People
Marches des Fiertés 2014
Musique, People | 18.05.2012 - 00 h 37 | 4 COMMENTAIRES
Disparition de Donna Summer, icône disco
Publié par
Avec la mort de l'interprète des tubes «I Feel Love» ou «Love To Love You Baby», c'est un peu de notre culture club qui s'en va.

La chanteuse Donna Summer est morte hier, jeudi 17 mai, à l’âge de 63 ans, des suites d’un cancer.

L’histoire retiendra sans aucun doute son incroyable série de hits, en pleine explosion de la disco, à la fin des années 70. Love To Love You Baby (interminable orgasme low-tempo qui fit scandale), Last Dance, Hot Stuff, Bad Girls, sans oublier I Feel Love, probablement son chef-d’œuvre, sorte de Boléro de Ravel de la disco, hypnotique et avant-gardiste. Plus de 30 ans après, des DJ comme Laurent Garnier jouent encore ce titre dans leurs sets. La carrière de Donna Summer doit aussi beaucoup au génie du producteur Giorgio Moroder, avec ce son synthétique qui préfigurait la house et la techno, et à l’excellence d’un label comme Casablanca Records.

Ces tubes ont été la bande-son d’une période d’insouciance, de clubbing effréné et de liberté sexuelle, accompagnant la vie des gays avant l’arrivée du sida.

POLÉMIQUE
Le sida, justement. Au milieu des années 80, Donna Summer a été au centre d’une polémique pour des propos qu’elle aurait tenus, qualifiant l’épidémie naissante de punition divine pour les gays, à cause de leur mode de vie. Propos qu’elle a toujours farouchement niés.

On retiendra donc plutôt la voix et la musique. David Bowie raconte qu’un jour, à Berlin, Brian Eno est venu le voir avec I Feel Love sous le bras et lui a dit: «J’ai entendu le son du futur. C’est ça, ne cherche pas plus loin. Ce morceau va changer le son des clubs pour les quinze prochaines années». Brian Eno avait vu juste, mais était trop modeste. Encore aujourd’hui, dans les folles nuits berlinoises, le son de I Feel Love résonne d’une éclatante modernité.

Avec la disparition de Donna Summer, c’est un peu de notre culture club, souvent dénigrée, qui s’en va.

Voici le remix que Patrick Cowley, autre génie des synthétiseurs, collaborateur de Sylvester, avait réalisé de I Feel Love, en 1978. Un classique, totalement addictif et visionnaire:

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Donna Summer – I Feel Love (Patrick Cowley remix).

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Donna Summer – Last Dance.

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Donna Summer – Love To Love You Baby.

Print This Post
Avatar de Yannick Barbe
Publié par
Directeur de la rédaction de TÊTU
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (4)
  • Par nileju 18 mai 2012 - 11 H 00

    Oui c’est vrai « i feel love » était incroyablement moderne ce titre pourrait sortir aujourd’hui sans problèmes.

     
  • Par Chris 18 mai 2012 - 12 H 27

    Très bel hommage… ils vont transpirer là haut !

     
  • Par laurentv 18 mai 2012 - 15 H 10
    Avatar de laurentv

    :( « I feel love » est un morceau que j’ai redécouvert en commençant à sortir un club mais ce sont le sexy « Hot Stuff » et le très pouffe « No More Tears (enough is enough) » sur les playlists de mes parents qui ont marqué mon enfance avant que je comprenne vraiment pourquoi.

     
  • Par H.I.P 18 mai 2012 - 16 H 46

    Moi j’ai vraiment découvert Donna Summer en 1999 avec I will go with you, en même temps que Cher et ses sons dancepop.
    Avant, je les connaissais de nom, mais mettre des titres de chansons sur ces noms.
    Leurs titres étaient connus( hot stuff, love to love you, i feel love / i’ve got you, if i could turn back time, the shoop shoop song et d’autres) mais c’est seulement en 1999 que j’ai pu faire coller leurs noms à leurs tubes. Je l’ai d’ailleurs suivie jusqu’à « Crayons ».

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.