Invitée de RTL ce lundi 6 août, Nadine Morano affirme qu’elle ne participera pas à la prière pour la France du 15 août dans laquelle l’Église catholique attaque clairement l’égalité des droits entre homos et hétéros (lire: Prière pour la France: mariage pour tous et homoparentalité dans la ligne de mire de l’Église catholique).

«VISION PLUS MODERNE ET RÉALISTE»
«L’Église est dans son rôle lorsqu’elle défend des valeurs, et notamment celles du mariage, a déclaré l’ancienne ministre et députée UMP […], mais je suis, en tant que responsable politique, très attachée aux droits de tous les enfants et je m’étais positionnée, lorsque j’étais membre de la commission des droits de la famille en tant que parlementaire, à défendre le droit de tous les enfants, et notamment ceux aussi qui sont élevés par des couples de même sexe». «Je fais partie de ceux qui, dans ma famille politique, ont une vision beaucoup plus moderne et réaliste de la société, a-t-elle ajoutée. […] Je suis évidemment attachée à la famille traditionnelle mais aussi, je dois faire face à la réalité de la société. […] J’ajoute que lorsque j’entends que l’amour d’un père et d’une mère, évidemment c’est ce qu’on souhaite tous, c’est simplement oublier que 85% des violences faites à l’enfant le sont dans des familles traditionnelles».

Par ailleurs, suite à cette interview, Nadine Morano a précisé à l’AFP qu’elle ne s’était jamais prononcée en faveur du mariage pour tous, mais pour une amélioration des droits ouverts par le pacs… alors que Roselyne Bachelot avait taclé cette dernière en juin en ces termes: «Quand on milite pour le mariage homosexuel, on ne dit pas qu’on partage les mêmes valeurs avec le Front National».

Écouter l’interview (à partir de 2:52s).