Culture & Loisirs
Ciné | 10.07.2012 - 23 h 14 | 15 COMMENTAIRES
«Les Kaïra»: homosensibles?
Publié par
La grosse comédie populaire qui sort ce mercredi sur les écrans serait-elle plus fine et sensible qu'il n'y paraît?

D’abord, il y a l’une des affiches du film Les Kaïra (dans les salles ce mercredi 11 juillet) qui nous a fortement interpellé: trois lascars de dos, la raie des fesses (aka le sourire du plombier) apparente. L’accroche aussi: «Kaïra, nom féminin: personne sensible et urbaine se déplaçant généralement en groupe» (voir détail ci-dessous).

Un joli second degré, qui lorgnerait presque vers le public des vidéos X de Citébeur, et qui nous a donné envie d’en savoir plus. La grosse comédie populaire qui buzze depuis des mois et sur laquelle Gaumont mise énormément (Le Intouchables de 2012?) serait-elle plus fine et sensible qu’il n’y paraît?

MISÈRE SEXUELLE
La réponse est oui. On passera sur l’intrigue du film aussi fine qu’une feuille à rouler: trois potes, Abdelkrim, Mousten et Momo (les mêmes personnages que dans Kaïra Shopping, programme court remarqué sur Canal+) galèrent dans leur cité de Melun et croient pouvoir sortir de leur misère – en grande partie sexuelle – en se lançant dans une carrière d’acteur porno.

Même si les gags s’enchaînent bien, avec un humour empruntant parfois au pipi-caca absurde d’un Judd Apatow, voire au cinéma fantastique (cf. une étrange femme fontaine qui vit dans les bois, si si), l’intérêt des Kaïra n’est pas vraiment là. Voilà un film qui à maintes reprises tente d’envoyer d’autres signaux que ceux qu’on voudrait bien nous vendre, en gros, la version comique de La Haine (même si le film séminal de Mathieu Kassovitz est une référence pleinement – et joliment – assumée).

SENSIBILITÉ
Les Kaïra, c’est au final l’histoire de mecs qui ont du mal avec cette culture de la sur-virilité dans laquelle ils baignent et qui vont apprendre auprès des filles à laisser parler leur sensibilité. Entre deux vannes graveleuses, le film en dit pas mal sur les rapports filles/garçons, sur la misère sexuelle des seconds face au désir d’émancipation des premières.

COMING-OUT
Moment très intéressant: l’un des héros (on ne dira pas lequel pour ne pas trop spoiler) fait son coming-out auprès d’un de ses potes. Franck Gastambide, acteur, réalisateur et scénariste du film, n’était pas obligé d’aborder l’homosexualité dans sa comédie calibrée grand public, et pourtant si, il y va. Un regret cependant, il s’arrête au milieu du gué et flanque une fille dans les pattes du lascar aussitôt ce dernier sorti du placard. Le scénario se brouille, on n’y comprend plus rien. Comme si l’hétérocentrisme devait coûte que coûte reprendre ses droits. Dommage.

RAPPEUR HOMOPHOBE
Autre point remarquable: le personnage de Warner, le méchant rappeur au QI proche du néant qui sème la terreur dans la cité (interprété avec délectation par un Ramzy Bedia en grande forme) et qui fait notamment son beurre sur une homophobie revendiquée. Le fait que l’auteur des Kaïra ait volontairement mis dans la bouche de ce personnage négatif toutes les insultes homophobes du film est plutôt réjouissant. De même que la critique à peine voilée d’un certain rap qui pense que taper sur les minorités (quand on en fait partie soi-même d’une) est un gage d’authenticité. On espère qu’entre deux fous rires, cela fera en réfléchir plus d’un.

Et une dernière chose: Franck Gastambide (à gauche sur la 1ère photo) est à tomber de sexyness. Nouvelle icône. On est prêt à parier toutes nos baskets. Mais qu’on n’aille pas en déduire que c’est pour cela qu’on dit du bien du film. Non, non, pas du tout… Franck, ton 06, stp.

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Les Kaïra – bande-annonce.

Print This Post
Avatar de Yannick Barbe
Publié par
Directeur de la rédaction de TÊTU
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (15)
  • Par Thierry Schaffauser 10 juil 2012 - 23 H 50

    c’est vrai qu’il est sexy.

     
  • Par joe 10 juil 2012 - 23 H 59

    très très très sexy

     
  • Par Red 11 juil 2012 - 0 H 01
    Avatar de Red

    Pas du tout convaincue…

     
  • Par Numa Numantius 11 juil 2012 - 0 H 02
    Avatar de Numa Numantius

    Très belle critique, qui donne envie d’aller voir le film, alors qu’au début j’étais extrêmement sceptique…
    S’il y a un homo dans la bande, dommage effectivement qu’on lui flanque une fille dans les pattes…
    Au passage, je signale que le film à venir qui a l’air rempli d’allusions franchement homophobes, c’est le nouvel Astérix :-/

     
  • Par Chris 11 juil 2012 - 4 H 56

    Oui il paraît que les critiques sont dithyrambiques, Yannick barbe le confirme, le film est bourré de scènes cultes qui me rappelleront sans doute de bons souvenirs… j’ai hâte.

     
  • Par luco 11 juil 2012 - 7 H 57

    Les critiques que j’ai lues sont moyennes mais pas nulles

     
  • Par nileju 11 juil 2012 - 11 H 56

    J’ai une réelle aversion pour la culture des citées, les rap le rnb tout ça j’ai essayé d’écouter et je peut pas, je supporte pas, leur pubs pour Pepsi étaient complétement bidon et je suis certain que je n’aimerais pas le film.
    Et donc il y en a un qui est censé être sexy ? lequel j’ai pas compris ?

     
  • Par Prose 11 juil 2012 - 11 H 58
    Avatar de Prose

    Les extraits que j’avais vu il y a quelques temps ne me donnaient absolument pas envie. Puis j’ai vu la bande annonce, que j’ai trouvé moins pire que ce à quoi je m’attendais. Alors après cet article, je ne sais plus trop quoi en penser…

     
  • Par Plume 11 juil 2012 - 12 H 30

    Comme si la virilité était en contradiction avec « se laisser aller auprès des filles » ! On est précisément les poubelles des frustrations de mecs, baveuses ou violentes. Et c’est ça le sexisme au quotidien.

     
  • Par Maud 11 juil 2012 - 13 H 30

    La banlieue de Melun donne des gages aux socialisations hétéro et gay? Cool. Les mecs « montrent leur sensibilité »… humm, j’ignorais qu’ils en étaient dépourvus. Le rap est antiminoritaire en l’étant ?! Quelles découvertes. Reste la scène pub (Ô très furtive) des gus qui dansent, une ocelot noire au bout d’une chaine en acier quand l’animal.e est inscrit.e dans la liste noire… (allez encore un effort).

     
  • Par Merlin47 18 juil 2012 - 19 H 16

    Euh… On à vu le même film ? car à aucune moment le personnage en question ne fait un coming-out par rapport à son homosexualité ! il est et à toujours été attiré par les filles, peu être devriez vous allez le revoir une deuxième fois, pour comprendre la subtilité de cette scène.

     
  • Par Yannick Barbe 19 juil 2012 - 12 H 31
    Avatar de Yannick Barbe

    @Merlin47
    Nous confirmons ce que nous disons. L’homosexualité est abordée, Franck Gastambide himself le confirme même ici dans cette interview (vers 23:35):
    http://www.allocine.fr/video/emissions/faceaufilm/episode/?cmedia=19357074
    Certes, la scène du coming-out en question est ambigue, à plusieurs lectures. Vous avez la vôtre, nous avons la nôtre. Franck Gastambide, qui a lu l’article de Yagg, n’a pas démenti…

     
  • Par Virginie 19 déc 2012 - 15 H 26

    Moi je trouve que c’est un mec hyper sex… Aussi connu sous le pseudo de Franck Lewis ! pour ceux qui veulent voir de belles images de lui !

     
  • Par fred 22 jan 2013 - 2 H 20

    Le mecanisme de la scene repose sur un effet de coming out… mais il revele seulement l attirance du gars pour le rn’b et pas pour les mecs.

     
  • Par fred 22 jan 2013 - 2 H 21

    Et si Franck n a pas dementi, il n a pas confirme non plus.

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.