Invité de France Info ce matin, le cardinal Philippe Barbarin s’est exprimé sur la comparaison controversée qu’il a faite la semaine dernière sur RCF et TLM (lire Le mariage pour tous les couples ouvrirait la voie à la polygamie et à l’inceste). En parlant du mariage pour les couples de même sexe, il avait alors glissé: «Ça a des quantités de conséquences qui sont innombrables. Après, ils vont vouloir faire des couples à trois ou à quatre. Après, un jour peut-être, l’interdiction de l’inceste tombera». Pour Bertrand Delanoë, cette sortie «franchement moche» tend à indiquer que le cardinal a «pété les plombs», a-t-il déclaré sur Europe 1. Le maire de Paris s’est par ailleurs dit étonné d’entendre cela venant d’une personne d’ordinaire si «sage».

Pour tenter d’apaiser les esprits, l’archevêque de Lyon a assuré que «tout cela est dû au titre d’une dépêche de presse qui a reflété bien mal [ses] propos», et il va même jusqu’à citer l’édile parisien pour appuyer ses dires: «Monsieur Delanoë a dû s’en douter puisqu’il a dit: “Pourtant, quand même, le cardinal Barbarin est un sage”». La dépêche a bon dos et tronquer les propos du maire de Paris est habile, mais l’homme d’Église a été enregistré et ses propos homophobes sont sans équivoque. Sa tentative de démenti est finalement un échec cuisant, au point que France Info avait d’abord intitulé son article: «Le cardinal Barbarin pris en flagrant délit de mensonge», avant d’opter pour un titre plus mesuré. Le prélat a toutefois raison quand il affirme n’avoir jamais prononcé le mot «polygamie». Il a préféré dire «faire des couples à trois ou à quatre»…

Sans jamais présenter d’excuses, le cardinal Barbarin a même répété ses arguments, sans toutefois parler «d’inceste» ou de poly…, pardon, «couples à trois ou quatre». Le mariage pour tous et toutes serait pour lui le franchissement d’une limite. «Qu’est-ce que vous ferez demain matin devant une autre limite puis encore une autre?», s’interroge-t-il avant d’ajouter: «J’aime les gens et j’aime la société, alors je n’ai pas envie qu’on fasse sauter ce socle majeur, fondamental, de toutes les civilisations, les cultures, les religions, etc.».

L’égalité des droits? D’après lui, ça ne peut passer par le mariage, car cette «institution» est une «merveille» (à laquelle il échappe en raison de son vœu de célibat). Idem pour la famille (un privilège qu’il refuse aux homosexuel-le-s). Le cardinal Barbarin exclut les homosexuel-le-s de ces «merveilles», mais tient à préciser qu’il les «respecte tous et qu’ils ont leur place dans la société, et en tout cas dans l’Église». «[Les homosexuels] construisent le royaume des cieux autant et mieux que moi, assure-t-il, ils se battent pour essayer d’être fidèles, d’être chrétiens, chacun selon son chemin parce qu’on est tous de pauvres pécheurs.» Égaux en tant que «pauvres pécheurs» donc, mais pas dans l’accès aux «merveilles».

Photo Medef

Suivez Julien Massillon sur Twitter: julienmsln