Gay Pride | 29.06.2012 - 19 h 43 | 0 COMMENTAIRES
  • Christophe Lopez
  • Gilles Dumoulin
  • lesbian and gay parade marseille
  • LGP Marseille
  • marche pour l'égalité
  • Tous&Go

Gay Pride de Marseille: Deux marches, un parcours, une date

Publié par
Il y aura deux marches sur le même parcours, avec une heure de décalage. En théorie.

Deux marches auront lieu cette année à Marseille pour défendre les droits des lesbiennes, des gays, des bis et des trans’. Les 2 cortèges emprunteront le même parcours le même jour, à savoir le samedi 7 juillet. La Lesbian & Gay Pride, organisée par la Lesbian & Gay Parade Marseille, partira à 15h30 du Parc du 26e centenaire. La Marche pour l’égalité organisée par Tous&Go, elle, est censée partir une heure plus tard du même endroit.

Il s’agit là du dernier épisode en date du feuilleton opposant 2 associations organisatrices. Une opposition qui avait amené, en 2010, à l’organisation de 2 marches des fiertés distinctes.

PAS DE CANEBIÈRE
Cette année, la Lesbian & Gay Parade, membre de la Coordination Interpride France (CIF), avait déposé un dossier auprès des autorités dès mars. Le trajet initial devait passer par la Canebière, artère commerçante du centre-ville de Marseille.

De son côté, Tous&Go déposait un dossier pour un défilé le même jour à la même heure, avec le parcours suivant: 26e Centenaire, Castellane, Prado I, Prado II, plages du Prado.

La mairie et la préfecture n’envisageaient pas d’organiser 2 marches en même temps, voulant éviter de paralyser la ville, déjà en travaux.

Un parcours unique a donc été proposé aux 2 organisations, et après quelques négociations, un trajet a donc été accepté par toutes les parties. Sauf qu’il ne passera pas par la Canebière.

Un communiqué de la municipalité précise: «Présence des deux villages associatifs au Parc du 26e Centenaire avec départ de ce lieu, l’association LGP part en premier, l’association Tous&Go en deuxième avec une heure de décalage et/ou à l’initiative des forces de Police, descente Turcat-Méry, Prado I, Prado II, arrêt au droit du Parc Borély, dispersion des chars, apéritif de l’association LGP dans le Parc Borély, apéritif de l’association Tous&Go dans le Stade d’Été (plages du Prado, ndlr)».

«ON N'EST PAS SUPER RAVI-E-S»
Gilles Dumoulin, président de la Lesbian & Gay Parade, ne cache pas à sa déception à Yagg: «Nous avons accepté un parcours commun dans un esprit de rassemblement, mais on n'est pas super ravi-e-s du trajet.» Tous&Go avait annoncé 25000 participant-e-s et 40 chars, souligne Gilles Dumoulin. Des chiffres, jugés exagérés par la LGP, qui auraient conduits le préfet à proposer une marche unique du côté des Prados.

«Nous perdons énormément en terme de visibilité, nous ne passons plus dans le centre. Sur les Prados il n’y a personne!», lâche Gilles Dumoulin.

Il ajoute au sujet de ce changement de parcours annoncé le 27 juin: «Notre matériel de communication, annonçant le parcours initialement autorisé, est à jeter à la poubelle! Tout était déposé, validé… Cela laisse notre association dans une situation financière très grave. Et tout le travail effectué pendant deux mois est à refaire en quelques jours…».

La LGP a d’autant plus de mal à comprendre que la décision aille dans ce sens qu’elle dit avoir reçu le soutien du cabinet du Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

DES «MENACES» ET DES «DÉBUTS DE SOLDES»
Ces problèmes en apparence techniques qui révèleraient des divergences de fond: «On nous dit qu’une marche LGBT effraie les commerçant-e-s, regrette Gilles Dumoulin. Mais pour nous c’est important d’être visibles dans la ville. Il y a un mois, nous avions rencontré les commerçant-e-s de la ville. Ils/elles s'étaient exprimé-e-s contre la gay pride en centre ville et nous avaient menacé-e-s de demander une interdiction».

Dans un communiqué daté du 27 juin, Christophe Lopez, le président de Tous&Go, se réjouit au contraire que le trajet retenu soit celui de son organisation: «Le parcours de la LGP n'a pu être validé du fait des nombreux travaux du centre ville et de la gêne occasionnée
aux commerçants en ces débuts de soldes. Monsieur le Préfet de Police (et) le cabinet (du Maire) ont convenu que le parcours de la Marche pour l'égalité offrait les meilleures garanties de securité, de circulation et de moindre perturbation».

Du côté de la préfecture, on jure n’avoir déplacé la marche que «pour des raisons techniques» et n’avoir jamais eu vent des pressions supposées des commerçant-e-s. On souligne que les Prados ont l'avantage d'avoir «des contre-allées».

L’unité avec Tous&Go se fera-t-elle bon gré mal gré? Même pas sûr: «Nous avons reçu des petites menaces sur Facebook, il risque d’y avoir des problèmes de sécurité, certain-e-s risquent de forcer le passage», craint Gilles Dumoulin, le président de la LGP, qui a prévenu la préfecture.

Christophe Lopez, dans son communiqué, appelle au rassemblement et au «départ» des «deux marches» à 15h30.

Photo Capture d'écran

Print This Post
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.