Télé | Vidéo Buzz | Yagg TV | 30.04.2012 - 18 h 37 | 28 COMMENTAIRES
Quand Patrick Buisson animait un débat nauséabond sur l’homosexualité
Publié par

En 2002, sur LCI, l’actuel conseiller spécial de Nicolas Sarkozy vilipendait le communautarisme et critiquait la fierté gay avec des écrivains comme Renaud Camus ou Alain Soral.

Patrick Buisson fascine le locataire l'Élysée. Depuis leur rencontre en 2004, il est devenu l'éminence grise de Nicolas Sarkozy: c'est lui qui aurait convaincu le président de faire une campagne «à droite toute».

LCI EN 2002
Patrick Buisson, à la tête de la chaine Histoire, ancien du journal d'extrême droite Minute, animait aussi au début du siècle une émission littéraire sur LCI. intitulée: Un livre, un débat. En 2002 (sans plus de précision sur la date), Patrick Buisson recevait ce qu'il appelle des «experts» de l'homosexualité. Quel casting! Renaud Camus, diariste très réac – il soutient d'ailleurs aujourd'hui le FN –, Alain Soral, agent provocateur qui publie à l'époque un livre au titre peu ambigu Jusqu'où va-t-on descendre? et deux disparus: Pascal Sevran et Guillaume Dustan.

PROUST VS. COMMUNAUTARISME
La référence absolue de Patrick Buisson, c'est Marcel Proust, qu'il cite plusieurs fois. Selon lui, le débat n'aurait pas changé de terme depuis l'époque où Proust et Gide s'opposaient sur la question homosexuelle, le cadet reprochant à son aîné d'envisager l'homosexuel comme un être souffrant.

Dans son introduction, Patrick Buisson vilipende aussi le «communautarisme à l'anglo-saxonne qui a eu raison de la tradition individualiste française» et souhaite faire réagir ses invités sur «les risques et les dérives possibles de cette évolution».

Lorsqu'il prononce le mot gay, c'est avec répugnance pour «cet article d'importation». Puis, tout au long du débat, les invités énoncent des monstruosités que l'animateur se garde bien de relever. Exemples:

Guillaume Dustan: «La femme est inférieure à l'homme».

Alain Soral: «Pourquoi la société marchande préfère les femmes? Parce qu'elles préfèrent faire du shopping. Pourquoi la société marchande aime les gays. Parce qu'ils aiment faire du shopping, comme les femmes».

Pascal Sevran: «Un film comme La Cage aux folles ou les Gay Pride nourrissent l'homophobie».

Et pour Patrick Buisson, le phénomène se développe: «Les homos sont passés de la clandestinité à la fierté gay puis à une sorte de complaisance narcissique».

Tout est de ce niveau, où la haine de soi le dispute à la bêtise.

On sait depuis ce qu'il s'est passé dans la vraie vie: conseillé par Patrick Buisson, le Nicolas Sarkozy de la campagne 2012 a tiré un trait sur les promesses du candidat de 2007 en matière d'évolution des droits des LGBT. Cette émission nous aide a mieux comprendre pourquoi.

[Mise à jour – 19h30] Nous avons retrouvé la 2e partie de l'émission. Qui est du même acabit. Délire sur «l'enculage», quelques sorties anti-folles, Guillaume Dustan qui se qualifie lui-même de «leader charismatique» et Alain Soral qui n'a «jamais vu d'homophobie en France», mais de «l'hétérophobie», oui.

Si vous n'arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Alain Soral - Débat sur la communautarisme gay - partie 2

 

Print This Post
 
tellement gay maxime donzel-une
A la une Yagg TV , Culture & Loisirs , Télé | 12 H 31 | 2 commentaires
LES réactions (28)
  • Par phil86 30 avr 2012 - 18 H 52

    beurk

    Signaler ce commentaire

     
  • Par aKrobat 30 avr 2012 - 18 H 57

    On peut aussi préciser quant aux invités les « nègres » de Sevran, et ceux de Dustan « qui s’enculent sous les bananiers » [sic.].

    D’ailleurs, quelle horreur ce mec et sa vision de l’homosexualité…

    Buisson et son pannel de pédés réacs (Soral et son passé homosexuel), c’est à mourir !

    Ce commentaire a été modéré.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par helene 30 avr 2012 - 19 H 05

    en quoi l’animateur est-il concerné par le sujet? Là-dessus ce thuriféraire des valeurs chrétiennes et maurassiennes est silencieux…En tout cas faire venir Alain Soral comme expert de l’homosexualité, c’est fort.Quand à Dustan -chargé à quoi?- une fois de plus les archives exhibent sa débilité profonde.
    Ce commentaire a été modéré.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par alexdj 30 avr 2012 - 19 H 12

    Ewww, ça fait peur ! Homophobie, misogynie, clichés, tentatives débiles d’expliquer les raisons del’homosexualité, etc… Tout y est ! :(
    *vais vomir*

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Eleuthère 30 avr 2012 - 19 H 18

    Je vois que personne ne relève l’esentiel, qui est que Dustan est en costume-cravate !
    Sinon, j’ai tout vu et j’ai un peu la gerbe là.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par michelle-paris 30 avr 2012 - 19 H 33

    Un débat où tout le monde est d’accord, et même en rajoute… je n’ai pas tenu jusqu’au bout.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par spirale 30 avr 2012 - 20 H 03

    Ce débat est désespérant.
    Quelle mysogynie…Quelle absence de réflexion par des gens qui se disent intellectuels !

    Signaler ce commentaire

     
  • Par yagguser 30 avr 2012 - 20 H 56

    boudiou, un dico vite …

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Numa Numantius 30 avr 2012 - 22 H 58

    Bravo d’avoir retrouvé cela !

    Ce n’est pas beau à voir, mais c’est très instructif !

    Signaler ce commentaire

     
  • Par sylvainj 01 mai 2012 - 0 H 41

    Bon allez je me suis fait assez de mal, je préfère ne pas regarder :D

    Signaler ce commentaire

     
  • Par ceolio 01 mai 2012 - 6 H 02

    Dans les couloir d’LCI un jour en 2002:  » tiens on a rien a dire, si on en faisait un débat! » voilá, c’est fait. Si je fait un point sur le différenciel entre mes connaissances avant le débat et apres , bénéfice net : 0 pointé. Bref du grand journalisme, utile et passionnant. Ca vaut même pas l électricité dépensée pour tourner.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Manuel Atréide 01 mai 2012 - 14 H 39

    Au delà de cette émission assez nauséabonde réunissant quelques personnes qui viennent exprimer sur un plateau de télé leurs obsessions personnelles en les faisant passer pour des considérations générales et des prises de positions philosophiques ou politiques, il est frappant de voir à quel point ce « débat » n’en est en fait pas un.

    Patrick Buisson est là dans une position totalement contraire à ce qu’il doit faire : alors qu’il est installé comme l’animateur du débat, entre les intervenants et normalement doit donner la parole aux uns et aux autres en lançant les thèmes de manière ouverte afin de laisser ses invités dire qu’ils pensent, il est en réalité partie prenante, exprimant ses positions, ses idées, orientant la conversation sur ce qu’il croit être la vérité, dirigeant le tout vers ce qu’il considère être important : la dénonciation des gays, « produits d’importation » d’une culture américaine étrangère à la culture française.

    Cette émission est un exemple frappant d’une dérive médiatique qui veut qu’un « journaliste » est en droit de faire dire ce qu’il veut à ses invités, amener le débat vers la conclusion qu’il choisit et coupe court à toute intervention qui ne rentre pas dans le cadre de la doxa qu’il estime être la bonne.

    En cela, Patrick Buisson n’est que l’une des plus sinistres caricatures de ce qui se passe dans nos médias qui ont en partie laissé tomber leur travail d’information de leur public pour s’ériger en directeurs de conscience d’une audience qu’ils croient incapable de penser par elle même.

    C’est là à mon avis l’aspect le plus lamentable de cette émission un peu sordide : le débat contradictoire est de moins en moins possible. Comment s’étonner alors que les françaises et français aillent chercher cette contradiction ailleurs ?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par luc 02 mai 2012 - 7 H 11

    écoeurant

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Xavier Héraud 02 mai 2012 - 10 H 11
    Avatar de Xavier Héraud

    @Manuel Atréide Une très bonne analyse en effet des dérives de la télé.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par leslieknope 02 mai 2012 - 12 H 26

    J’avais douze ans. Heureusement que je n’avais pas le droit de mater la télé.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Manuel Atréide 02 mai 2012 - 17 H 20

    Un petit nota bene : avez vous remarqué à quel point, dans l’esprit bien homophobe de Patrick Buisson, le lesbianisme n’a aucune place ? Sur toute l’émission, l’homosexualité n’est envisagée que sous son visage masculin, les femmes n’existent pas. Et les « éminents » invités du soeur Buisson ne pipent mot.

    Je ne veux en tirer aucune conclusion personnelle, je ne connais personnellement aucune des personnes présentes sur ce plateau ce jour là, mais je me demande si cette particularité est partagée par une large part d’homophobes patentés … c’est en tout cas quelque chose que j’ai déjà remarqué : on vilipende les hommes homosexuels, on passe sous silence les femmes.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par michelle-paris 02 mai 2012 - 17 H 48

    @manuel-atreide : pour une fois qu’ils se taisent sur un sujet dont ils ignorent tout, on ne va pas se plaindre ;)

    Et puis le « communautarisme gay », surtout à l’époque, était surtout masculin, donc ça ne m’a pas choquée.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Manuel Atréide 02 mai 2012 - 18 H 06

    @michelle-paris : C’est tout de même étonnant de voir un journaliste organiser un débat dont il zappe la moitié. Car, désolé de vous le dire, mais je ne vois pas pourquoi, à l’époque comme maintenant, le « communautarisme gay » est essentiellement masculin. Les lesbiennes ont aussi leurs lieux, leur presse, leurs assoces. Non, décidément, je reste frappé par ce mutisme sur la moitié des LGBT de France.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par helene 02 mai 2012 - 18 H 27

    Souvent les plus « placards » sont les plus lesbophobes , occulteurs de lesbiennes…(et de trans).
    Plusieurs parlent d’homophobie dans ces commentaires, moi je verrai plutôt , suivant les protagonistes, refoulement et haine-de-soi.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Iris 03 mai 2012 - 0 H 49

    La preuve que des idées de merde se résument aussi dans la rhétorique des « cultivés » :-D

    Leur bagage intellectuel ne leur permet pas une plus grand ouverture et une meilleure compréhension normalement?

    Pour moi, ça reste un débat bac à sable que les gens un peu plus rustres ont aussi avec des insultes bien grasses et un peu plus d’action ^^

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Αθηνα 03 mai 2012 - 1 H 39

    Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu… J’ai pas pu finir de regarder, c’est juste incroyable…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par yagguser 03 mai 2012 - 16 H 06

    @Manuel Atréide,

    « Au delà de cette émission assez nauséabonde réunissant quelques personnes qui viennent exprimer sur un plateau de télé leurs obsessions personnelles en les faisant passer pour des considérations générales et des prises de positions philosophiques ou politiques, il est frappant de voir à quel point ce « débat » n’en est en fait pas un. »

    ??? Alors, là, on a vraiment pas vu le même programme !!!

    @Christophe Martet,

    Malgré tous les efforts parcourus depuis 3 ans déjà, j’avoue que je ne peux décemment pas te suivre dans ton constat.

    Pour le reste des commentaires, ils me laissent sans voix !

    Signaler ce commentaire

     
  • Par yagguser 03 mai 2012 - 16 H 07

    Mais bon … Ainsi va la vie et vive la démocratie ? 8-)

    Signaler ce commentaire

     
  • Par helene 05 mai 2012 - 22 H 07

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=CFA4L58ZQEs en savoir plus sur le Buisson-de-framboise, il est charmant quand il baise la main du pape. Et sur l’estrade aux côtés du père Le Pen…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par 13oli 09 mai 2012 - 12 H 19

    Alain Soral :

    – « Je n’ai jamais vu d’homophobie en France » !!! LOL LOL LOL

    Et plus loin :
    – « Il y a en France, une hétérophobie » !!!

    C’est à mourir de rire… Pour éviter d’en pleurer.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Damia 09 mai 2012 - 13 H 05

    Ha ha ha ! Soral…

    Ce mec pourtant cultivé est capable de nous sortir avec un aplomb assez fascinant que le Moyen-Âge était une époque resplendissante et que la Renaissance le début de la déchéance qui précède à l’époque Moderne. Ce charmant jeune homme semble oublier que la France au Moyen-Âge c’était le tiers-monde ! S’il veut retrouver un équivalent, il peut toujours aller faire un tour dans les campagnes de la Chine… Il découvrira les joies d’une société « non-pervertie par le monde moderne ».

    Mais bon, il ne faut pas s’offusquer de tels personnages. C’est le prix à payer d’une société où la liberté d’expression est une règle. Nous, nous avons le devoir d’ouvrir les pensées par le savoir et la connaissance (qui sont à mon sens les seules armes réellement efficaces pour repousser les angoisses).

    Signaler ce commentaire

     
  • Par oniisan 20 mai 2012 - 0 H 50

    Bonsoir,

    merci pour la vidéo,

    y’a « à boire & à manger » dans cette première partie du débat.

    Des choses très intéressantes ont été dites, par tous les intervenants. Mais reste que le + progressiste et le plus exact des 5 invités, présentés comme des experts de la question « homo' » est P.Sevran.

    Bon, quoi dire pour rétablir les choses?

    Les sexualités ne se transmettent pas par les gênes, mais bien par l’éducation, par la construction sociale et sociétale : c’est donc acquis et pas inné (comme le prétend Sevran – il faut voir à cet égard l’excellent travail de J.Butler sur le genre mais le genre n’est pas toujours lié à la sexualité de l’individu-e, on le sait bien : une femme (cad que c’est le genre de la personne concernée) peut être homo, hétéro, bi, autre (orientation sexuelle). Il y a d’un côté le genre (homme, femme, poly, a, à genre variable…) et l’orientation sexuelle (homo, hétéro, bi, flexi, a, omni, translover…). Donc, remarquez très bien le paradoxe de Sevran qui prouve par l’exemple que c’est acquis et qui crie fort que c’est inné.

    Par contre, le barbu (dont j’ai oublié le prénom) a tort quand il dit que c’est parce que la mère est « meurtrière », je le cite que le garçon devient homo’ (que dire des filles en ce cas? Que dire des bi? Que dire des autres orientations que celle qui sotn hétéro et homo pour les hommes?). De même, il se trompe ouvertement en prétendant que les femmes sont inférieures aux hommes car elles sont moins intenses car cela est du jugement personnel et de valeur et est en plus, sexiste envers les femmes !

    Par contre, Soral est le plus abject concernant les homo : il nous ramène sur le tapis le complexe d’Oedipe, visité par S.Freud, qui, lui-même était complètement phallocentré et plutôt homme-homo-phobe.

    Mais les 4 « experts » du plateau que nous venons d’entendre / que nous pouvons entendre sur cet extrait vidéo de débat de LCI ont surtout l’air de se tromper sur une chose, à savoir le « communautarisme gay » : gay n’est pas synonyme à homo, car gay renvoie à une réalité plus politique, justement, à qqc de plus ‘assumé’ alors qu’homo ne veut dire qu’une orientation sexuelle, si je puis le dire ainsi.

    Je dis bravo au moustachu dont j’ai oublié le nom, qui était sur le plateau en soulevant le fait qu’il est tout aussi « absurde » de parler d’une « honte homo » que d’une « fierté homo' ». Mais je pense que derrière ce processus de mise en avant il y a une ré appropriation de l’humiliation, je ne sais plus comment ça s’appelle en fait mais c’est la même chose que la réappropriation de l’identité noire pour les personnes qui souffrent du racisme anti-noir (me fait de dire je suis noir et fier fait en sorte que le racisme anti-noir n’a pas prise). On remarque une réappropriation des injures, des humiliations, des stigmatisations pour toutes communautés stigmatisées (femmes, homo, trans, noir-e-s…).

    Là où Soral se trompe c’est que justement la question homo, si l’on peut dire a dimension politique, justement : comment peut-on dire que la « question homo » n’est pas politique quand avant ’83 en France les relations sexuelles homo étaient passibles de peine de prison? Comment peut-on dépolitiser la question alors que la revendication est avant-tout politique? On parle de communautés qui sont avant-tout lésées de droits, de reconnaissances etc (femmes, noir-e-s, homo etc) donc, si on ne reconnaît pas l’aspect politique à la question « homo' », on n’a pas assez étudié la question, on nie la réalité, c’est tout.

    Sincèrement, je ne suis pas sûr du tout que JJ Rousseau remonte jusqu’à la sexualité quand il s’interroge sur l’origine du contrat social (« menace sexuelle » pour reprendre une expression d’un des intervenants du plateau – le barbu). Il parle de menace, de danger mais je ne suis pas sûr qu’elle soti à caractère sexuelle !

    Signaler ce commentaire

     
  • Par helene 18 mar 2015 - 10 H 39
    Avatar de helene

    Dustan prêt à tout pour quelques images de notoriété médiatique. Buisson haine-de soi, haine -des-autres. Soral le refoulé, et Camus qui depuis à trouvé sa transgression: la xénophobie, Et le pauvre Pascal Sevran, l’entremetteur qui se prend pour un grand auteur. Debat lamentable. On fustige le mot gay comme importation américaine, mais on emprunte à la nouvelle droite américaine sa haine du communautarisme….Le dessous des actes est plus intéressant que la partie qui se joue.

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.