Après le meurtre d’Ihsane Jarfi en mai (lire notre article Premier meurtre homophobe en Belgique?), la ville de Liège a connu un 2e meurtre homophobe le 24 juillet dernier.

ASSASSINÉ À COUPS DE MARTEAU
L’auteur présumé du crime, Raphaël Wargnies, 35 ans, est actuellement en détention. Il a avoué s’être rendu muni d’un marteau de couvreur au bord de l’étang du parc d’Avroy à Liège, un lieu de drague entre hommes. Là, Wargnies a tué Jacques Kotnik, un sexagénaire, à coups de marteau. Wargnies affirme avoir été victime de viol dans ce parc un an auparavant, et avoir agi par «vengeance». Il affirme également que la victime lui aurait fait des avances. La juge d’instruction a placé l’auteur présumé sous mandat d’arrêt pour assassinat commis en raison de l’orientation sexuelle de la victime. Wargnies était connu des services de police: il avait défoncé à coups de hache la porte de la conciergerie d’un palais de justice en 2011.

UNE CONDAMNATION DE L’ÉVÊQUE
La ministre de l’Intérieur, Joëlle Milquet, a condamné un «crime abject». Le Centre pour l’égalité des chances a fait part de son émotion et appelé à lui signaler ainsi qu’à la police «tout fait ou acte à caractère homophobe dont on est victime ou témoin». Plus surprenant, l’évêque de Liège Aloys Jousten a publié un communiqué sur son site:

«Ces dernières semaines, l’agglomération liégeoise a été le théâtre d’actes violents mortels. L’homophobie s’avère en être une des motivations. Si, en soi, l’homophobie est déjà répréhensible, il est encore plus inadmissible qu’elle puisse conduire à de tels actes.»

«Une réflexion de la part des responsables de la vie publique et éducative sur l’origine de la violence sous toutes ses formes s’impose, poursuit l’évêque. Elle est d’autant plus nécessaire que souvent les faibles et les fragiles en sont ou risquent d’en être les premières victimes.» Une réaction saluée par Élisabeth Saint-Guily de l’association française David & Jonathan.

UNE MINUTE DE SILENCE
L’association LGBT de Liège, Alliàge, organise ce samedi 4 août un rassemblement citoyen, à 11 heures sur l’esplanade du parc d’Avroy, au pied du Monument national de la Résistance. Jean-François Pondant, le président d’Alliàge, explique à Yagg qu’«une minute de silence sera respectée» à la mémoire de Jacques Kotnik et de toutes les victimes d’agressions. «Il s’agira d’un moment de recueillement et de réflexion».

«UN CONSTAT PARADOXAL»
«Nous faisons un constat paradoxal: ces meurtres homophobes ont été commis à Liège qui est une ville gay-friendly. Le bourgmestre nous apporte un soutien très fort: une maison en plein centre-ville est prêtée par la ville aux associations LGBT. La police a une cellule spéciale contre les crimes homophobes. Les 2 policiers viennent faire le tour des bars gay…».

«Au quotidien, il faut réagir à toutes les blagues homophobes, pour mettre fin à tout climat d’homophobie ambiante. Rien n’est jamais acquis. Et en période de crise économique, le repli vers des valeurs traditionalistes est fréquent». Concernant le meurtre du 24 juillet, Jean-François Ponant ne souhaite pas faire d’autre commentaire: «L’instruction est en cours, nous avons un devoir de réserve.»

Photo (Parc d’Avroy, Liège) Jean Housen