C’est lundi, le 25 juin, que la cour d’appel de Rennes examinera la demande d’état civil de Chloé Avrillon, sans obligation de dissolution du mariage qui la lie à Marie. En décembre 2011, bien que le ministère public ne se soit pas opposé à la requête du couple, celle-ci avait été rejetée par le tribunal de Brest. (lire Chloé Avrillon, condamnée à rester un homme aux yeux de la loi).

«Si la demande est acceptée, Marie et Chloé deviennent officiellement mariées entre personnes du même sexe. Or, le mariage pour tous les couples n’existe pas encore en France», souligne un communiqué interassociatif. «Le juge a anticipé les étapes suivantes, ce qui n’est pas son rôle, déclarait Emmanuel Ludot, l’avocat de Chloé, à Yagg, lors du jugement de première instance. Il a estimé qu’autoriser le changement d’état civil allait créer un coup de tonnerre dans le paysage juridique, il n’a pas voulu assumer.»

Dans leur communiqué, les associations annoncent leur intention de se rendre lundi, à 14h, au Parlement de Bretagne, qui abrite la cour d’appel, pour être aux côtés de Chloé, Marie et leurs enfants, et rappellent l’existence d’une pétition de soutien.

«Le Centre Gay Lesbien Bi et Trans de Rennes, Rainbow Brest, &BraiseZ et d’autres associations bretonnes œuvrant pour l’égalité et contre les discriminations appellent plus que jamais le nouveau gouvernement à ouvrir au plus vite le mariage pour tous les couples et à faire avancer sensiblement les droits des personnes trans’ en leur permettant notamment un changement d’état civil libre, simple et gratuit.»

Photo DR (Marie et Chloé photographiées par leur fils, photo publiée avec l’autorisation de la famille)