C’est la première fois que l’Inter-LGBT met en place ce type d’action: un tractage pour sensibiliser les habitant-e-s d’une circonscription à l’égalité des droits.

PHILIPPE GOUJON
Dans la douzième circonscription de Paris, (qui compte une partie du VIIe et du XVe arrondissement), Philippe Goujon (UMP) fait partie des signataires de l’entente parlementaire pour «le droit fondamental de l’enfant d’être accueilli et de pouvoir s’épanouir dans une famille composée d’un père et d’une mère». Il est le seul député de Paris à avoir signer ce manifeste initié par Christine Boutin, Christian Vanneste et Jean-Marc Nesme. Mercredi 30 mai, sur le marché de Grenelle, trois autres candidat-e-s étaient présent-e-s aux côtés des militants LGBT pour s’opposer aux positions de l’actuel députe-maire UMP: Marianne Journiac du Front de Gauche, Capucine Edou du PS et Stéphane Cossé du Modem.

«C’EST CONTRE-NATURE»
Pas toujours évident d’interpeller les passant-e-s sur un terrain loin d’être conquis (le XVe arrondissement a recueilli 54,5% des suffrages pour Nicolas Sarkozy le 6 mai dernier). On entend parfois fuser un «c’est contre-nature», certain-e-s font preuve d’une hostilité non dissimulée, redonnent vivement le tract avant de continuer leur chemin. De temps en temps, un timide dialogue prend forme: sans s’opposer à l’égalité des droits, les habitant-e-s semblent attaché-e-s à leur député. «Il a réparé l’éclairage de la Motte-Picquet comme on le lui avait demandé, explique une dame, d’un sourire presque désolé, aux militant-e-s, je ne vais pas voter contre lui. Je l’ai trouvé honnête». Malgré de profondes divergences, un véritable débat est parfois possible, en témoigne un long échange entre Nathalie Mestre, présidente de l’association Les Enfants d’Arc-en-Ciel et une militante de Philippe Goujon venue distribuer des tracts elle aussi sur le trottoir d’en face.

Ce n’est qu’après le tractage que le député-maire UMP fait son apparition sur le marché de Grenelle. Si le porte-parole de l’Inter-LGBT, Nicolas Gougain, tente de lui parler, Philippe Goujon comprend vite qu’il est question d’égalité des droits pour les couples de même sexe et coupe court à tout échange. Pour lui, pas question de «débattre en pleine rue» sur ce sujet-là .

D’autres actions de l’Inter-LGBT auront lieu avant le 10 juin, notamment dans la circonscription de Vincennes-Saint-Mandé le samedi 2 juin.