Alain Soral – Débat sur la communautarisme gay -… par ERTVPatrick Buisson fascine le locataire l’Élysée. Depuis leur rencontre en 2004, il est devenu l’éminence grise de Nicolas Sarkozy: c’est lui qui aurait convaincu le président de faire une campagne «à droite toute».

LCI EN 2002
Patrick Buisson, à la tête de la chaine Histoire, ancien du journal d’extrême droite Minute, animait aussi au début du siècle une émission littéraire sur LCI. intitulée: Un livre, un débat. En 2002 (sans plus de précision sur la date), Patrick Buisson recevait ce qu’il appelle des «experts» de l’homosexualité. Quel casting! Renaud Camus, diariste très réac – il soutient d’ailleurs aujourd’hui le FN –, Alain Soral, agent provocateur qui publie à l’époque un livre au titre peu ambigu Jusqu’où va-t-on descendre? et deux disparus: Pascal Sevran et Guillaume Dustan.

PROUST VS. COMMUNAUTARISME
La référence absolue de Patrick Buisson, c’est Marcel Proust, qu’il cite plusieurs fois. Selon lui, le débat n’aurait pas changé de terme depuis l’époque où Proust et Gide s’opposaient sur la question homosexuelle, le cadet reprochant à son aîné d’envisager l’homosexuel comme un être souffrant.

Dans son introduction, Patrick Buisson vilipende aussi le «communautarisme à l’anglo-saxonne qui a eu raison de la tradition individualiste française» et souhaite faire réagir ses invités sur «les risques et les dérives possibles de cette évolution».

Lorsqu’il prononce le mot gay, c’est avec répugnance pour «cet article d’importation». Puis, tout au long du débat, les invités énoncent des monstruosités que l’animateur se garde bien de relever. Exemples:

Guillaume Dustan: «La femme est inférieure à l’homme».

Alain Soral: «Pourquoi la société marchande préfère les femmes? Parce qu’elles préfèrent faire du shopping. Pourquoi la société marchande aime les gays. Parce qu’ils aiment faire du shopping, comme les femmes».

Pascal Sevran: «Un film comme La Cage aux folles ou les Gay Pride nourrissent l’homophobie».

Et pour Patrick Buisson, le phénomène se développe: «Les homos sont passés de la clandestinité à la fierté gay puis à une sorte de complaisance narcissique».

Tout est de ce niveau, où la haine de soi le dispute à la bêtise.

On sait depuis ce qu’il s’est passé dans la vraie vie: conseillé par Patrick Buisson, le Nicolas Sarkozy de la campagne 2012 a tiré un trait sur les promesses du candidat de 2007 en matière d’évolution des droits des LGBT. Cette émission nous aide a mieux comprendre pourquoi.

[Mise à jour – 19h30] Nous avons retrouvé la 2e partie de l’émission. Qui est du même acabit. Délire sur «l’enculage», quelques sorties anti-folles, Guillaume Dustan qui se qualifie lui-même de «leader charismatique» et Alain Soral qui n’a «jamais vu d’homophobie en France», mais de «l’hétérophobie», oui.


Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Alain Soral – Débat sur la communautarisme gay – partie 2