Parmi les nombreuses actions organisées de par le monde autour de la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie (Idaho), notons celles de Navi Pillay, Haut-Commissaire aux droits de l’Homme des Nations Unies, et des élu-e-s et responsables européen-ne-s, toutes deux en vidéo.

«Partout dans le monde, les lesbiennes, les gays, les bisexuel-le-s et les trans’ de tous âges sont victimes d’actes de harcèlement et de discrimination – au travail, à la maison, à l’école et dans de nombreuses autres situations de la vie courante, rappelle Navi Pillay dans la première, mise en ligne une dizaine de jours avant la Journée mondiale. Nombreux sont les pays dont la législation est empreinte de préjugés à leur égard. Dans quelque 76 États, avoir un partenaire du même sexe constitue une infraction pénale. On peut se retrouver arrêté-e, la cible d’agressions physiques, torturé-e, voire tué-e et emprisonné-e, simplement pour vivre une relation amoureuse.

«Lorsque je soulève ce genre de questions, certains s’offusquent de me voir préconiser l’adoption de “droits nouveaux” ou “de droits particuliers” pour les lesbiennes, les gays, les bisexuel-le-s et les trans’. Or, le droit à la vie et à la sécurité de la personne, ou le droit d’être à l’abri de la discrimination, n’ont rien de nouveau ni de particulier. Ces droits, comme d’autres, sont universels. Consacrés en droit international, ils sont pourtant déniés à plusieurs de nos semblables, en raison uniquement de leur orientation ou de leur identité sexuelles.

«Nous ne pouvons tolérer ces abus. Et nous savons ce qu’il nous reste à faire. Les États doivent abroger les lois et interdire les pratiques discriminatoires; ils doivent punir la violence et la haine… et non l’amour.

«Quant à nous tous, nous devons lutter contre les comportements homophobes. Le meilleur antidote en l’espèce est l’éducation – tant pour les enfants que pour les adultes. Communiquez. Parlez. Informez-vous. Et aidez à rendre notre monde plus sûr et meilleur pour tous.

«Nous vivons une époque historique: les États sont de plus en plus nombreux à prendre conscience de la nécessité d’agir et à faire entendre leur voix – y compris ici, à l’Onu. Avec votre aide et le soutien de millions de personnes qui croient en l’universalité des droits de l’homme, nous garantirons l’égalité des droits pour tous et chacun d’entre nous.»

La vidéo (cliquez sur le bouton [cc] pour les sous-titres):

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Pillay on homophobia: Punish violence and hatred, not love!

Autre vidéo, inspirée, celle-ci, du projet It Gets Better. Dans 17 langues, de l’italien au bulgare en passant par le suédois ou le polonais, des membres du Parlement européen ainsi que le président du Parlement Martin Schulz, le président du Conseil européen Herman van Rompuy, et des membres de la Commission européenne (Cecilia Malmström, Andris Piebalgs, Neelie Kroes, László Andor et Viviane Reding) s’adressent aux jeunes LGBT de toute l’Europe pour leur garantir qu’ils et elles travaillent à améliorer leur situation et à mettre fin à l’homophobie et à la transphobie: «L’homophobie n’a pas sa place en Europe».

La vidéo:

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur European leaders: It Gets Better


La vidéo officielle de l’Idaho:

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie (IDAHO) – Vidéo officielle (Mobilisation)