Culture & Loisirs
Culture & Loisirs, Musique | 18.09.2012 - 07 h 46 | 7 COMMENTAIRES
Florence Foster Jenkins: La première icône gay?
Publié par
Non sans humour, la notice Wikipédia présente Florence Foster Jenkins comme «une soprano américaine célèbre pour son incapacité totale à chanter correctement.» C'est peu dire.

Non sans humour, la notice Wikipédia présente Florence Foster Jenkins comme «une soprano américaine célèbre pour son incapacité totale à chanter correctement». C’est peu dire.

Née en 1868 en Pennsylvanie, Florence Foster exprime très tôt le désir de consacrer sa vie à son unique amour, la musique. Les passions non partagées engendrent des drames, on le sait depuis toujours, et son père, sentant la catastrophe arriver, refuse sagement de lui payer des études de chant.

Mais Florence a de la suite dans les idées. Elle claque la porte de la maison familiale et s’enfuit à Philadelphie avec Frank Jenkins, un médecin qui devient son mari. Les tympans et l’équilibre mental du pauvre garçon ne résistent pas longtemps. En 1902, le couple divorce, Florence s’installe seule et survit grâce à quelques leçons de piano.

Les choses changent brusquement en 1909 lorsqu’elle hérite de la fortune confortable de son père. Elle trouve un pianiste pour l’accompagner, puis organise et finance ses premiers récitals.

La diva improbable se présente sur scène affublée de tenues extravagantes qu’elle dessine elle-même et jette des fleurs vers son fidèle public, composé pour l’essentiel de vieux messieurs élégants et célibataires qui viennent s’esclaffer à ses fausses notes et à ses cris stridents. La première icône gay vient d’apparaître.

Un journaliste new-yorkais écrivit que son art se situait au-delà du génie: «jamais sans doute n’a-t-on atteint un tel niveau dans tout ce qu’il ne faut pas faire : absence absolue de justesse, phrasés effrayants, timbre d’une indicible laideur, style indéfinissable, aucun sens de la mesure (bravo pour le pianiste qui rattrape tout ce qu’il est possible). Le vocabulaire habituellement utilisé pour parler des autres chanteur(se)s étant ici inutilisable, il faut aller chercher dans le registre animalier, au rayon des miaulements, glapissements et couinements.»

Un court extrait permet de constater qu’il n’exagère pas du tout:

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Florence Foster Jenkins- Der Holle Rache

Plus on rigole pendant qu’elle chante, plus Florence s’obstine. Persuadée de l’existence de son immense talent, elle déclare à la presse que les éclats de rire proviennent de rivales rongées de jalousie professionnelle. Ben voyons.

À 76 ans, cèdant à la demande de son public, Florence Foster Jenkins se produit au Carnegie Hall, le 25 octobre 1944. Le récital est tant attendu que les billets pour l’événement sont vendus des semaines à l’avance. Florence Foster Jenkins meurt un mois plus tard, d’une crise cardiaque. La place est libre, bienvenue Lady Gaga.

JefOpera

En partenariat avec JefOpera.

 

Print This Post
 
LES réactions (7)
  • Par celine-l 18 sept 2012 - 9 H 37
    Avatar de celine-l

    Ah, quel poème, cette Jenkins ;)
    [La conclusion de l'article est irrésistible :D ]

     
  • Par Eddie 18 sept 2012 - 13 H 37
    Avatar de Eddie

    Quel bonheur, un article sur FFJ !
    Un exemple de persévérance… Je suis l’heureux propriétaire du 33 tours réédité et je le considère comme un trésor.
    Petite anecdote: Il y a quelques années, j’avais fait écouter ce disque (pour rigoler) à un producteur anglais qui m’a rapidement dit l’avoir déjà entendu, quand David Bowie avait amené au studio sa collection complète des 78 tours de la Jenkins! Il était fasciné par elle, et songeait sérieusement à chanter faux exprès, pour voir s’il pouvait reproduire le miracle de la diva-au-7ème-degré.
    (projet abandonné…. ouf!)

    Merci pour cet article Christophe!

     
  • Par Christophe Martet 18 sept 2012 - 14 H 31
    Avatar de Christophe Martet

    @Eddie. Il faut remercier l’auteur, qui est le créateur de Jefopera.

     
  • Par François 18 sept 2012 - 16 H 16

    Je me souviens que la première fois que j’ai entendu cette « chanteuse », je n’ai pas cru que c’était sérieux. On peut au moins admirer sa forme de folie douce.

     
  • Par rogopag 18 sept 2012 - 17 H 01

    Les fans de Foster-Jenkins seront certainement ravis d’apprendre qu’elle avait trouvé une digne relève en la personne de Natalia de Andrade. http://youtu.be/5jlev-67zOQ

     
  • Par ladytornaV 18 sept 2012 - 18 H 59

    ouuiiii, je connaissais, c’est …..
    j’adore la dernière phrase de l’article : »La place est libre, bienvenue Lady Gaga »

     
  • Par jefopera 20 sept 2012 - 19 H 24
    Avatar de jefopera

    Je conseille effectivement à tous ceux qui ont aimé Florence, non d’aller écouter Lady Gaga mais plutôt la très regrettée Natalia de Andrade, qui a enregistré plusieurs disques :

    http://jefopera.blogspot.fr/2010/10/femme-de-menage-hurlante.html

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.