Égalité des droits, Mariage, Société | 17.09.2012 - 16 h 58 | 0 COMMENTAIRES
  • André Lacrampe
  • Dominique Rey
  • gene robinson
  • homosexualité et religion
  • Joël Mergui
  • Mgr Barbarin

Mariage pour tous les couples: deux perspectives religieuses s’affrontent

Publié par
Le Consistoire central israélite de France a rejoint le clergé catholique dans son opposition au mariage pour les couples de même sexe. Un prêtre épiscopalien tente toutefois de démontrer que Jésus aurait soutenu cette mesure.

Les propos du cardinal Barbarin la semaine dernière ont suscité de nouvelles réactions au sein du corps religieux. Convaincu que l'ouverture du mariage aux couples de même sexe «ouvre la boîte de Pandore» et «remet en cause l'ordre naturel des choses dans une volonté prométhéenne de reconstruire l'humanité», Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, appelle de ses vœux un référendum dans les colonnes de Nouvelles de France. Il espère que le gouvernement échappera ainsi à «la remorque des lobbies». Et peu importe qu'un sondage Ifop paru en août indique que 65% des Français-e-s sont favorables au mariage pour tous: «Les sondages sont une chose mais je pense malgré tout que la majeure partie de la population ne veut pas du mariage homosexuel», assure le religieux. De son côté, l'archevêque de Besançon André Lacrampe aimerait voir la tenue «d'états généraux sur cette question», à l'instar du processus utilisé pour les lois sur la bioéthique.

«INTERDIT RELIGIEUX»
Selon lui, l'ouverture du mariage aux couples homosexuels provoquerait un «bouleversement dans la filiation», et «fragiliserait» les enfants. «La différence sexuelle entre le papa-homme masculin et la maman-femme féminine joue pour beaucoup dans la vie psychique», croit savoir l'archevêque, sans toutefois expliquer quels rôles il attribue au «papa-homme masculin» et à la «maman-femme féminine». Il s'appuie par ailleurs sur le dictionnaire pour définir le mariage comme «l'union légitime d'un homme et d'une femme». Nous ne pouvons qu'inviter Mgr Lacrampe à consulter d'autres ouvrages de référence, puisque le Larousse en ligne (qui a notamment modifié sa définition du terme «homosexualité» après la publication d'un article sur Yagg) précise que «dans certains pays, deux personnes de même sexe» peuvent également s'unir.

Ses réticences sont partagées par le président du Consistoire central israélite de France, Joël Mergui, qui s'interroge «sur le sens d'une société qui accorderait la même normalité à des familles où l'enfant aurait deux pères ou deux mères au lieu d'un père et d'une mère, le modèle traditionnel». Loin de voir là une société qui prône l'égalité, il considère qu'il s'agit d'une violation de «l'interdit religieux» qui «changerait le modèle naturel de la famille».

JÉSUS, PARTISAN DE L'OUVERTURE DU MARIAGE?
Un modèle pas si naturel que cela, démontre Gene Robinson, le premier prêtre épiscopalien ouvertement homosexuel. Dans une tribune publiée sur le site Salon.com, il revient en détails sur le mariage aux temps bibliques, quand la polygamie d'Abraham et de Salomon ne posait aucun problème. Il soutient par ailleurs qu'en vertu de son combat pour l'égalité et de son approche peu orthodoxe de la famille, Jésus aurait été un fervent partisan de l'ouverture du mariage aux couples homosexuels…

Photos KTOTV et Donald Vish (Lynceus)

Print This Post
Photo du profil de Julien Massillon
Publié par
Journaliste de Yagg. Retrouvez-moi sur Twitter.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.