Gay Pride | 21.08.2012 - 17 h 36 | 4 COMMENTAIRES
Québec: retour sur la 1e Marche des Lesbiennes et sur la Fierté Montréal
Publié par
Les lesbiennes ont pris la rue en non-mixité mardi pour la 1e Dyke March dans la ville. Dimanche, c'était la traditionnelle Fierté Montréal, avec Jean-Luc Romero et le footballeur out David Testo en présidents d'honneur.

Deux marches ont eu lieu la semaine dernière à Montréal: mardi 14 août, les lesbiennes ont pris la rue en non-mixité lors de la toute première Dyke March (Marche des Gouines) de la ville. Dimanche 19, c’est la Fierté Montréal, la marche des fiertés LGBT, qui a investi l’espace public.

«VISIBILISER L’IDENTITÉ DYKE ET DÉNONCER LA DROITE»
La Marche des Lesbiennes a été créée pour de nombreuses raisons, et notamment en réaction à la «dépolitisation» de la Fierté Montréal. Avant la marche, Valérie Simon, membre du collectif organisateur, détaillait pour Yagg l’ensemble des motivations des marcheuses (lire notre article Québec: Première marche lesbienne à Montréal). Dans la vidéo ci-dessous, on peut entendre Barbara Legault, porte-parole du comité organisateur, s’adresser à la foule:

«Je ne sais pas comment vous, vous vous sentez, mais nous on est hyper émues. (…) Les Dyke March c’est une action qui a eu lieu pour la 1ère fois à Washington en 1993, c’est les Lesbian Avengers qui ont organisé une marche, pour visibiliser l’identité dyke, pour prendre la rue et dénoncer la droite chrétienne, dénoncer la droite économique et dénoncer la commercialisation et la dépolitisation de la communauté LGBT. C’est dans cet esprit-là qu’on organise la marche aujourd’hui».

Sur les banderoles, on pouvait lire «Abolir le système de classe masculin/féminin» ou «Transformons la société, pas nos identités». À la craie, les manifestantes ont également écrit sur les trottoirs: «Aux gouines la rue!», «Non à la transphobie», ou encore «Je suis lesbienne et je déteste quand des gars tentent de s’intégrer à mon couple» et «Lesbienne et amoureuse».

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo, cliquez sur Montreal 1st Dyke March – Marche des lesbiennes 2012

Dimanche, c’est la Fierté Montréal qui a pris le relais. Derrière le slogan «Notre drapeau, notre fierté», des dizaines de milliers de manifestant-e-s ont défilé. La marche était sponsorisée par Viagra. Jean-Luc Romero, président d’Élus Locaux Contre le Sida (ELCS) et du CRIPS, et David Testo, ancien joueur de football professionnel qui a fait son coming-out en novembre 2011, ont partagé la présidence d’honneur de la marche. La semaine dernière, Jean-Luc Romero expliquait à Yagg pourquoi il avait accepté d’endosser ce rôle (lire Jean-Luc Romero, président d’honneur de la Fierté Montréal: «La Marche n’a plus les mêmes revendications»). Vendredi, il a accepté une récompense, le Prix Claude Tourangeau, pour son combat contre le sida et la sérophobie.

La présence de David Testo à la marche des fiertés a permis de mettre en lumière que les sportifs et sportives homos existent, même si très peu le sont ouvertement.

LES POLITIQUES VENU-E-S EN NOMBRE
De nombreuses personnalités politiques québécoises avaient répondu présentes. Presque tous les partis avaient envoyé une délégation: Québec Solidaire, le Parti Vert, le Parti Québécois, le Parti Libéral, le Nouveau Parti Démocratique, la Coalition Avenir Québec… Seul le Parti Conservateur, au pouvoir à Ottawa, manquait à l’appel. Jasmin Roy, porte-parole de l’événement, a estimé que beaucoup restait à faire contre l’homophobie à l’école.

SOLIDARITÉ AVEC LES ÉTUDIANT-E-S ET AVEC LE LIBAN
Un contingent de couleur rouge a pris position dans le défilé contre la hausse des frais d’inscription à l’université, dans la lignée du mouvement étudiant. Selon ce groupe, le «néolibéralisme» renforcerait les discriminations anti-LGBT.

La section montréalaise de l’association LGBT libanaise Helem était également présente. Les manifestant-e-s ont exprimé leur soutien entier à leurs compatriotes victimes de la répression policière et soumis à des examens anaux censés déterminer leur homosexualité.

Print This Post
 
LES réactions (4)
  • Par Red aujourd'hui - 18 H 24
    Avatar de Red

    Très contente de voir que le groupe en rouge pour les étudiants et l’asso libanaise étaient présents.
    Par contre, Viagra quoi…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Lechat aujourd'hui - 19 H 14
    Avatar de Lechat

    Je peux comprendre qu’on dénonce la dépolitisation des marches qui deviennent un évènement festif plus que revendicatif.
    Mais je ne comprends pas pourquoi elles proposent une marche lesbienne non mixte.
    Comment expliquent-elles ce choix ? Les hommes seraient fondamentalement futiles et superficiels ?
    Demain ce sera quoi ?
    Une marche spéciale pour les gays et lesbiennes chrétiens ?

    Pourquoi faut-il toujours diviser au lieu de rassembler ?
    On peut être gay et défendre les droits des lesbiennes, souhaiter qu’elles jouissent d’une plus grande visibilité au sein de notre société etc

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Ernestine aujourd'hui - 21 H 39
    Avatar de Ernestine

    @mystigris Bien que je sois moi-même parfois circonspecte sur les manifestations non-mixtes, je comprends la raison d’une marche de femmes. Pour avoir passé pas mal de temps dans le village gay de Montréal, il n’existe quasiment pas de place pour les lesbiennes/bies (bien qu’il y ait par ailleurs une grande tolérance vis-à-vis de tous, dans le village et à Montréal en général). Au niveau des lieux pour sortir, il y a en gros un seul bar dans lequel les lesbiennes ne soient pas ultra-minoritaires, et effectivement, on en vient à se retrouver simplement entre femmes (lesbiennes, bi, trans) pour ne pas être noyées. Je comprends donc le besoin d’une manifestation visible, où les femmes disent qu’elles sont bien là. (Je n’ai pas lu le reste des infos sur la question, donc je n’apporte qu’un point de vue basé sur mon vécu.)

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Stéphanie 22 août 2012 - 13 H 02

    Un ami gay s’interroge : «  je ne comprends pas pourquoi elles proposent une marche lesbienne non mixte. » Pourtant, toute lesbienne peut se reconnaître dans une marche sponsorisée par le viagra… Non ? :-)

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.