Il y a le sida, la maladie d’Alzheimer, le cancer mais la très sérieuse université Cornell (États-Unis) cherche par tous les moyens à mesurer l’orientation sexuelle.

LA DILATATION DES PUPILLES
Une équipe vient de publier dans la très sérieuse revue scientifique Plos une étude qui laisse un peu perplexe: les chercheurs ont mesuré la dilatation des pupilles de 325 hommes et femmes pour savoir si celle-ci correspondait à leur orientation sexuelle déclarée. Et ô surprise, ça marche! Avec un appareil à infrarouges qu’ils ont mis au point, ces chercheurs ont pu démontrer qu’il y avait une correspondance parfaite entre la déclaration de l’orientation sexuelle des participants et leur réaction à des images érotiques. En tout cas pour les hommes: les pupilles des hommes hétéros se dilataient à la vue d’images de femmes, celles des gays à la vue d’images d’hommes et celles des bis… aux deux!

Pour les femmes, les images érotiques des deux sexes faisaient autant d’effets, ce qui permet aux chercheurs de conclure que la sexualité féminine est… différente. Merci! Selon Gerulf Rieger, l’explication est simple: «Les femmes répondent à tout ce qui est sexuel. Cela ne veut pas dire qu’elles sont bisexuelles. Leur corps n’est pas connecté à leur esprit, ce qui est très différent des hommes». Cependant, les femmes homosexuelles semblent plus réactives aux images érotiques féminines.

À QUOI BON?
Autre conclusion de cette étude: «Nous pouvons enfin dire que le désir sexuel fluide n’est pas simplement réservé aux femmes. Certains hommes l’ont aussi, et cela se reflète dans leurs pupilles», a déclaré le co-chercheur Ritch C. Savin-Williams, qui est l’un professeur de développement humain à l’Université Cornell.

Dans les années 50, aux États-Unis, on faisait subir des tests aux homos pour essayer de les rééduquer. Au moyen d’électrodes, on les punissait lorsqu’ils avaient une érection à la vue d’images érotiques d’hommes. Heureusement, on n’en est plus là. Mais on peut quand même se demander à quoi peuvent bien servir aujourd’hui ce genre d’études de mesure biologique de l’orientation sexuelle.