L’élection présidentielle française est à peine passée que la course aux législatives commence. 6591 candidatures ont été déposées, pour 577 sièges à l’Assemblée nationale. Les élections se tiendront les 10 et 17 juin.

Parmi les candidate-e-s, deux ont fait parler d’eux ces derniers mois, en faisant leur coming-out, tous deux à l’UMP.

Le premier, Franck Riester, est d’ailleurs à l’heure actuelle le seul député out. Il se présente à nouveau, pour l’UMP, dans la 5e circonscription de Seine-et-Marne. Député depuis 2007, Franck Riester s’est fait connaître de la communauté LGBT en juin 2011: il fut l’un des rares élu-e-s de droite à soutenir la proposition de loi de Patrick Bloche visant à ouvrir le mariage à tous les couples.

En décembre, il faisait son coming-out. Quelques jours plus tard, il a reçu le prix Tolerantia. Il fut aussi le rapporteur des lois Hadopi 1 et 2.

Son site officiel.

Le second, Chenva Tieu, est moins connu. Secrétaire national de l’UMP chargé des relations avec l’Asie, il se présente dans la 10e circonscription de Paris (qui comprend une partie des 13e et 14e arrondissements).

Son coming-out s’est fait discrètement mais efficacement, à l’occasion d’un portrait de dernière page de Libération, le 1er mars dernier. On y apprenait notamment qu’il est «pacsé avec un garçon» et «rejette les thèses de la très droitière Droite populaire».

Son site officiel.

Son clip de campagne:

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur ‪CLIP OFFICIEL: Chenva TIEU , candidat aux législatives 2012‬

De l’autre côté de l’échiquier, Ian Brossat, candidat du Front de Gauche dans la 17e circonscription de Paris (quartiers Chapelle, Goutte d’Or, Villette dans les 18e et 19e arrondissements). Le président du groupe Front de Gauche au Conseil de Paris est loin d’être un inconnu pour les internautes de Yagg.

C’est d’ailleurs lors d’un chat avec les yaggeurs et les yaggeuses qu’il a fait son coming-out. À la question: «Je voulais savoir si vous parlez de votre orientation sexuelle publiquement?», le jeune élu a répondu: «Puisque vous me posez la question, vous me donnez l’occasion d’en parler. Je vis avec un garçon depuis 10 ans, que j’ai rencontré à Lyon. Nous sommes pacsés et la vie est belle».

Son site officiel.

Dans la 7e circonscription des Hauts-de-Seine (Garches, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud), face notamment au député sortant, l’UMP Patrick Ollier, Camille Barré (Front de Gauche) retente sa chance.

Militante trans’, membre du collectif Fier-e-s et révolutionnaires du PCF (membre de l’Inter-LGBT), Camille insiste: «ce qui nous oppose, ce n’est pas strictement une problématique communautaire ou identitaire, c’est bien un positionnement de lutte des classes. Mon combat porte surtout sur l’augmentation des salaires, le pouvoir d’achat, le logement…». Et de préciser: «Les copains sont fiers que le PCF ait pris à bras le corps les revendications LGBT».

Pas de site officiel mais une page Facebook.

Ioanna Mayhead legislatives 2012Toujours au Front de Gauche et toujours dans les Hauts-de-Seine, Ioanna Mayhead, dont la circonscription, la 6e, inclut Puteaux et Neuilly-sur-Seine. «J’ai eu une déception terrible il y a 2 jours quand j’ai vu que Jean Sarkozy n’avait pas eu l’accord de son père pour se présenter», lance-t-elle, un large sourire dans la voix.

Trans’ et lesbienne, Ioanna est «une vieille dans le monde LGBT»: elle a tenu l’un des premiers blogs sur la transidentité (Welcome to Trans-Sylvania), a fait partie du petit groupe qui a lancé l’Existrans, avant de prendre un peu ses distances. Politiquement, «je me suis toujours située très très à gauche, explique-t-elle. J’ai trouvé, exceptionnellement, quelque chose dans lequel me reconnaître: une gauche active, une gauche qui regarde devant elle. Sans vivre les compromissions de la sociale-démocratie.»

Son clip de campagne:

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur ‪FDG0612.m4v‬

Son site officiel.

Gilles Rossary LengletAncien membre du bureau de l’association Face à Face, Gilles Rossary Lenglet est candidat MRC dans la 10e circonscription du Rhône (Saint-Genis-Laval, Saint-Laurent-deChamousset, Saint-Symphorien-sur-Coise, Vaugneray). Premier secrétaire du MRC Loire, il est aussi le seul politique – homme ou femme – du département de la Loire à avoir fait son coming-out.

Son site officiel.

Raphael Isla«Aujourd’hui, je pense qu’il me faut faire une annonce officielle via l’intermédiaire de ce billet de blog: oui, je suis homosexuel.» Cette petite phrase, c’est Raphaël Isla, candidat du Parti Pirate dans la 2e circonscription de la Haute-Garonne, qui l’écrit dans un post publié lundi 4 juin sur son blog. Pourquoi maintenant, pourquoi comme ça? «quand je vois le nombre d’anti-LGBT, le nombre de pro-LGBT et le nombre de LGBT déclarés parmi nos élus, je désespère un peu», souligne-t-il, citant l’article de Yagg. «Dans mon programme personnel se trouve le combat pour que les homos puissent se marier et adopter, poursuit-il. Oui, je fais aussi ça pour moi. Mais pas seulement. Je le fais parce que je crois en l’Égalité, comme les fondateurs de notre nation.»

Son site de campagne.

Arnaud DussudArnaud Dussud est l’un des 1308 candidat-e-s d’Ile-de-France aux élections législatives. Il représente Europe Ecologie Les Verts dans la 5e circonscription du Val de Marne (Nogent, le Perreux, Bry, Champigny). À 18 ans, il porte les valeurs des Verts, telles que la sortie du nucléaire, la lutte contre la précarité, mais affiche aussi ouvertement ses engagements sur les questions d’orientation sexuelle.

Étudiant en lettres modernes, militant à Act Up-Paris, Arnaud Dussud lie son engagement pour les LGBT à son intérêt pour les théories queer et le féminisme: «Il est évident qu’il faut une égalité formelle, ce que les écologistes ont toujours porté et qui passe par l’ouverture du mariage et de l’adoption» explique-t-il à Yagg. Mais défendre les droits des LGBT, lutter contre la société patriarcale et l’assignation traditionnelle des genres, cela se joue aussi dans l’éducation pour le jeune candidat. Pour lui, c’est dès le plus jeune âge que l’on doit lutter contre les stéréotypes liés à l’identité de genre et à l’orientation sexuelle. «Nous devons aussi légiférer sur l’égalité dans le monde du travail, en concertation avec les associations qui existent, pour lutter contre les inégalités, notamment salariales.» De quoi ajouter Arnaud Dussud à notre article sur les candidat-e-s out? «Je suis un candidat LGBT, répond l’intéressé, même si pour moi, c’est avant tout un combat universel.»

Pour Arnaud Dussud, jeune candidat ne rime pas avec candidat inexpérimenté: «Ça fait déjà quelques années que je milite», affirme-t-il, lui qui a rejoint les Jeunes Verts dès l’âge de 15 ans. Trop jeune, donc pas crédible? Arnaud Dussud sait comment répondre aux critiques: «Je pense que les 577 député-e-s qui siègent à l’Assemblée doivent ressembler à la société. De plus, c’est la première élection législative où les candidat-e-s peuvent se présenter dès 18 ans, et non 23 comme c’était le cas avant 2011. Pour moi, il est logique que tout-e citoyen-ne puisse être candidat-e.»

Son site de campagne.

Dans cette élection législative, Grégory Baudouin est, à ce jour, le seul candidat ouvertement bisexuel. Président de l’association Les Amis de France Bisexualité Info, il se présente dans la 1e circonscription de l’Ain pour Debout La République. Pour Grégory Baudouin, son engagement pour les LGBT et sa candidature ne sont nullement en contradiction: «Quand on m’interroge sur l’homoparentalité, sur l’ouverture du mariage, je réponds que j’y suis favorable. C’est une position personnelle, pas celle de mon parti». Néanmoins, cet ancien du Mouvement des citoyens (futur MRC) sent que les mentalités évoluent, même au sein du parti de Nicolas Dupont-Aignan: «Il n’est pas homophobe, il a des idées très précises sur la structure de la famille, par exemple», affirme le candidat.

Son site.

Maire de Carrières-sous-Poissy, Eddie Aït est le candidat du Parti Radical de Gauche dans la 6e circonscription des Yvelines (qui compte les villes de Carrières-sous-Poissy, Chambourcy, Saint-Germain en Laye et Achères). Tout comme Jean-Luc Romero, il est l’un des rares élus d’Île-de-France à avoir fait son coming-out. Il est par ailleurs vice-président des Élus locaux contre le sida (ELCS) et vice-président du Crips Ile-de-France. En décembre 2010, un hommage à Harvey Milk était célébré à Carrières-sous-Poissy, où la salle de réunion du Centre communal porte désormais le nom du militant américain.

Son site.

 

Par ailleurs, la plateforme interassociative Égalité LGBT 2012 n’a pas mis fin à ses travaux avec l’élection présidentielle. Elle a mis en ligne un questionnaire destiné aux candidat-e-s aux élections législatives, dans lequel elle leur demande de se positionner (pour, contre, ne se prononce pas) sur ses 39 revendications.

Dix candidat-e-s ouvertement LGBT, seulement? Aidez Yagg à compléter la liste:

Si vous connaissez, dans votre circonscription, des candidat-e-s LGBT out (ou si vous êtes vous-même candidat-e LGBT) ou homophobes, envoyez un message à contact@yagg.com, en précisant, pour les candidat-e-s LGBT, où et quand ils/elles ont évoqué leur homosexualité, bisexualité et/ou transidentité, et pour les candidat-e-s homophobes pourquoi vous les considérez comme tel-le-s.

Cet article sera mis à jour au fur et à mesure que les noms de nouveaux/elles candidat-e-s ouvertement LGBT seront portés à notre connaissance.

Photos DR

soutien yagg