Le 24 juillet, au lendemain d’une attaque causant la mort d’un surfeur de 22 ans à la Réunion, le Journal de l’Ile de la Réunion a publié un article dans lequel le journaliste, Romain Latournerie, a recueilli les témoignages de ses amis présents sur les lieux du drame: «Trois autres jeunes surfeurs étaient à quelques mètres de lui au moment de l’attaque. Ce sont eux qui en décrivent les circonstances exactes. « On surfait sur la Gauche des pédés*. Alexandre a pris une vague, jusqu’au bout, il est sorti, entre la gauche et le peak (…) raconte Jérémy». L’astérisque renvoie à la fin de l’article où les lecteurs/trices peuvent lire: «* spot de surf des Trois Bassins bien connu des habitués».

Si les circonstances de cet accident sont douloureuses et bouleversent la vie de l’île, les associations LGBT locales ont décidé de réagir. Dans un communiqué publié sur le site Zinfos974, plusieurs responsables associatifs ont montré leur volonté de ne pas laisser passer cette marque d’homophobie ordinaire, malgré les excuses du journaliste: «Ces expressions utilisées par « habitudes » sont des insultes qui portent atteinte à la dignité et restent quoiqu’il en soit agressives et violentes pour des personnes fragilisées. Reproduire de tels propos peut être considéré comme de l’homophobie passive, voire implicite.»

Christophe Blaut, délégué régional de SOS homophobie, Nicolas Noguier et Stéphane Ducamp, respectivement président du Refuge et représentant à la Réunion de l’association, appellent à plus de vigilance de la part des médias. 
Selon eux, le journaliste aurait dû modérer les propos du témoin de l’attaque, plutôt que de les retranscrire et d’y apporter une précision en bas de page.

Si un correctif est paru dans l’édition papier du journal quelques jours plus tard, la version web est toujours visible telle quelle.

Photo Guate360.com