Franck Finance-Madureira, fondateur de la Queer Palm, nous fait vivre le 65e Festival de Cannes en direct.

Leos Carax n’aime pas beaucoup le monde dans lequel nous vivons et cette révolte prend forme dans une œuvre déroutante et passionnante. Un film dans lequel son double habituel, le comédien Denis Lavant, est une sorte de comédien à gages, monsieur Oscar, qui, au gré de ses missions endosse différentes identités et permet à la fois un hommage au cinéma, une sorte de bilan de Leos par Carax et une critique acerbe du monde.

Chaque scène est un bijou mis en valeur par une limousine-écrin qui sert de lien (et de chute gaguesque au film) et son chauffeur-assistante l’immense Édith Scob. Qu’il devienne mendiante roumaine, mangeur de fleurs, père de famille odieux ou technicien de motion capture, Denis Lavant porte ce film et ses rôles avec énergie et conviction au service total de la folie créative de son réalisateur. Les participations d’Eva Mendes et de Kylie Minogue sont deux jolis morceaux d’anthologie.

FILM D’EXCÈS
Holy Motors,
film d’excès, film d’auteur irracontable va faire parler et sera une source de débats artistiques et idéologiques sans fin, mais c’est avant tout le chef-d’œuvre d’un réalisateur qui parvient à s’affranchir de tous les codes cinématographiques mainstream habituels. Une œuvre sublime dont les images resteront à jamais gravées dans le cerveau de ceux qui les ont vues, qu’ils les adorent ou les détestent. Un film qui vous propose un entracte d’accordéon punk et une chanson live de Kylie Minogue dans une Samaritaine désaffectée ne peut pas être foncièrement raté.

Pour nous, c’est Palme d’Or ou rien!

Dans les salles le 4 juillet.

Franck Finance-Madureira

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Holy Motors: bande-annonce.