Opinions & Débats
Musique, Opinions & Débats | 18.05.2012 - 19 h 47 | 13 COMMENTAIRES
«Warda, la mort d’une diva», par Helene Hazera
Publié par
Pour tout le monde arabe la mort de Warda est un choc: cette algéro-libanaise née et élevée en France avait réussi à s’élever au plus haut rang des artistes du monde arabe.

Pour tout le monde arabe la mort de Warda est un choc: cette algéro-libanaise née et élevée en France avait réussi à s’élever au plus haut rang des artistes du monde arabe, et s’était fait applaudir du Maghreb au Moyen-Orient, sans oublier la péninsule arabique.

Warda Ftouki, qui sera connue sous le nom de Warda al-Jaziria (la rose algérienne), est née en France, d’un père algérien et d’une mère libanaise. Elle est élevée à l’école française, parfaitement francophone. Son père tient un cabaret «oriental»… C’est là qu’enfant elle fait ses premières gammes. Mais sa famille est impliquée dans la libération de l’Algérie. Elle enregistre ainsi des chants patriotiques algériens qui vont galvaniser le monde arabe. Jeune fille, elle est de tous les meetings au Proche-Orient, où elle chante la révolution algérienne devant des milliers de sympathisants, sans jamais toucher un cachet. Quand l’Algérie accède à l’indépendance elle a 22 ans, elle est connue dans tout le monde arabe, mais elle est pauvre.

Elle commence une carrière (où son modèle est l’immense Oum Kalthoum) puis convole. Son mari lui demande d’abandonner son métier de chanteuse. L’apprentie diva devient femme au foyer. C’est le président Boumediene qui la remet sur les estrades en 1972, en lui demandant de chanter pour les fêtes du 10e anniversaire de l’indépendance. Elle y chante, acclamée elle découvre qu’elle n’est pas oubliée, au contraire. Elle divorce et reprend sa carrière.

Grande rencontre: celle de Baligh Hamdi, un auteur-compositeur qui a écrit pour les plus grandes, à commencer par Oum Kalthoum. Avec ses chansons elle s’impose comme une des «relèves» possibles de «la quatrième pyramide» (surnom de Oum). Même si Warda parle et chante aussi bien l’arabe du Moyen-Orient que celui d’Algérie, ce n’était pas évident pour une chanteuse maghrébine de s’installer parmi les plus grandes du monde arabe, culturellement centré sur l’Égypte. Mais elle les séduit tous. Abdelwahab lui-même (surnommé «el ustaz» , «le maître des générations») lui déclare «j’adore ton flamenco», cette petite touche arabo-andalouse qu’elle glisse parfois dans ses improvisations.

Un concert de Warda – j’ai eu la chance de la voir à l’Olympia mais ne me demandez pas quand –, comme pour Barbara, tenait peut-être plus de la cérémonie que du récital. Je me souviens du public qui lui lançait des apostrophes amoureuses: «Tu es le miel de nos roses»… Si vous n’avez jamais écouté ses chansons, vous comprendrez très vite que le sentiment et la virtuosité vocale devaient toujours aller ensemble, et que la diction, la façon de détacher les mots, de les balancer dans l’espace  était primordiale. Le mot qui revient toujours c’est hob, habib, habibi, hobeck… toutes les variations sur le mot amour. Si vous avez un-e ami-e arabe, demande-lui de vous traduire une chanson, vous aurez une belle déclaration…

Warda, c’était aussi une parigotte, avec le chic et la gouaille. Le gouvernement français lui avait proposé un passeport, elle avait refusé: «pas tant que vous traiterez comme vous le faites les passeports verts» (les passeports algériens). Elle est passée plusieurs fois à la télévision française, se produisant par exemple avec Moustaki à la guitare dans Les Feuilles mortes, ce qui est courageux pour une chanteuse arabe, mais qui savait qu’elle remplissait le Zénith sans problème? Entendait-on sa voix sur les grands médias?

Jeudi dernier c’est une grande voix arabe qui s’est tue. Mais c’est aussi une idole des LGBT arabes (et de leurs mères)… Qui va s’étonner qu’une telle diva avait sa cour particulière autour d’elle et que dans ses rencontres avec les grands de ce monde, quand elle pouvait, elle plaidait leur cause?
 
Les Feuilles mortes:

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Warda : Les feuilles mortes
 
Jeunesse: sur les pas d’Oum Kalthoum:

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur وردة اسمعوني – لو الأيام بتتكلم – سيد القلم
 
Une belle archive:

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur وردة أغنية حكايتى مع الزمان – تسجيل حفلة
 
Au temps des comédies musicales libanaises (attention c’est kitch!):

 
Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Warda – Wahshtouni وردة – وحشتونى

La voix a perdu sa souplesse mais a gagné en expressivité…:
 

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Warda Al-Jazairia – Harramt Ahebak

Échafaudage capillaire originale, mouchoir à la Oum Kalthoum, et elle chante divinement:

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Akdeb Aliek-Part.01( HD )

Helene Hazera

Photo Capture

Print This Post
 
LES réactions (13)
  • Par Chris 18 mai 2012 - 20 H 48

    Je ne la connaissais pas… mais il est impossible de ne pas avoir envie de la découvrir et de l’aimer après la lecture de votre magnifique hommage. Merci

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Christophe Martet 18 mai 2012 - 21 H 42

    Merci Hélène.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Rumi 19 mai 2012 - 2 H 43
    Avatar de Rumi

    QUoooooooi elle est morte ??? Ma maman va rentrer dans une phase dépressive je le sens :-(

    Signaler ce commentaire

     
  • Par helene 19 mai 2012 - 9 H 44

    Rumi: un bon prétexte pour cajoler un peu plus ta maman!, récite lui un poème de roumi:
    “hier soir j’étais en tete à tête avec mon coeur/Je n’ai pu dormir ni me reposer jusqu’à l’aube/A la pointe du jour j’accourus vers toi/la mine défaite et les yeux lourds de sommeil”

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Hussein Bourgi 19 mai 2012 - 15 H 49

    Merci Hélène pour cet hommage bien inspiré et bien mérité.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par joe 19 mai 2012 - 20 H 32

    rip warda, rip donna, snif
    ^_^

    Signaler ce commentaire

     
  • Par souad 19 mai 2012 - 22 H 20

    repose en paix nous t aimerons toujours.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Rumi 20 mai 2012 - 0 H 53
    Avatar de Rumi

    Merci Hélène :-) comme le montre mon pseudonyme je suis une fanatique inconditionnelle de Rumi et de ses poèmes :-)

    ( Maman Ze T’aime )

    Bon je vais arrêter là mon interlude xD

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Milkyway 20 mai 2012 - 1 H 07
    Avatar de Milkyway

    Ce n’est pas ma tasse de thé mais Warda est incontestablement une grande chanteuse RIP, et merci Hélène !

    Signaler ce commentaire

     
  • Par oniisan 23 mai 2012 - 23 H 58
    Avatar de oniisan

    ou FtMpanVegan :
    Merci bien pour toutes ces vidéos, sublimes ! Quelle voix !! Et aussi pour l’excellent article, Hélène Hazera.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par helene 24 mai 2012 - 12 H 04

    http://www.youtube.com/watch?v=avrTfMpG1d4&feature=related jamais je n’aurai mutant ressent comme une injustice la tradition qui veut que les femmes ne soient pas présentes autour de la tombe: Warda était un porte voix de génie pour les femmes.
    merci aux yaggeurs, concernés par héritage ou non…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Adlène 24 mai 2012 - 15 H 09

    toutes mes condoléances a la grande perte du diva Warda djazairia a sa famille et a son spectateurs au monde entier.toujours dans nos coeur……..

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Mustapha Hamici 02 sept 2012 - 6 H 55

    La brusque mort de la Reine de la musique Arabe Warda El Djazairia a certainement choqué le monde Arabe et nous a laissé parallèlement a bord d’une profonde mélancolie et un silence assourdissant. C’est la plus belle rose Algérienne qui venait en effet de se faner à jamais, certes, Warda El Djazairia restera inséparable de notre conscience comme une rose de velours rouge qui ne se fane jamais !
    Avec sa plus belle voix du monde Arabe ainsi que ses chansons romantiques d’âme sensible, la Diva Warda El Djazairia promeut non seulement la métaphore et la gloire de la musique classique Arabe, mais aussi de l’extase amoureuse et de la romance sans parole que l’on n’oubliera jamais.

    Mustapha Hamici
    Floride, USA

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.