UNAFLes familles homoparentales sont-elles des «familles»? Pour l’Union nationale des associations familiales (Unaf), à l’évidence, non. L’Unaf et, au niveau départemental, les Udaf, sont censées «représenter officiellement, auprès des pouvoirs publics, l’ensemble des familles», mais elles ne cessent de rejeter les demandes d’affiliation des associations homoparentales (lire Homoparentalité: Un premier dossier concret pour Dominique Bertinotti).

Cette opposition, les associations familiales l’ont bruyamment réaffirmée ce week-end, lors de l’assemblée générale de l’Unaf. Dominique Bertinotti avait fait le déplacement à Toulon, samedi, pour représenter le Président de la République François Hollande et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Le communiqué sur le site du ministère est sobre: «[La ministre] a salué le travail de l’Unaf, des mouvements et des associations qui la composent, de son président et de ses milliers de bénévoles. (…) Dominique Bertinotti a rappelé qu’elle entend être la Ministre de toutes les familles et a présenté trois axes de la politique familiale:

  • assurer l’égalité entre toutes les familles
  • garantir l’accomplissement des missions de service public pour l’enfance et la famille
  • accorder toujours une attention particulière aux familles les plus fragiles

Dominique Bertinotti a annoncé qu’elle avancera sur ces sujets selon la méthode définie par le Premier ministre dans l’écoute et la concertation».

Ce que le communiqué ne raconte pas, c’est l’accueil qui a été fait à la ministre déléguée à la Famille. Lorsque Dominique Bertinotti a évoqué «l’égalité entre familles», l’ouverture de «l’adoption et [du] mariage à tous les couples» et «les mêmes droits et les mêmes devoirs pour tous», la salle s’est déchaînée, rapporte Var-Matin. «Même Nadine Morano, qui était très “clivante”, ne s’était jamais fait huer comme ça», indique un «habitué» au quotidien local.

Quelques minutes avant le discours de Dominique Bertinotti, François Fondard, le président de l’Unaf, avait déclaré:

«Le mariage et l’adoption par des couples de même sexe? Qui peut prétendre que cette réforme ne pose pas des questions vis-à-vis des enfants? Une famille, c’est l’institutionnalisation de la différence des sexes.»

Dominique Bertinotti est néanmoins partie sous les applaudissements, souligne Var-Matin, après avoir promis que «pas un euro ne sera ôté à la politique familiale» et «l’universalité des allocations familiales sera préservée».

Pour l’Association des familles homoparentales (ADFH), dont l’affiliation à l’Unaf vient d’être une nouvelle fois refusée, la ministre de la Famille a «recadré» l’Unaf.

«Faut-il rappeler que l’Unaf considère le pacs ou l’union libre comme une confusion du législateur venant dénaturer le mariage? s’interroge l’association dans un communiqué.

«Faut-il rappeler que l’Unaf et les Udaf sont des institutions chargées de promouvoir, de défendre et de représenter les intérêts de toutes les familles auprès des pouvoirs publics? En l’état, les familles homoparentales ne sont pas représentées et l’Unaf est donc en contravention avec ses propres statuts et la mission que les pouvoirs publics lui réclame dorénavant. L’Unaf est surtout en décalage face à notre société qui comporte une diversité familiale qu’elle refuse de représenter. Faut-il alors la renommer «Unafh», Union nationale des associations de familles hétérosexuelles?».

Photo Logo Unaf