Soulagement chez les clubbeuses et les clubbeurs : le Berghain, club mythique de Berlin, ne fermera pas ses portes le 1er janvier 2013, comme ses propriétaires l’avaient laissé entendre il y a quelques mois en signe de protestation contre la réforme de la GEMA, l’équivalent de notre Sacem française qui gère les droits d’auteur liés à la musique. En effet, certains propriétaires de clubs berlinois sont vent debout contre la nouvelle tarification prévue pour être mise en place le 1er avril 2013, calculée en fonction de la taille des clubs notamment, et censée être par conséquent plus équitable. Pour certains établissements, l’augmentation des charges seraient de l’ordre de 1000%, voire plus!

EXPÉRIENCE UNIQUE
Le Berghain, installé depuis 2004 dans une ancienne centrale électrique au milieu de nulle part ou presque, a largement participé au rayonnement de Berlin comme capitale incontournable du clubbing depuis une dizaine d’années. Un clubbing exigeant, refusant toute concession au bling-bling façon Ibiza ou Miami. Voilà un club qui a construit sa légende sur le mystère: encore aujourd’hui, personne ne connaît les critères qui président à votre entrée ou non dans le saint des saints, les photos sont interdites à l’intérieur et il n’y pas un seul miroir. Une nuit au Berghain se vit donc à chaque fois comme une expérience unique, la salle principale martelant sa techno minimale à haute dose de stroboscopes et d’infra-basses, tandis que le Panorama Bar à l’étage offre une halte plus house et soulful aux party animals épuisés. Sans oublier le Lab.Oratory, sex-club pointu prisé des gays du monde entier.

À lire sur Resident Advisor [en] et Berliner Zeitung [all]

Photo Nicor

soutien yagg