Pour Brigitte Goldberg, l’élection de François Hollande est davantage le résultat d’un vote de rejet de la politique de Nicolas Sarkozy: «Il y a un vote LGBT qui s’est justement positionné contre les valeurs extrêmement réactionnaires du candidat de l’UMP».

L’ancienne candidate d’Avenir 2012 (lire aussi le chat Présidentielle avec Brigitte Goldberg) rappelle que les problématiques des personnes trans’ ont été très peu traitées durant la campagne. La faute, selon elle, à un manque de représentativité et à un éparpillement des associations qui empêchent une cohésion et des revendications communes. Brigite Goldberg tente de rester optimiste: «tout progrès pour l’égalité des droits bénéficie aussi aux trans’. L’élection de François Hollande est en un, cela vaut pour l’économie comme pour les droits LGBT, mais il n’y aura pas de miracle. Il est clair que ce ne sont pas des sujets prioritaires, même le mariage».

Photo DR