Culture & Loisirs
Ciné | 29.08.2012 - 18 h 20 | 2 COMMENTAIRES
Ciné: Le très bon démarrage de «Keep The Lights On» analysé par son distributeur
Publié par
Le film d'Ira Sachs réalise la 2e meilleure moyenne entrées/copies de la semaine. Après le succès de «Week-end» il y a quelques mois, une nouvelle tendance dans le cinéma gay?

Keep The Lights On, d’ira Sachs, dans les salles depuis le 22 août dernier (dont Yagg est partenaire et que certaine-s d’entre vous ont pu découvrir en avant-première au Jeudi, c’est gay-friendly!) réalise une excellente première semaine d’exploitation.

DEUXIÈME MEILLEURE MOYENNE ENTRÉES/COPIE DE LA SEMAINE
Le film, qui ne dispose que de 8 copies en France, ne totalise certes «que» 5492 entrées à ce jour, mais si l’on prend le critère de la moyenne des entrées par copie (une sorte de «taux de remplissage», d’ailleurs retenu par Libération chaque semaine dans ses colonnes), Keep The Lights On est en 2e position (avec une moyenne de 686 entrées par copie), derrière Expendables 2, mais devant de «grosses sorties» comme Associés contre le crime… ou L’étrange pouvoir de Norman qui ont entre 40 et 70 fois plus de copies que lui!

Gregoire Marchal (photo), responsable de la distribution chez KMBO – le distributeur français du film – commente ces premiers résultats et livre son analyse à Yagg.

Alors, heureux de ces chiffres? Comment analyses-tu ce très bon démarrage? Tout d’abord nous sommes très contents de ces résultats. Quand on sort un film, il y a toujours cette part d’incertitude qui fait qu’on ne sait jamais si un film va marcher ou pas. Alors quand on a des résultats comme cela, on va pas s’en priver! Après il faut aussi savoir relativiser. Il est plus facile de faire une bonne moyenne par copie quand le film sort sur peu de copies que sur beaucoup, car chaque copie concentre logiquement plus de spectateurs. Mais, a contrario, le fait d’avoir peu de copies peut aussi avoir pour conséquence que le film passe inaperçu. Pour en revenir à Keep The Lights On, ce qui est encourageant, en plus du nombre d’entrées conséquent, c’est l’évolution des entrées tout au long de la semaine. Je m’explique: Le mercredi, jour de sortie, le film fait au MK2 Beaubourg [à Paris] 430 entrées et le dimanche il fait, dans la même salle, 577 entrées.

Ce que l’on constate, c’est que le film s’installe bien et a une bonne progression, donc un bon bouche à oreille.

Mais il faut aussi prendre en compte le public, à savoir qui vient voir le film. Est-ce seulement un public LGBT ou aussi un public de cinéphiles? On constate que tout le monde vient voir le film et ça c’est plutôt bon signe aussi.

Comment vois-tu l’avenir du film? Il est tellement difficile aujourd’hui de prévoir la vie d’un film! Et on a vu tellement de films marcher en première semaine et s’effondrer en deuxième! La durée de vie des films à Paris (et dans beaucoup de villes de province) est de 2 semaines généralement pour les «petits films art et essai». J’attends donc les redémarrages d’aujourd’hui, mercredi 29 août, pour savoir combien on perd d’entrées par rapport à la première semaine. C’est vraiment là que l’on verra si le bouche à oreille est bon ou pas.

J’espère aussi que ces bons chiffres vont motiver plus de cinémas en province à programmer le film, car il est vrai qu’ils sont toujours un peu frileux à l’idée de passer un film «gay» pensant que ça ne marchera pas!

De la programmation du film dépend aussi de ses résultats futurs. Mais là où je suis content c’est qu’en province aussi le film marche bien et il passe aussi dans les petites villes! Il était en sortie nationale à Brive-la-Gaillarde et sera cette semaine, entre autres, à Souillac! [voir la liste complète des salles].

Il y a quelques mois, Week-end, d’Andrew Haigh, a également très bien fonctionné. Y a-t-il un nouveau cinéma gay qui plaît? Week-end marque l’arrivée d’un nouveau cinéma gay qui correspond à une attente du public. Qu’il est agréable de voir des films où l’homosexualité n’est plus vécue comme un problème!

Que ce soit «Week-end» ou «Keep The Lights On», ces deux films parlent d’une histoire d’amour avant tout.

Les personnages pourraient tout aussi bien être hétéros, on aurait la même histoire! Mais surtout grâce à ces films, même si on le savait, on a la confirmation que le gay peut-être heureux, avoir des sentiments, tomber amoureux (et pas seulement du mec de sa meilleure amie…), aller au resto, se disputer… bref avoir la même vie que Monsieur Tout Le Monde. Ça semble une évidence. Après, il ne faut pas forcément penser qu’un film racontant une histoire d’amour entre deux hommes va forcément marcher au cinéma. Je pense, pour ma part, que si Week-end et (pour l’instant) Keep The Lights On marchent, c’est avant tout parce que se sont de (très) bons films…

Certains distributeurs hésitent encore aujourd’hui à mettre en avant le côté homo d’un film, comme si cela allait «faire peur» aux autres publics. Quel est ton sentiment? Je pense que le problème n’est pas tant au niveau du spectateur que de l’exploitant. En France, comme on aime bien mettre tout dans des cases, si l’on présente un film avec un personnage gay, l’exploitant va penser qu’il s’agit d’un film à destination d’un public gay et donc au final il ne va pas faire d’entrées avec ce film. Le Secret de Brokeback Mountain avait ouvert la brêche à sa sortie en salles. Mais il est vrai qu’il est plus facile de sortir un film d’Ang Lee avec un tel casting que Week-end ou que Keep The Lights On. Après, le distributeur peut penser parfois qu’il aura la cible gay comme acquise. Son but sera donc d’élargir sa cible en ouvrant le film à un public le plus grand possible. Et enfin pour finir, je dirais aussi que le risque est que l’on résume le film uniquement à son côté «gay», que la presse ne parle que de ça et qu’au final il n’y ait que cela qui reste dans la tête des gens (donc des spectateurs). Ce que l’on a apprecié avec la presse sur Keep The Lights On (et j’en profite pour remercier les attaché-e-s de presse Matthieu Rey et Mounia Wissinger qui ont fait un travail remarquable sur ce film), c’est que les journalistes ont mis en avant les qualités cinématographiques du film ainsi que la beauté de cette histoire d’amour. On ne le sait pas encore mais peut-être que Week-end ou Keep The Lights On vont changer tout cela!

Lire aussi tous nos articles sur Keep The Lights On

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Keep The Lights On – bande-annonce (VOSTFR)

Print This Post
Avatar de Yannick Barbe
Publié par
Directeur de la rédaction de TÊTU
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (2)
  • Par Ganyman 01 sept 2012 - 20 H 47

    8 copies ? Je suis pas près de le voir dans mon petit patelin alors !

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Phil86 aujourd'hui - 17 H 40

    Un de mes amis gays l’a vu avec son mec et tous les deux l’ont trouvé absolument nul, décousu, et sans fil directeur. Ils ont détesté. Vais-je m’y aventurer ? je déteste sortir déçu et mécontent d’une séance ciné.

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.