France
Marches des Fiertés 2014
Société | 21.05.2012 - 18 h 25 | 0 COMMENTAIRES
Ukraine: La première gay pride de Kiev annulée, des militants agressés
Publié par
Kiev, la capitale ukrainienne, devait accueillir sa première gay pride hier, dimanche 20 mai, point central de 3 jours du festival KyivPride, organisé du 19 au 21 mai.

Kiev, la capitale ukrainienne, devait accueillir sa première gay pride hier, dimanche 20 mai, point central de 3 jours du festival KyivPride, organisé du 19 au 21 mai.

La vidéo de promo:

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur ‪KyivPride2012 promo video‬

Mais en raison de la présence de nombreux/ses contre-manifestant-e-s et d’un manque flagrant de mobilisation policière, les organisateurs/trices ont préféré annuler l’événement. Le lieu du rassemblement avait pourtant été tenu secret et toutes les autorisations accordées. «Les nationalistes ukrainiens et l’opinion publique sont parvenus à empêcher la tenue d’une soi-disant marche des fiertés homosexuelles», s’est réjoui l’Union panukrainienne Liberté (extrême droite).

Pendant le point presse au cours duquel les organisateurs/trices annonçaient que le rassemblement était annulé, des hommes masqués sont intervenus pour les attaquer (voir une vidéo de l’agression de Svyatoslav Sheremet, président du Forum Gay).

«LA HAINE NE POURRA JAMAIS METTRE UN FREIN AUX DROITS HUMAINS!»
Le député allemand Volker Beck (qui s’est déjà rendu plisieurs à Moscou pour les gay prides interdites) et l’eurodéputée néerlandaise Marije Cornelissen, qui étaient venu-e-s apporter leur soutien aux militant-e-s LGBT de Kiev, ont promis de revenir lors de la prochaine tentative de manifestation «la haine ne pourra jamais mettre un frein aux droits humains!». Sur Twitter, Volker Beck a annoncé qu’il saisirait Guido Westerwelle, le ministre des Affaires étrangères allemand.

«Si la police ukrainienne n’est pas en mesure d’assurer la sécurité des participants à une gay pride, on peut douter de sa capacité à agir lors de l’Euro 2012, a déclaré Marije Cornelissen, citée par De Telegraaf. À moins qu’il ne s’agisse d’un choix politique. Ce qui serait d’autant plus grave.»

«Il a été clair dès le début que la police de Kiev ne voulait pas ce rassemblement ait lieu, a déclaré Max Tucker, d’Amnesty International. Sa réticence à s’engager et à prévoir des mesures de sécurité appropriées pour protéger les participant-e-s a conduit les associations organisatrices à craindre pour leur sécurité.»

Le Parlement ukrainien doit examiner prochainement, peut-être dès demain, une proposition de loi qui limiterait la liberté de la presse et interdirait la publication d’informations sur l’homosexualité et la bisexualité. Le travail des associations ou la publication d’articles seraient passibles d’amendes et/ou de peines de prison pouvant atteindre 5 ans.

Photo Capture

soutien yagg

Print This Post
Avatar de Judith Silberfeld
Publié par
Cofondatrice et rédactrice en chef de Yagg.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.