couples de même sexe, 55% contre.

Les sondages slovènes indiquaient pourtant, comme aux États-Unis, que la loi aurait dû passer. Mais les conservateurs ont systématiquement mis en œuvre de colossaux moyens (notamment financiers) pour mettre en place une campagne jouant sur les peurs irrationnelles de certains électeurs, réussissant à les faire voter en masse.

«STRATÉGIE PRIMAIRE»
C’est cette stratégie primaire qui est à l’œuvre chez nos amis Civitas, dont les autocollants jouent sur les stéréotypes d’une manière haineuse et hargneuse. Leur vidéo sur fond de musique chrétienne aux airs guerriers est un autre exemple édifiant. Enfin, il faut aussi noter le vocabulaire belliqueux qui accompagne cette vidéo: «bataille», «résister», «être prêt», «réthorique [sic] adverse», termes évoquant une authentique croisade chrétienne.

Voilà pourquoi un référendum est si cher aux opposants à l’égalité, et voilà pourquoi Christine Boutin continuera d’asséner que «si le gouvernement continue comme ça, il ne fera qu’attiser les passions et les violences», et mettra en danger «la paix sociale et civile» — rien que ça! Tout un Sodome et Gomorrhe.

Mais la véritable crainte de Christine Boutin, de Civitas et de la hiérarchie catholique, c’est justement que l’apocalypse annoncée n’ait pas lieu. Le ciel ne tombera sur la tête de personne, et 2013 marquera leur plus grand flop depuis la légalisation de l’IVG en 1975.

Il nous restera beaucoup de combats à mener pour la PMA, les droits des trans’, la lutte contre les violences, l’éducation, le droit d’asile, et j’en passe. Le mariage et l’adoption ne marqueront pas la fin de nos combats. Mais que cela leur plaise ou non, nous vivrons heureux… et nous aurons beaucoup d’enfants.

Bruno Selun est le secrétaire de l’Intergroupe LGBT du Parlement européen. Les opinions exprimées ici le sont à titre personnel (les intertitres sont de la rédaction).
Suivez Bruno Selun sur Twitter: bselun

Photo DR

soutien yagg

Print This Post
 
LES réactions (22)
  • Par Spendius 18 sept 2012 - 12 H 14
    Avatar de Spendius

    Je suis entièrement d’accord. « Mais que cela leur plaise ou non, nous vivrons heureux… et nous aurons beaucoup d’enfants » bien dit !

    Signaler ce commentaire

     
  • Par sylvainj 18 sept 2012 - 12 H 20
    Avatar de sylvainj

    une tribune intéressante @bselun, mais au-delà même de « gagner » ou « perdre » au referendum c’est l’essence même de donner des droits par referendum qui est à attaquer selon moi.

    Après tout si tout le monde a le droit de voter pour décider si oui ou non je peux épouser la personne que j’aime, pourquoi ne pas organiser un referendum à chaque mariage pour que je dise si oui ou non un couple me semble apte à devenir une famille devant la loi ?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Bruno Selun 18 sept 2012 - 12 H 33
    Avatar de Bruno Selun

    Merci ; je suis entièrement d’accord, on ne peut pas faire un référendum sur les droits des minorités. (D’ailleurs, je suis aussi contre l’idée d’un référendum sur le droit de vote des étrangers non-UE aux municipales pour cette raison…) J’aurais dû être plus clair à ce sujet. Ce qui reste intéressant, c’est de voir pourquoi les conservateurs continueront d’exiger ce scrutin envers et contre tout.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Jauricin 18 sept 2012 - 13 H 12

    On peut distinguer 2 sujets, le mariage et la parentalité.
    Je ne vois pas pourquoi, on ne pourrait pas engager un référendum sur le seul sujet du mariage pour tous?
    En ce qui concerne la parentalité, c’est un débat plus complexe.
    Je ne veux pas mettre de l’huile sur le feu mais…
    Dans l’état actuel des choses on voit bien que D.Bertinotti et C.Taubira ne proposent pas les mêmes options concernant la parentalité. En tant que gay, je ne suis pas d’accord avec certaines pratiques dont la PMA et la coparentalité, qui sont des actes de procréation surement isolés. On peut avoir aussi au plus profond de nous une certaine éthique sur le sujet. On met l’état sur le fait accompli et après on demande des droits, c’est assez gonflé! D’ailleurs, je trouve terrible qu’on entende jamais les principaux concernés! Ils sont ou?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par lefan62 18 sept 2012 - 13 H 16

    ça fait un moment que j’explique ça à mon entourage,qui se fie trop aux sondages pour imaginer qu’un référendum serait plus que risqué. nous sommes la france,pays de râleurs s’il en est. et quelle que soit la majorité au pouvoir,organiser un référendum est délicat car celui-ci peut-être l’occasion pour les mécontents d’aller voter en masse pour infliger un revers au gouvernement,faisant passer la question posée au second plan. et nul doute qu’en plus de ces mécontents les bigots haineux se mobiliseraient en masse. et je suis persuadé que c’est l’arrière-pensée qui amène la boutin à réclamer à corps et à cris un référendum…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Brigitte256 18 sept 2012 - 13 H 19
    Avatar de Brigitte256

    Mr Sylvain LEMOINE, conseiller de la Ministre des droits de la famille m’a formellement confirmé lorsque je l’ai rencontré vendredi qu’il ne saurait en aucun être question d’un référendum. C’était dans notre communiqué de presse de samedi…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Nique Drake 18 sept 2012 - 13 H 38

    J’apprécie votre article mais je lui reproche ce que je déplore toujours sur ce sujet. Il n’est plus guère question de principes mais de stratégie. Et à force de ne faire les choses que par calcul on laisse la porte ouverte à la remise en question d’autres avancées.
    Parce que pendant qu’on joue à placer au mieux nos troupes, nos détracteurs multiplient les « réflexions » et élaborent les pires arguments sur tous les sujets avec un talent incontestable pour les rendre digestes à force de les asséner.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Klav' 18 sept 2012 - 13 H 38

    Merci pour l’article, je m’étais fait un raisonnement similaire mais avec les exemples américains plus que démonstratifs ça rend le tout beaucoup plus concret.

    De toutes façon je pense que si la majorité des français n’est pas hostile au mariage pour tous, c’est parce qu’une bonne partie des français n’en ont rien à foutre qu’on épouse une personne du même genre ou une personne de l’autre.
    Courage pour mobiliser ces gens à voter quand on voit les difficultés qu’on a pour les taux de participations à des votes concernant les français dans leur ensemble.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Phil86 18 sept 2012 - 13 H 39

    L’égalité entre citoyens *n’a pas à être soumise à référendum* car elle est inscrite dans les principes mêmes de la République. Ferait-on un référendum pour savoir si les Noirs doivent avoir les mêmes droits que les Blancs ? ce serait en soi très choquant et contraire aux valeurs républicaines. De plus, l’ouverture du mariage aux couples de même sexe et l’adoption font partie des engagements de campagne du président qui a été élu : il n’y a donc pas lieu d’organiser de référendum. J’adhère à l’analyse de Bruno, ce n’est qu’une manoeuvre politique de la part de la droite homophobe pour nous mettre des bâtons dans les roues. Il n’y aura pas de référendum. Le parlement a été élu et va légiférer.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par H.I.P 18 sept 2012 - 13 H 42

    J’aurais voulu que cela soit dit hier soir pendant le débat de « Mots croisés », car devant les invectives répétées de Boutin et l’absence de réponse claire de Gougain, Fourest et Hidalgo, les indécis et les opposants au mariage pourraient trouver une raison de douter de la validité des sondages(voire des médias).

    Ils pourraient se dire, par exemple : « pourquoi refuser le référendum si la société est en majorité favorable comme vous le dites « ? L’argument d’éviter une perte de temps est certes valable, car un président à été voté pour un programme et on lui a conféré les moyens de mener sa politique via les législatives.

    Mais les explications données par cet article sont complémentaires, puisqu’elles montrent la mauvaise foi et les motivations réelles des groupes de pression comme Civitas.

    Exiger le référendum pour une question de droit qui ne concerne pas la majorité de la population revient à vouloir faire un barrage en force, volonté des acculés qui remettent en cause la légitimité des suffrages exprimés précédemment par les électeurs.

    Le vote parlementaire permet non la pérennité du projet présidentiel, tout en évitant un « référendum-sanction » traduisant une morosité générale des ménages et non une opposition aux principes d’égalité LGBTH.

    Sans oublier qu’un referendum mobilise souvent des militants et les gens au taquet, ce que beaucoup d’hétéros – même favorables aux droits égalitaires – ne sont pas, car pas directement concernés par la question posée.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Klav' 18 sept 2012 - 13 H 47

    @Nique Drake : Il n’est pas tant question de parler de la stratégie que devraient adopter les militants des droits LGBT que d’expliquer les stratégies des opposants au mariage pour tous.

    Les LGBT n’ont jamais demandé à ce que ce genre de questions soit réglées par un référendum (il y avait même de jolies pubs en Irlande et dans je ne sais plus quel état américain pour montrer que le concept même était absurde).
    C’est pas à la majorité de décider des droits des minorités (en tous cas directement) normalement c’est à l’Etat d’y veiller.

    Le référendum a toujours été un outil politique, souvent utilisé comme plébicit plutôt que pour réellement trancher sur des questions importantes (on se rappelle du référendum sur la constitution européene qui avait été rejetée rien que parce que c’était Chirac qui l’avait proposé, c’était malin…), ce que Boutin et les autres qui réclament un réferendum font, c’est toujours dans cette optique d’instrumentalisation d’un outil politique qui parait, au premier abord, légitime, mais qui en pratique ne l’est pas.

    On élit un gouvernement après que celui-ci ait annoncé ses projets de loi, ensuite on l’assume le temps du mandat (même si on a pas voté pour lui) et si on est pas satisfait on vote ailleurs aux élections suivante. C’est ça la République.
    S’il fallait faire des votes pour tout et pour rien, ça donnerait la situation suisse et ça serait avant tout un beau gâchis d’argent.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Phil86 18 sept 2012 - 13 H 52

    Jauricin, la PMA, autorisée en Belgique ou en Espagne, est assez couramment pratiquée par les couples de lesbiennes françaises. Les couples homos et lesbiens aussi désirent être parents, et le deviennent. Faire l’autruche sur cette réalité ne l’empêchera pas de continuer à exister. Il est évident qu’il faudra autoriser la PMA pour les lesbiennes. La droite se comporte sur l’ouverture du mariage et de l’adoption comme elle l’a fait autrefois sur le divorce, l’IVG, le Pacs etc. : elle perdra comme elle a perdu sur ces sujets sociétaux, parce qu’elle est ringarde et inadaptée à la société de son temps.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par H.I.P 18 sept 2012 - 13 H 52

    « Le vote parlementaire permet la pérennité du projet présidentiel, tout en évitant un « référendum-sanction » traduisant une morosité générale des ménages( et non une opposition aux principes d’égalité LGBTH) ».

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Nique Drake 18 sept 2012 - 14 H 02

    @ Klav,

    Mais pour moi la question du référendum ne se pose même pas, le principe d’égalité s’applique aussi au sujet de l’orientation sexuelle, elle ne prête donc à aucun débat ni référendum. C’est juste un problème d’éducation citoyenne et cela doit trouver sa place dans d’éventuels cours d’éducation civique.
    C’est cela que j’appelle avoir des principes, et si j’ai bien compris les partisans de l’ouverture du mariage civil aux couples homosexuels n’ont même pas été fichus de le dire clairement hier (désolé mais j’ai cessé de regarder les émissions sur ce sujet).

    Signaler ce commentaire

     
  • Par nileju 18 sept 2012 - 15 H 24
    Avatar de

    Surtout ce qui fait le résultat d’un référendum c’est la façon dont est posée la question, et ensuite vient le travail des lobbys.

    Moi ce qui me choque dans tout ça, c’est l’attrait soudain de certains politiques pour la démocratie participative, alors que les mêmes ont fait passer des lois par l’intermédiaire du 49.3…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Pelle Svanslös 18 sept 2012 - 15 H 45

    Idée stupide d’une boutin haineuse qui attendra toute sa triste vie que la fin du monde arrive suite à l’ouverture du mariage aux couples homos et qui, la pauvre, risque d’être bien déçue. Elle méritera qu’à chacune de ses interventions publiques on lui rappelle que la fin du monde annoncée n’a toujours pas eu lieu. Histoire décrédibiliser à jamals le discours de cette illuminée dangereuse.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par vaugoubert 18 sept 2012 - 20 H 07

    Personnellement, je considère que la question du mariage a été tranchée par la victoire de François Hollande, mais je suis toujours mal à l’aise face à ce genre de point de vue. Durant mes études, on nous les brisait joyeusement avec la démocratie participative (voire directe pour nos profs les plus à gauche), mais voilà, le peuple, on le soupçonne de penser mal, alors pas de referendum !

    Du coup, on se retrouve avec une sorte de démocratie continue ou plutôt délibérative, où le gouvernement consulte des associations LGBT, qui sont des lobbies au même titre que leurs pendants conservateurs. Désolé, ce n’est pas ce qui ce fait de plus démocratique ! (Désolé aussi de ressortir mes vagues souvenirs de droit constit en AP…).

    Et je rappellerai juste que pas mal de députés socialistes ont rapporté s’être fait engueuler par leurs électeurs lorsque le PACS avait été repoussé en première lecture pour cause d’absence de nos élus. Ceux-là mêmes qui redoutaient de se faire tancer sur les marchés s’ils votaient en faveur de ce texte. Faisons confiance à nos compatriotes, que diable.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par flash14 19 sept 2012 - 4 H 10
    Avatar de flash14

    @Klav : la situation suisse, des beaux gâchis ? A l’époque ils ont fait voter le Peuple par Référendum alors que le Parlement et l’Exécutif soutenaient le PACS et en Suisse, premier pays à avoir fait voter une telle loi en demandant l’approbation du Souverain, comme au Liechtenstein récemment, dans ces deux pays conservateurs, le peuple a dit OUI.

    Mais vous ne devez rien connaître de la Suisse vus vos connaissances sommaires sur la Démocratie Directe et la Décentralisation des pouvoirs. Gardons notre République, et Laissons-leur leur République fédérale de type démocratie semi-directe. Au passage, ils s’en sortent 1000x mieux que nous. CQFD.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Bruno Selun 19 sept 2012 - 17 H 56
    Avatar de Bruno Selun

    @vaugoubert, @flash14 : Pour ma part, je fais confiance au corps électoral, et il a voté à 51,64% pour l’égalité aux présidentielles. Un mois plus tard, il a re-voté en faveur de droits égaux à 52,89% aux législatives. Dans ce contexte, j’ai du mal à voir la valeur ajoutée d’un référendum.

    D’autre part, bien que je fasse confiance aux électeurs (puisqu’ils ont voté comme ils l’ont fait au printemps, en toute logique, ils devraient le refaire), je fais aussi confiance aux lobbies conservateurs qui disposent d’énormément de ressources pour convaincre un très grand nombre d’opposants à se rendre aux urnes. C’est garanti. Et si un référendum en 2013 donnait un « non », on devrait oublier l’idée du mariage et de l’adoption pour tous pour les 15 prochaines années.

    Au final, comme @sylvainj et @Phil86 l’ont justement rappelé, ça reste de toute façon immoral de soumettre les droits civiques de certains citoyens à l’approbation de la majorité. La France ne l’a pas fait pour le droit de vote des femmes, elle ne l’a pas fait pour l’IVG, elle ne l’a pas fait pour le PACS, alors pourquoi le faire pour le mariage et l’adoption ?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par etienne 19 sept 2012 - 19 H 01

    Monsieur Selun Bruno, votre explication est d’une limpidité.. Madame Boutin propose le referendum, parce qu’elle a épuisé tout son stock d’arguments, elle sait que ce qui doit arriver, arrivera.L’indigence de ses discours en est la preuve. La répartition j’allais dire équitable, de l’homosexualité dans les populations, fait que « chacun de nous » connaît une ou un, et parfois plusieurs homosexuel(les), dans sa famille, ou autre.Et force est de reconnaître que nous ne sommes pas différent(e)s des autres, dans nos comportements de tous les jours. Moi, lors que je l’ai dit à des personnes que je suis attiré depuis TOUJOURS par les mecs, on ne m’a pas cru.On m’a énuméré la liste de tous les clichés les plus éculés,et à leur grand étonnement, aucun ne pouvait m’être accolé.Les certitudes populaires ont le cuir épais.Cela aussi, les Boutin et leurs congénères le savent TRES BIEN.Le temps a raison de tout..

    Signaler ce commentaire

     
  • Par vaugoubert 20 sept 2012 - 11 H 26

    @ Bruno Selun : il me semble que « soumettre les droits civiques d’une minorité à l’accord de la majorité », c’est l’une des bases de la démocratie, que ce soit via les représentants du peuple ou le peuple lui-même. C’est notamment ce qu’a dit le CC lorsqu’il s’est déclaré incompétent sur la question et a considéré qu’il appartenait au législateur de trancher.

    Par contre, quand je vois le mot « moralité », j’ai envie de sortir mon revolver. Pour Boutin, c’est au nom de la morale, qui découle de la religion, qu’on ne devrait pas ouvrir le mariage à tous. Où est la différence ? Certains (vous) sont plus moraux que d’autres ?

    Les électeurs se sont prononcés pour Hollande et lui ont donné une majorité parlementaire. Il n’y a donc pas lieu d’organiser un referendum sur un point précis de son programme. Mais gardons-nous bien d’évoquer la supériorité d’une quelconque morale.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par REY Michel 22 sept 2012 - 17 H 27

    Je suis entièrement d’accord avec phil86. Le mariage pour tou-te-s découle de l’article 1 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen confirmé par les déclarations plus récentes sur les Droits Humains. « Tous les hommes naissent libres et égaux en droit ». Liberté et égalité sont inhérentes à la naissance, elles ne dépendent d’aucune majorité. le préambule de la même déclaration le précise en indiquant que les principes édictés s’imposent au pouvoir exécutif, au législateur (qui procède du peule) et au juge. C’est sans appel. Un tel référendum serait, selon moi, anticonstitutionnel.
    reymi75

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.