Culture & Loisirs, Livres | 16.08.2012 - 14 h 50 | 17 COMMENTAIRES
Quand une histoire d’amour entre Lancelot et Arthur déclenche la colère de lecteurs-trices
Publié par
Pour avoir imaginé une romance entre les deux chevaliers, l'auteure Sarah Luddington a fait l'objet de violentes critiques sur Amazon.

Dans la saga The Knights Of Camelot (Les Chevaliers de Camelot), l’auteure britannique Sarah Luddington a revisité l’histoire mythique des chevaliers de la Table Ronde. Elle a aussi choisi de mettre en scène un roi Arthur bisexuel, mais surtout une romance entre lui et Lancelot, notamment dans le premier tome de la série Lancelot And The Wolf (Lancelot et le loup).

Sorti en juin 2011, le livre a été bien accueilli. Mais récemment, une vague soudaine de critiques virulentes a été remarquée par l’auteure sur le site Amazon où les internautes peuvent acheter en ligne ou télécharger la version Kindle du livre, mais aussi poster leurs impressions.

«PERVERS», «SORDIDE» ET «MALSAIN»
Florilège des quelques critiques encore visibles sur Amazon:
«Je ne savais pas que c’était une histoire perverse entre Arthur et Lancelot. (…) C’est juste triste d’avoir détruit une des plus belles légendes de tous les temps.»

«BERK, merci d’avoir bousillé une belle histoire avec laquelle j’ai grandi en en faisant quelque chose de sordide.»

«Malheureusement, la débauche homosexuelle entre Arthur et Lancelot écrase l’intrigue et m’a fait espérer que le livre se termine plus vite. Je suppose que c’est normal dans une romance malsaine, mais pour un mec normal cherchant un livre d’aventure, faut mieux aller voir ailleurs.»

«J’ai acheté ce livre en pensant que c’était l’histoire du Roi Arthur. C’était plutôt Camelot dans Brokeback Mountain. Je peux l’effacer de mon Kindle, mais pas de ma tête. Merci beaucoup.»

«Ça allait, jusqu’à ce que l’homosexualité commence.»

L’auteure, qui travaille aussi chez Mirador Publishing, la maison d’édition qui édite la saga arthurienne, aurait reçu plusieurs mails du même ton.

PAS TOUCHE AUX HÉROS!
«On dirait qu’on peut écrire à peu près tout ce qu’on veut de nos jours, mais suggérer que le roi Arthur et Lancelot étaient amants équivaut à un blasphème», constate l’auteure. Si son livre a reçu d’autres critiques très positives, pour certain-e-s lecteurs-trices, il est inconcevable de prêter une orientation sexuelle autre que l’hétérosexualité aux grands héros médiévaux.

Une hostilité qui n’est pas sans rappeler les débats autour de l’orientation sexuelle d’une autre figure de la littérature, celle du détective Sherlock Holmes. Fans et spécialistes ne sont jamais tombé-e-s d’accord sur la nature de sa relation avec John Watson: amitié très exclusive ou amour platonique, comme dans les derniers films de Guy Ritchie où le sous-texte gay apparaît clairement? Le sujet divise encore…

PAS DE ROMANCE GAY POUR LES HÉTÉROS
Par ailleurs, certain-e-s lecteurs-trices se plaignent très clairement de ne pas avoir été averti-e-s que l’intrigue contenait une histoire d’amour entre deux hommes, et qu’un estampillage «roman gay/lesbien» leur aurait évité de «perdre leur temps». Lancelot And The Wolf aurait donc dû être réservé à un public gay afin de laisser les hétérosexuel-le-s lire leurs romans hétérosexuels, rempli de personnages hétérosexuels, vivant des histoires d’amour rigoureusement hétérosexuelles, sans doute imaginées et écrites par des auteur-e-s hétérosexuel-le-s, eux/elles aussi?

UNE RÉFÉRENCE AUX LÉGENDES ORIGINALES
Sarah Luddington, elle-même bisexuelle et spécialiste de l’histoire médiévale, défend sa romance gay. De plus, elle maintient qu’avoir inclus une relation amoureuse entre les deux protagonistes ne relevait pas que que de la pure invention: «Quand on regarde de plus près les légendes originales, il y a clairement un sous-entendu. Il n’y avait pas que la simple infidélité de Guenièvre dans ce triangle amoureux», a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse. Difficile de l’accuser d’une quelconque provocation envers les fans d’histoire médiévale: «On m’a accusé d’écrire des histoires d’amour», confie-t-elle dans sa biographie d’auteure. «Je suis juste une vieille romantique qui croit que l’amour fait tourner le monde.»

Les romans de la saga écrite par Sarah Luddington n’ont pas été traduits en français.

Visuel Enluminure du XIVe siècle (hommage de Ban et Bohort à Arthur)

Print This Post
Avatar de Maëlle Le Corre
Publié par
Journaliste de Yagg.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (17)
  • Par Raphaël 16 août 2012 - 15 H 10
    Avatar de

    Il me semblait qu’on avait déjà bien « bousillé » le mythe de la quête du graal avec la série « Kaamelott » (que j’aime bcp) d’Alexandre Astier. Finalement, une idylle entre Arthur et Lancelot redonne ses lettres de noblesse à l’épopée chevaleresque, non ? Merci Sarah Luddington.

    (J’ai toujours su que l’arme secrète d’Arthur n’était pas Excalibur ;-) )

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Korial 16 août 2012 - 15 H 14

    je conseille de lire Le Cycle du Graal de jean Markale. Et de voir qu’en effet, il y a un sous entendu mais pas forcément interprétable à notre façon…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Stéphanie 16 août 2012 - 15 H 25

    Je lis souvent des romans avec des personnages hétérosexuels, et ça m’arrive souvent de me sentir touchée par leurs amours… Visiblement, un certain nombre de lecteurs hétéros n’ont pas la même capacité empathique : ils ne peuvent s’intéresser qu’à des personnages ayant la même sexualité qu’eux !
    Ils sont vraiment bizarres, ces hétéros :-)

    Signaler ce commentaire

     
  • Par sylvio 16 août 2012 - 15 H 40
    Avatar de sylvio

     » et qu’un estampillage «roman gay/lesbien» leur aurait évité de «perdre leur temps». »
    ça pourrait être très drôle, à condition que les autres soient estampillés « roman hétérosexuel » : à près tout, nous aussi on aurait le droit d’être prévenu de la chose afin de ne pas être traumatisé….
    Vivement le rayonnage hétérosexuel!
    LoL ! On va bien se marrer…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Djahaï 16 août 2012 - 15 H 48
    Avatar de Djahaï

    Aux hétéros qui souhaitent estampiller les romans où l’intrigue inclus une relation homosexuelle, je leur demanderais en retour d’estampiller chaque livre, pub, film, musique, tableau, etc. d’un avertissement visuel ou sonore « Hétérosexuel ».

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Malo 16 août 2012 - 15 H 51

    Je suis moi-même hétéro et je lis de tout. Pour être plus précise, romance homo, hetero, idem pour le cinéma. Je suis même militante LGBT. Donc non, les heteros ne sont pas plus bizarre que les homos. Mais il faut reconnaître que certains sont très gratinés.
    Je trouve ridicule d’attaquer le livre de l’auteur. Toute romance est belle !
    Donc stop mariage gay ! Vive l’égalité devant le mariage et la famille ! Même si je suis hors sujet lol

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Fabizm 16 août 2012 - 16 H 31

    Heureusement qu’on ne part pas en croisade contre Disney qui nous à bourré le crâne d’idées hétérosexuelles pendant toute notre douce et insouciente enfance… Ah ces hétéros, pas capable de voir qu’une histoire d’amour est avan tout une histoire d’amour et pas de sexe…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Balder 16 août 2012 - 19 H 00

    Ecoutez ou réécoutez « Le Roi Arthus », merveilleux opéra français d’Ernest Chausson (fin du 19e siècle), et vous comprendrez que le lyrisme d’Arthur se porte bien plus souvent sur Lancelot que sur Guenièvre… L’amour courtois n’a pas de genre, ni de sexe, ni d’époque.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Klav' 16 août 2012 - 19 H 28

    @Balder : Mais l’amour courtois c’est pas aussi vieux qu’Arthur… L’amour courtois c’est un concept né à l’époque des croisades, et le peu qu’on connaisse de sieur Pendragon remonte aux derniers celtes

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Sven L. 16 août 2012 - 19 H 39

    Quelles bande de pleurnichards…
    Qu’ils aillent donc lire l’invention de la « culture hétérosexuelle » de Louis-Georges Tin.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Balder 16 août 2012 - 19 H 56

    C’est juste, Klav’, sauf que l’amour courtois prend racine dans Ovide, bien plus vieux qu’Arthur ! Le mythe arthurien est né vraiment au 12e siècle et n’a pas fini de se construire… Si les lecteurs de Luddington s’offusquent, ils devraient revenir aux milliers de vers et de textes en prose écrits au Moyen Âge sur le roi Arthur et compagnie, où pullulent incestes, guerres, meurtres, viols et horreurs en tout genre. Ils n’ont visiblement rien lu du mythe et s’en tiennent visiblement aux adaptations contemporaines très édulcorées.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Lled 17 août 2012 - 10 H 03

    Etant donné que les cycles arthuriens ont été écrit dans l’entourage d’Alienor d’Aquitaine, ce sont bel et bien les inspirations des relations d’amour courtois « réelles » (si tant est qu’elles furent jamais autre chose qu’un modèle de relation littéraire, un peu comme les contes de fées ou le prince charmant enlève sa princesse sur son cheval blanc).

    Signaler ce commentaire

     
  • Par rb76 17 août 2012 - 13 H 33
    Avatar de

    Je suis gay et capable de lire une histoire romantique hétéro sans être choqué !!! Suis-je normal ?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Silvius 19 août 2012 - 16 H 28
    Avatar de Silvius

    Ben moi j’approuve à 200% l’idée de l’auteure, ça me paraît complètement normal, et ça me donne envie d’acheter le bouquin. J’espère qu’il est bon en dehors de ça.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Fitz 20 août 2012 - 21 H 16
    Avatar de

    «Je suis juste une vieille romantique qui croit que l’amour fait tourner le monde.» Ca c’est bien envoyé!

    Signaler ce commentaire

     
  • Par laurentv 20 août 2012 - 22 H 04
    Avatar de laurentv

    Marion Zimmer Bradley jouait déjà sur cette ambiguité dans les années 80 avec the Mists of Avalon dont le premier tome si je me souviens bien s’achevait par un plan à trois entre Guinevere, Arthur et Lancelot.

    quant au côté malain des histoires originales, les spécialistes s’accordent sur le fait que Mordred est le fils incestueux d’Arthur et de l’une de ses soeurs (Morgane ou Morgause) donc, bon…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par mimicho 29 août 2012 - 18 H 42

    Mais d’après ce que je vois dans le texte de loi du mariage l’homosexualité est encore perçue comme sexuelle et les mentalités ont du mal à croire qu’il puisse y avoir de l’amour entre 2 personnes de même sexe!

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.