France
Société | 21.08.2012 - 12 h 55 | 10 COMMENTAIRES
Une «journée de lutte contre l’homosexualité» organisée au Cameroun
Publié par
C'est Sismondi Barlev Bidjocka, journaliste et auto-proclamé «porte-parole de la jeunesse camerounaise», qui est à l'origine de cette action. Une coalition d'associations africaines dénonce cet appel à la haine.

On connaissait la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie (Idaho) et célébrée tous les 17 mai. Comme s’il s’était inspiré de cet événement, le journaliste camerounais Sismondi Barlev Bidjocka annonce aujourd’hui à Yaoundé la tenue d’une «Journée internationale de lutte contre l’homosexualité».

Le communiqué de presse du Rassemblement de la Jeunesse Camerounaise (RJC), l’organisation de Bidjocka, soutient que

«cette journée participe d’un besoin des jeunes de se prémunir contre les conséquences de cette dérive comportementale, notamment les hémorroïdes, l’incontinence, le VIH/Sida, et autres infections».

La manifestation se veut «en mémoire du jeune Ndjomo Pokam, assassiné le 21 août 2006 par des homosexuels après avoir été sodomisé». Cet étudiant en mathématiques avait été retrouvé mort, jeté par une fenêtre de l’hôtel Hilton de Yaoundé. Le corps présentait notamment des lésions anales.

Sismondi Barlev Bidjocka annonce «une distribution de 6000 tracts et des tricots portant des messages de sensibilisation», et «invite les jeunes à dénoncer les actes d’homosexualité à la police». L’homosexualité est passible de 5 ans d’emprisonnement et d’une amende de 200000 francs CFA (305€) au Cameroun.

L’avocate Alice Nkom dénonce cet événement, et notamment le fait que le journaliste se proclame porte-parole de la jeunesse du pays: «Tous les jeunes ne pensent pas comme lui!», déclare-t-elle à Yagg. Elle s’inquiète et signale que «c’est un homme violent». En mars dernier, il avait empêché de manière «musclée» la tenue d’un colloque sur les questions LGBT.

En réaction à cette journée homophobe, plusieurs organisations africaines ont lancé un appel au président du Cameroun Paul Biya. Alternatives Cameroun, l’Adefho (présidée par Alice Nkom), et des associations d’Afrique du Sud, du Kenya, du Malawi, du Mozambique et du Maroc écrivent:

«[Le RJC] prétend protéger les “valeurs africaines” – mais la haine et la violence ne sont pas des valeurs africaines. En alimentant un sentiment homophobe à travers notre continent, ces mouvements extrêmes anti-gay mettent la vie de milliers de Camerounais-e-s en grave danger».

Bidjocka prétend en effet avoir tissé des liens en Ouganda, en Tunisie et au Libéria. De leur côté, les militant-e-s pour les droits humains signataires de l’appel invitent le président à dépénaliser l’homosexualité.

Photo Capture

Print This Post
 
LES réactions (10)
  • Par Chloé AVRILLON 21 août 2012 - 13 H 47

    C’est honteux, ça devient une guerre organisée contre les LGBT.
    Digne du régime NAZI pendant la 2nde guerre mondiale

     
  • Par oliver93fr 21 août 2012 - 13 H 51
    Avatar de oliver93fr

    Je vous propose de récupérer ici les coordonnées de … : http://barlevsismondijournaliste.centerblog.net/6034536-SISMONDI-BARLEV-BIDJOCKA-PORTE-PAROLE-DE-LA-JEUNESSE-CAMEROUNAISE
    Et soit de la spammer, soit du le réveiller en pleine nuit (tenir compte du décalage horaire !).
    Et si des certain(e)s d’entre vous s’y connaissent en recherche d’IP et autre je suis preneur de l’infos.
    Cessons d’être des grandes passives et de pousser des cris d’orffraies et AGISSONS.
    Formons enfin la branche « Anti-homophobie » des Anonymous !
    Ce commentaire a été modéré.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par tof81 21 août 2012 - 14 H 00
    Avatar de tof81

    J’hallucine qu’un journaliste appelle à la haine et à la délation, cela rappelle de sombres heures de la seconde guerre mondiale.

    C’est immonde, inhumain, pourris.

    Le Cameroun dérive grave vers l’intolérance , vers la l’homophobie.

    Je propose une journée contre la connerie. Je pense quelle va avoir du succès celle là.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par bourrelly 21 août 2012 - 14 H 20

    A l’heure où la plupart des pays réfléchissent aux moyens de faire vivre toujours plus d’individus dans des conditions les plus favorables, au moment ou les USA après des dizaines d’années de tergiversations finissent pas créer la sécurité sociale, alors que depuis quelques années, une solidarité internationale commence à poindre pour vaincre toujours plus de maladies, certains individus, hommes politiques ou chefs d’états rament à contre courant de l’histoire.
    C’est le cas au Cameroun ou un apparatchik auto-adoubé représentant de la jeunesse Camerounaise, s’affublant du titre d’écrivain décrète la Journée mondiale contre l’homosexualité.
    Au prétexte que l’homosexualité « ne serait pas une valeur africaine » il se trouve que l’homosexualité n’est pas une valeur mais une orientation sexuelle, que dira-t-on quand on décrétera une journée mondiale contre les noirs ?, les Camerounais ?, les Juifs ?
    Vraiment visiblement au Cameroun, l’unique problème est l’homosexualité !!!!
    Pas de problèmes sanitaires primordiaux ? Pas de problèmes de sécurité ? Pas de corruption ?
    On pourrait conseiller à Sismondi Barlev Bidjockav de réfléchir à deux fois , car il ne faut pas se tromper , on peut se battre contre le monde entier si notre bataille est juste…. Mais en plus quand ce combat est stupide, injuste et réactionnaire, il est perdu d’avance et sans aucun doute toutes les ambitions de ce pauvre hère vont s’écrouler dans un bruit de pets de cafards. Qui pourra jamais ce soucier de…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Fitz 21 août 2012 - 14 H 28
    Avatar de

    A force, je sais même plus quoi dire tant ce genre de chose devient commun. Et surtout que les autres pays ne bougent pas le petit doigt, tant que ce n’est pas relayé en masse par les médias, on s’en fout…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Act Up-Paris 21 août 2012 - 15 H 27

    Et ce jeudi, des activistes de la lutte contre le sida camerounais vont passer devant le juge pour avoir osé, l’automne dernier, organiser une manifestation non déposée devant le parlement pour rappeler aux élus les promesses faites par leur pays en matière de budget santé…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par alexdj 21 août 2012 - 16 H 05
    Avatar de alexdj

    @Georgia, il s’agit là du Cameroun, pas de « l’Afrique ». L’Afrique est un continent, pas un pays, faudrait un peu arrêter de croire que tout est pareil dans tous les pays africains, certains pays là-bas acceptent l’homosexualité.
    (et puis beaucoup de pays occidentaux n’ont strictement rien à foutre des conditions de vie des homos dans certains pays africains… ah il est beau l’occident !)

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Phil86 21 août 2012 - 16 H 17

    le RJC est un ramassis de fous furieux et dangereux…

    suggestion de sujet à Yagg : « l’homophobie dans les commentaires des sites d’info généraliste et son traitement par ces derniers » certains sites, à commencer par l’inénarrable Figaro (j’ai un exemple sur le feu en ce moment !), sont très laxistes avec les commentaires homophobes, qu’ils sont pourtant tenus, de par leur charte, à modérer… ;-)

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Phil86 21 août 2012 - 16 H 20

    l’exemple le voici :
    http://plus.lefigaro.fr/page/laura-bethy
    « Les relations entre personnes de même sexe sont et resteront une dépravation. Assez du politiquement correct qui ne mène qu’à la décadence ! »

    le commentaire de cette figaronaute a été retiré plusieurs fois, ce qui démontre bien qu’il contrevenait à la charte, mais a été republié par son auteur.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par nileju 21 août 2012 - 17 H 27
    Avatar de

    Merde j’avais cru lire : Une «journée de lutte contre l’homophobie» organisée au Cameroun, et je me suis dit que ça évoluai enfin, mais en faite non c’est tout le contraire.
    C’est vrai que le gouvernement Camerounais pousse l’homophobie à son paroxysme, je ne sais pas ce qu’il faut faire mais il faudrait agir pour aider les Camerounais gays.

    Juste une chose, il ne faudrait pas confondre l’Afrique avec les pays Africains et les Gouvernements des pays Africains avec leurs habitants. M’étonnerais que tous les Africains soient homophobes.

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.