France
Marches des Fiertés 2014
Société | 27.08.2012 - 15 h 23 | 10 COMMENTAIRES
État civil: Des trans’ interpellent le Président et le Premier ministre
Publié par
Chloé Avrillon et Célia R. ont, chacune de son côté, écrit au sommet de l’exécutif. Leurs courriers ont été transmis à la ministre de la Justice.

Célia R. et Chloé Avrillon, deux femmes trans’ qui vivent avec des papiers mentionnant une identité masculine, ont respectivement interpellé le Président de la République et le Premier ministre sur la difficulté de leur situation et sur celle des personnes trans’ en général. Les collaborateur/trices de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault ont répondu aux 2 femmes, en précisant que leurs courriers avaient été transmis à la ministre de la Justice, Christiane Taubira, ainsi qu’à Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la santé, en ce qui concerne celui de Célia.

«FAIRE VALOIR MON IDENTITÉ»
Le 20 août dernier, Chloé Avrillon a envoyé un courrier électronique assez détaillé au Premier ministre, courriel qu’elle a transmis à la rédaction de Yagg. Elle avait déjà écrit à Matignon en mai, mais le courrier semble avoir été perdu. Au début du courriel, Chloé Avrillon donne le prénom qui est le sien pour l’état-civil (un prénom masculin, donc) et explique qu’elle est actuellement dans une démarche judiciaire pour obtenir des papiers conformes à son identité et à son genre.

Elle rappelle le refus du tribunal de grande instance (TGI) de Brest de lui accorder ce changement d’état-civil, au motif que Chloé est mariée et que le mariage des couples de même sexe n’est pas possible en France: «Oui, je suis mariée depuis août 1997 et j’ai 3 enfants que j’aime de tout mon cœur».

Elle détaille ensuite par le menu la complication extrême de sa vie quotidienne: «Aujourd’hui je suis une femme opérée, extrêmement féminine à ce que l’on dit, et j’ai toutes les peines du monde au quotidien à faire valoir mon identité (quelle preuve puis-je bien apporter que je suis réellement “Monsieur”?)».

POSTE, RATP, SNCF, ÉLECTIONS, SPORT…
«Cela m’a valu des désagréments inadmissibles à plusieurs reprises: faire des chèques pour les courses, retirer un billet de train commandé par Internet, obtenir un “pass Navigo” (RATP), retirer des mandats ou des lettres recommandées à La Poste, retour en France à la douane de l’aéroport après avoir été opérée en Thaïlande début janvier 2011, je n’ai pas pu voter aux élections présidentielles, les compétitions sportives me sont interdites en tant que femme et je ne tiens pas à m’y présenter en tant qu’homme (je suis une joueuse d’échecs invétérée). Les concours administratifs me sont interdits, se faire appeler “Monsieur” devant des dizaines de gens dans un hall d’hôpital, un simple contrôle routier où j’étais pourtant en règle et qui a pris 3/4 d’heure…

«Bref, j’ai une identité qui ne me sert à rien aujourd’hui, qui ne m’accorde que désagrément (travaillant sur Paris, j’ai du mal à trouver un logement, je suis hébergée par une amie et le temporaire ne perdure que trop!).

«Et heureusement que je suis fonctionnaire parce que s’il fallait que je trouve un travail…

«Comble du ridicule, si je vais à la piscine en respectant le règlement, je mets quelle tenue règlementaire?».

Chloé écrit aussi que selon les lois actuelles, si un changement d’état civil était accordé, le droit de filiation de ses enfants pourrait être remis en question. «N’étant pas de nature égoïste, je tiens à ce que mes démarches, mon combat s’il en est un, puisse aussi bénéficier à tous et toutes, et aux enfants de tous et toutes», conclut-elle.

RÉPONSE DE MATIGNON
Dès le lendemain, Cholé Avrillon recevait une réponse par courriel du cabinet du Premier ministre: «Après avoir pris connaissance des préoccupations que vous exprimez, Monsieur Jean-Marc Ayrault m’a chargé de signaler votre démarche à Madame Christiane Taubira, Garde des Sceaux (…), afin qu’elle en prescrive un examen attentif et vous tienne directement informée de la suite qui lui sera réservée».

«MA TRANSIDENTITÉ N’EST PAS UNE PATHOLOGIE»
Au mois de juin dernier, Célia R. écrivait, elle, au Président de la République un courrier détaillant les difficultés qu’elle rencontre au quotidien. Elle a retranscrit la lettre sur son blog, C’est mon genre: «Je suis une personne trans’ et je m’adresse directement à vous aujourd’hui afin de vous décrire quel sort est le mien aujourd’hui en France.

«Mes droits humains ne sont pas respectés et l’égalité des droits, que vous avez défendue avec justesse pendant votre campagne électorale, m’est refusée.

«Ma transidentité n’est pas une pathologie mais le sentiment profond d’un écart entre mon identité de genre et le sexe que l’on m’a assigné à la naissance en fonction de mon appareil génital».

Célia R. poursuivait en donnant la définition de l’identité de genre selon les principes de Jogjarkata, et mentionnait le fait que les manuels scolaires commencent à prendre en compte la notion de genre. Elle critiquait également le système binaire de l’état civil actuel. Elle comparait ensuite son parcours de transition à une interruption volontaire de grossesse (IVG): selon elle ces 2 cas de figure nécessitent une prise en charge médicale, bien qu’il ne s’agisse pas de pathologies.

DE NOMBREUX OBSTACLES
Dans la suite de son courrier, elle détaillait les nombreux «obstacles» rencontrés dans son parcours de transition:

«Le changement de mon état civil est complexe et coûteux: j’ai l’obligation d’être stérilisée, de subir des opérations chirurgicales irréversibles que je ne désire pas forcément, des traitements hormonaux sont toujours requis pour obtenir le changement de mon état civil devant le tribunal, chaque tribunal posant ses exigences d’expertises et rendant ses arrêts de façon tout à fait hétérogène et injuste, je suis dans l’incertitude quand au résultat de mes démarches».

Célia R. évoquait également le taux de suicides élevé chez les personnes trans’, la non-reconnaissance de l’identité de genre et de la transphobie par la loi (depuis, l’«identité sexuelle» a été intégrée au Code pénal comme motif de discrimination), et saluait les recommandations de Thomas Hammarberg ainsi que la loi argentine sur l’identité de genre comme des exemples à suivre.

RÉPONSE DU CHEF DE CABINET
Dans un billet de blog du 11 août, Célia R. a publié la réponse de Pierre Besnard, le chef de cabinet du Président de la République. «Chère Madame, (…) Soyez assurée de toute l’attention portée aux préoccupations que vous exprimez concernant les discriminations que subiraient les personnes transsexuelles, à votre souhait que soient mises en application, en France, les 12 recommandations émises par Monsieur Thomas Hammarberg (…). Je n’ai pas manqué de relayer votre démarche auprès de Madame Christiane Taubira (…) ainsi qu’auprès de Madame Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la santé, en leur demandant de procéder à un examen approfondi de votre intervention». Sur son blog, Célia R. écrit que, bien que la lettre soit plutôt positive, elle ira tout de même à l’Existrans en octobre prochain.

Photos jmayrault

Print This Post
 
LES réactions (10)
  • Par Célia 27 août 2012 - 19 H 10
    Avatar de Célia

    Bonjour,
    Merci pour cet article détaillé ! Est-il possible de corriger le titre pour mettre « Des trans interpellent le Président et le Premier Ministre » car ma lettre était signée par un et une autre trans’ ? C’est Maxime Henry qui a eu l’idée de cette démarche et qui a remis la lettre à François Hollande. L’autre trans qui ne souhaite pas être mentionnée à aidé à la rédaction.

     
  • Par Elorys 27 août 2012 - 19 H 22

    Ey j’ai fait pareil !!!

     
  • Par Célia aujourd'hui - 11 H 20
    Avatar de Célia

    Merci c’est cool !

     
  • Par Chloé AVRILLON aujourd'hui - 12 H 00

    C’est exactement ce que j’expliquais à Fabien que j’ai eu au téléphone alors qu’il rédigeais l’article : je pense qu’effectivement nous sommes plusieurs à avoir écrit à Mr le Président ou à Mr le Premier Ministre. Je pense en effet que le concours de chacun et de chacune, le travaille des associations et le relais médiatique comme celui de Yagg fini enfin par payer : nous avons enfin le sentiment d’être écoutées. Nous sommes aujourd’hui nombreuses à attendre (avec impatience, mais nous avons attendu tellement longtemps…) des actes concrets pour voir bon nombre de situations délicates se débloquer.
    Je tenais donc à dire bravo à tous ceux et celles qui font et restent dans l’ombre comme Elorys ou Maxime Henry.

     
  • Par Chloé AVRILLON aujourd'hui - 12 H 01

    « le travail » :)

     
  • Par Stéphanie aujourd'hui - 12 H 18

    Bravo, Célia !
    Bravo, Chloé !
    Chaque démarche individuelle de ce type est positive et, comme le souligne Alice, va dans le même sens que le combat mené par les associations transgenres !
    Il est plus que temps que le gouvernement PS règle tous les problèmes évoqués en élaborant une loi qui s’inspire de la résolution 1728 (2010) du Conseil de l’Europe, des 12 recommandations de M. Thomas Hammarberg et de l’excellente loi argentine, ce véritable modèle démocratique, qui réalise en actes le changement d’état civil libre et gratuit.

     
  • Par elorys aujourd'hui - 18 H 55
    Avatar de elorys

    Ce n’était pas individuel, les faits que j’ai exposé le sont, mais ils ne servaient qu’a illustrer notre situation commune, et les question posées l’étaient non pas pour ma situation individuelle, mais pour chaque personne qui en a besoin.

     
  • Par caphi 29 août 2012 - 11 H 19

    Bonne initiative !

     
  • Par elorys 29 août 2012 - 19 H 10
    Avatar de elorys

    Pour info, ça marche aussi avec les maires, les députés, les préfets, les sénateurs …

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.