Trente-six hommes ont été arrêtés samedi 28 juillet dans un cinéma de la banlieue proche de Beyrouth, au Liban, à la suite d’une dénonciation de la chaîne Mtv Lebanon à la police, signalant la salle comme un lieu de drague entre hommes. L’établissement, le cinéma Plaza, a été fermé et placé sous scellés.

«VÉRITABLES VIOLS»
«Les 36 hommes ont été arrêtés au nom de l’article 534 du Code pénal libanais, qui punit les relations sexuelles « anormales », explique à Yagg Charbel Maydaa, le directeur exécutif de l’association LGBT Helem Liban. Ils ont tous été soumis à des « examens anaux » qui prétendent vérifier si ces hommes ont eu des relations sexuelles passives. Ces « examens » sont de véritables viols. Les hommes qui ont pu payer ou qui avaient des connaissances bien placées ont été libérés. Deux hommes, pauvres, sont toujours en détention. Ils devraient être transférés au bureau du procureur général. Notre avocat tente actuellement de connaître leur identité pour pouvoir les aider.»

STIGMATISATION DE TOUTES LES MINORITÉS
L’émission de télévision à l’origine de la descente de police, intitulée Enta Horr («Tu es libre») et présentée par Joe Maalouf, stigmatisait déjà les relations sexuelles entre hommes lors d’un reportage voyeuriste en caméra cachée dans un cinéma de la ville de Tripoli en mai dernier. La chaîne Mtv, qui n’a pas de lien avec la célèbre chaîne musicale du même nom, est également décriée par les militant-e-s de Helem pour sa stigmatisation des autres minorités: «Mtv attaque tous les groupes marginalisés, les homosexuel-le-s, mais aussi les Palestinien-ne-s, les Noir-e-s et les travailleuses domestiques immigrées. C’est une chaîne très conservatrice, dénonce Charbel Maydaa. Elle a gravement nuit aux hommes arrêtés, non seulement pour ce qu’ils ont vécu au poste de police, mais également par rapport aux conséquences que l’arrestation aura dans leur famille».

DES INÉGALITÉS ÉCONOMIQUES ET SOCIALES
La question économique est capitale dans ces arrestations, selon le directeur de Helem: «Les hommes d’un haut niveau économique peuvent louer une maison [pour avoir de l’intimité pour leurs relations sexuelles], tandis que les pauvres vont sur des lieux où ils ne sont pas en sécurité.»

Georges Azzi, membre fondateur de Helem Liban également contacté par Yagg, rappelle: «Une grande conférence a été organisée en mai dernier, avec des avocat-e-s et des médecins, pour dénoncer ces examens. Il y avait eu un article dans Le Monde.» Le militant est en colère contre la chaîne de télévision Mtv et le présentateur Joe Maalouf: «Ces gens se posent en défenseurs de la moralité mais ils mettent la vie des gens en très grave danger!».

Les militant-e-s LGBT ont l’intention de faire du bruit dans les médias. Georges Azzi a témoigné dans le quotidien francophone L’Orient Le Jour, et Charbel Maydaa a été interrogé sur le dossier par la chaîne LBC (voir reportage ci-dessous). Leur mobilisation continue pour la libération des «détenus du Plaza», pour un traitement médiatique respectueux et pour l’abrogation de l’article 534 du Code pénal.


Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo, cliquez sur LBCi- NEWS – مقدمة النشرة المسائية 31 – 07 – 2012