logo_liberation-small«Autoriser la transcription de l’acte de naissance étranger [d’un-e enfant conçu-e par gestation pour autrui (GPA)] n’est en rien la légalisation du contrat de gestation pour autrui en France», rappelle l’avocate Caroline Mécary dans une tribune publiée dans Libération. Cela mettrait en revanche fin à la ségrégation dont font l’objet ces enfants, ségrégation fondée uniquement sur leur mode de conception. Et, souligne l’avocate, une simple circulaire suffirait… À lire sur Libération.fr.