VIH | 20.07.2012 - 18 h 13 | 0 COMMENTAIRES
  • conférence sur le sida
  • François Hollande
  • marisol touraine
  • washington 2012

Washington 2012: Une conférence sur le sida dominée par l’espoir de mettre fin à l’épidémie

Publié par
Les conférences se suivent mais ne se ressemblent pas forcément. Washington, après Vienne en 2010 et Mexico en 2008, marquera-t-elle un tournant dans l'histoire de l'épidémie?

Les conférences se suivent mais ne se ressemblent pas forcément. Washington, après Vienne en 2010 et Mexico en 2008, marquera-t-elle un tournant dans l'histoire de l'épidémie? Les chercheurs en sont persuadés, Françoise Barré-Sinoussi, codécouvreuse du virus en tête, qui lance Towards an HIV Cure (Vers une guérison du VIH), une stratégie pour en finir avec le sida (lire notre article La guérison du VIH, une nouvelle frontière de la recherche mondiale contre le sida).

Le slogan de la conférence de Washington fait écho à cette stratégie: «Turning the tide together» (Inverser ensemble la tendance). Un volontarisme affiché qui s'explique aussi par les progrès spectaculaires observés dans l'accès aux traitements. Selon Onusida, 80 pays ont augmenté de 50% les fonds qu'ils consacrent au sida sur la période 2006-2011. Pour les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), l'augmentation est de 120%. Résultat: en 2011, 8 millions de personnes avaient accès aux traitements. C'est 1,4 million de plus qu'en 2010. Mais cela ne représente encore que 54% des personnes qui auraient besoin d'un traitement.

Washington marque aussi une étape car c'est la première fois depuis 1990 qu'une conférence ne s'était pas tenue sur le sol américain. La raison? Jusqu'en janvier 2010, les États-Unis imposaient des restrictions très sévères aux voyageurs séropositifs et l'International Aids Society avait donc décidé de ne plus organiser sa conférence aux États-Unis.

LES NOUVEAUX ENJEUX DE LA PRÉVENTION
Outre l'éradication, et parmi les sujets qui seront le plus discutés, figurent les nouveaux enjeux de la prévention, notamment tout ce qui concerne le traitement comme outil de prévention. Depuis la conférence de Vienne en 2010, plusieurs études sont venues montrer que le traitement efficace des personnes séropositives constituait une arme contre la transmission du VIH (lire Sida: Les antirétroviraux pris précocement réduisent le risque de transmission de 96%). La PrEP (traitement pré-exposition) sera aussi au centre des discussions, avec en ligne de mire l'essai Ipergay en France.

Dans les pays du Sud, comme du Nord, les homosexuels et les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes (HSH) sont les plus touchés par le VIH. Le Dr Paul Semugoma, du Global Forum on MSM and HIV en Ouganda, traitera en plénière de la lutte contre le sida chez les gays, rendue très difficile dans des pays qui pénalisent les relations sexuelles entre adultes du même sexe.

UN MESSAGE VIDÉO DE FRANÇOIS HOLLANDE
La conférence est aussi une tribune pour la prise de parole des politiques et des personnalités. Cette année, pas moins de deux ministres françaises feront le déplacement, Marisol Touraine, ministre de la Santé et Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et un message vidéo de François Hollande sera diffusé. Espérons que le nouveau président y annoncera que la France, deuxième pays contributeur du Fonds mondial contre le sida, maintient sa participation.

Côté people, on annonce des interventions de l'actrice Whoopi Goldberg et du chanteur Elton John. Mais une voix manquera, celle d'Elizabeth Taylor, morte en 2011, ardente activiste, qui plus sans doute que toute autre personnalité, a contribué à mobiliser le monde contre cette épidémie.

Print This Post
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.