Philip Cordery est candidat PS aux élections législatives pour les Français-es de Belgique, du Luxembourg et des Pays-Bas [les intertitres sont de la rédaction].

«ÉGALITÉ, LES LEÇONS DU BENELUX», PAR PHILIP CORDERY
Le changement, c’est maintenant. Il a commencé avec l’installation du gouvernement Ayrault, qui a réaffirmé les engagements de François Hollande lors la Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie: l’ouverture du mariage et de l’adoption pour tous les couples et la lutte contre les discriminations et les violences basées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre.

UN FOSSÉ IMPRESSIONNANT
Pour nous, Français du Benelux, l’égalité n’est pas une abstraction. Tous les jours, nous mesurons le retard français sur lois progressistes adoptées par la Belgique et les Pays-Bas. Pour les gays et les lesbiennes, le fossé est impressionnant: dans son index, Ilga-Europe, la branche européenne de l’Association internationale LGBT, attribue à la France la triste note de 6/30, contre 17/30 et 16/30 à ses voisins. Lesquels sont dans le peloton de tête européen, même s’il leur reste des progrès à faire.

De nombreux Françaises et Français LGB se sont installés en Belgique ou aux Pays-Bas, pour y fonder les couples et les familles dont la France nie l’existence… On a même vu fleurir les «bébés Thalys», tant de nombreuses Françaises sont venues profiter de la légalisation de la procréation médicalement assistée pour toutes en Belgique, hélas seulement réservée à une certaine catégorie puisque non remboursée.

La victoire de François Hollande, si elle est confirmée par l’élection d’une majorité de gauche à l’Assemblée le 17 juin, permettra d’enfin assurer l’égalité à tous les couples et toutes les familles. L’expérience de nos voisins précurseurs sera utile. Le travail d’un député élu par les Français et Françaises résidant au Benelux permettra de l’intégrer, ainsi que de pleinement prendre en compte les particularités juridiques de la situation des familles françaises et binationales formées ces dernières années.

Aujourd’hui candidat socialiste pour la circonscription du Benelux, je suis engagé aux côtés du mouvement LGBT. J’échange en permanence avec les élus socialistes belges et néerlandais qui ont construit les avancées vers l’égalité, comme Philippe Mahoux, le président du groupe PS au Sénat belge avec qui j’ai récemment débattu. Nous sommes convaincus que l’élection d’un député de gauche dans cette circonscription sera un atout pour tous les LGBT.

ALLER PLUS LOIN
Notre feuille de route est claire. Le Président et le Premier ministre l’ont répété, l’engagement 31 du programme présidentiel sera appliqué d’ici au printemps 2013, ouvrant le mariage républicain et l’adoption à tous les couples. Dans l’intervalle, mon rôle de député sera aussi de vérifier à l’Assemblée que ces nouvelles lois permettent la reconnaissance des situations familiales constituées ces dernières années entre la France, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas.
Nos engagements incluent donc aussi l’ouverture de la procréation médicalement assistée à tous les couples présentant un projet parental cohérent.
J’apporterai dans la nouvelle loi l’expérience belge et néerlandaise, tout en allant plus loin dans certains cas: je souhaite par exemple que la présomption de paternité soit transformée en présomption de parentalité et bénéficier aux secondes mères dans les couples de femmes.

Notre expérience au Benelux nous ouvre également d’autres perspectives. La publication, il y a quelques jours, du dernier rapport de SOS homophobie confirme que le nombre des victimes d’agressions homophobes et transphobes (ou du moins de victimes osant témoigner) continue à croître dans l’hexagone. Une politique cohérente doit être mise en place, de la prévention au soutien aux victimes.

Nous devrons par exemple nous inspirer des campagnes de prévention et des formations de policiers mises en place ces dernières années par le Centre belge pour l’égalité des chances, avec le soutien de la région de Bruxelles et la participation du mouvement associatif LGBT. Ou encore du soutien apporté par les autorités néerlandaises à l’association de policiers LGBT Roze in Blauw. Fonctionnant sur la base du volontariat, celle-ci se voit octroyer du temps pour participer aux formations, à l’établissement de relations avec le mouvement associatif et même à des missions de sensibilisation de policiers en Europe de l’Est!

«FAIRE DE LA FRANCE UN LEADER EUROPÉEN DE L’ÉGALITÉ»
Enfin, rien ne nous empêche de dépasser nos voisins là où leurs modèles restent perfectibles. L’engagement de François Hollande d’en finir avec la stérilisation obligatoire des personnes trans’ pour la rectification de leur état civil l’illustre. Il en va de même de l’intégration de l’identité de genre dans les lois sur les discriminations, à égalité avec l’orientation sexuelle ou l’origine ethnique.

Faire de la France un leader européen de l’égalité LGBT, c’est notre ambition, c’est notre programme. Pour les Français résidant hors de France et notamment au Benelux, cela passe par l’élection de députés de gauche les 3 (attention: une semaine avant les circonscriptions situées en France) et 17 juin prochains!

Philip Cordery, candidat PS aux élections législatives pour les Français de Belgique, du Luxembourg et des Pays-Bas

Photo DR