France
Égalité des droits, Homoparentalité, Société | 13.09.2012 - 15 h 28 | 1 COMMENTAIRES
PMA: Le Parti radical de gauche en désaccord avec Christiane Taubira
Publié par
De son côté, l'Association des familles homoparentales interpelle directement le Président de la République, tandis que plusieurs associations sont auditionnées par les ministères de la Justice et de la Famille.

Le Parti radical de gauche (PRG), dont est issue la ministre de la Justice Christiane Taubira, a confirmé hier, mercredi 12 septembre, «son engagement en faveur de la procréation assistée à toutes les femmes – par donneur anonyme ou par donneur connu – sans discrimination».

«FAIRE CESSER L’EXIL PROCRÉATIF»
Dans un communiqué, Eddie Aït, Secrétaire national du PRG et président du Groupe PRG MUP au Conseil régional d’Ile-de-France, rappelle la position prise par Jean-Michel Baylet, Président du PRG, à l’occasion des Primaires citoyennes: «Oui la procréation assistée doit être ouverte en France à toutes les femmes, sans discrimination. Il faut faire cesser l’exil procréatif qui pousse des femmes à se rendre à l’étranger pour avoir accès aux techniques de procréation médicalement assistée».

«Cela constitue une exigence républicaine!», souligne Eddie Aït.

De son côté, l’Association des familles homoparentales (ADFH) a écrit directement au Président de la République, François Hollande. «Lors de votre intervention au journal télévisé de 20h sur TF1 le 9 septembre dernier, vous avez admis que si des dissonances pouvaient parfois exister au sein du gouvernement “il faut les réduire, et pour les réduire c’est très simple, il faut se référer à mes propres engagements, ce que j’ai dit devant les Français, ce doit être la règle de l’action gouvernementale”. Durant la campagne électorale, vous avez plusieurs fois indiqué que vous étiez favorable à l’ouverture de la PMA aux couples lesbiens, ou aux femmes célibataires», rappelle l’association.

«En effet, la première motivation de l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples homosexuels est l’égalité, poursuit la lettre de l’ADFH. Dès lors, on voit mal comment le gouvernement pourrait proposer un projet de loi visant à ségréguer des couples mariés entre eux, en subordonnant l’accès à la PMA selon l’orientation sexuelle. Cela conduirait inévitablement à une rupture d’égalité au sein de cette institution civique qu’est le mariage, en créant une sous-catégorie.»

CONCERTATION…
Si la question de l’accès à la PMA pour les couples de femmes est celle qui fait le plus couler d’encre, les déclarations de Christiane Taubira au quotidien catholique La Croix ont donné naissance à d’autres interrogations, notamment sur la façon dont son ministère et celui de la Famille, dirigé par Dominique Bertinotti, travaillent ensemble sur le projet de loi sur l’égalité des droits, ou sur le manque de consultation des associations.

«Nous allons continuer à travailler ensemble», a indiqué la Garde des Sceaux à l’AFP, à la sortie du conseil des ministres. «Il y a encore beaucoup de travail à faire et puis, dans une démocratie, c’est le Parlement qui a le dernier mot», a-t-elle rappelé, jugeant «toutes les querelles (…) absolument inutiles et stériles».

… ET AUDITIONS
Hier, Christiane Taubira et Dominique Bertinotti ont auditionné plusieurs associations LGBT: Homosexualités et Socialisme (HES), GayLib, l’APGL et Les Enfants d’Arc-En-Ciel – l’Asso!. «À l’évidence, il ne s’agissait pas d’une concertation prétexte, précise HES. La discussion entre les associations – qui ont su développer un discours complémentaire, documenté et argumenté – les ministres et les services de la Chancellerie a permis de confirmer que la mise en œuvre de l’engagement 31 n’avait pas vocation à se borner à l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe.»

Dans son communiqué, HES (à la tête de laquelle Denis Quinqueton a succédé à Gilles Bon-Maury) indique avoir «souligné que, contrairement à ce qu’on peut lire ou entendre parfois, le combat du mouvement LGBT n’est pas de bénéficier d’une loi spécifique appelée “mariage gay”. Le combat est d’avoir pleinement accès à la loi commune, ce qui implique que le projet de loi en chantier règle la question de la “présomption de parenté” et de l’accès à la PMA».

L’Inter-LGBT sera, elle, reçu ce soir au ministère de la Justice. Elle profitera de ce rendez-vous pour apporter à Christiane Taubira les signatures recueillies par la pétition en ligne d’AllOut.org.

Illustration Gami

Print This Post
Avatar de Judith Silberfeld
Publié par
Cofondatrice et rédactrice en chef de Yagg.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (1)
  • Par reinedesaba 13 sept 2012 - 18 H 12

    Il y avait également l’association Contact qui était présente.

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.